Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Compteur Mondial

Publié le 30 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Compteur Mondial


commentaires

CANDIDAT !

Publié le 29 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Présidentielle

Nicolas Sarkozy : «Ma réponse est oui»

Voici l'interview que donne le président de l'UMP à la presse régionale jeudi matin pour annoncer sa candidature officielle à l'Elysée • Il dit «sentir la force, l'énergie et l'envie de proposer une autre vision de la France».

C'est à travers la presse quotidienne régionale et départementale que Nicolas Sarkozy a choisi d'annoncer jeudi matin sa candidature à l'élection présidentielle. Ses propos ont été recueillis par six représentants de ces journaux.

Etes-vous candidat à l'élection présidentielle ?

Ma réponse est oui.

Pourquoi ?

C'est une décision mûrement réfléchie. A titre personnel, elle n'était pas évidente. Cette décision m'engage ; c'est le choix d'une vie. C'est une lourde responsabilité vis-à-vis des Français auxquels je demande de me faire confiance. Je me sens la force, l'énergie et l'envie de proposer une autre vision de la France. J'ai l'ambition de créer une nouvelle relation avec les Français qui repose sur deux mots : confiance et respect, confiance en la parole donnée et respect de chaque Français pris individuellement.

Quel contenu donnez-vous à cette nouvelle relation ?

Faire de la France le pays où «tout peut devenir possible». Et cela pour tout le monde, mais d'abord pour ceux qui ont connu des épreuves, se sentent fragiles ou qui pensent que «rien n'est jamais pour eux». Quand tout sera redevenu possible, quand la promotion sociale, le droit à la propriété, une meilleure école pour ses enfants, un meilleur salaire pour soi, une réelle égalité entre hommes et femmes, seront des objectifs réalisables pour chacun, alors les Français retrouveront le goût de vivre ensemble. Et la nation française sera à nouveau un exemple pour le monde.

Pourquoi maintenant cette annonce de candidature ?

Je m'étais engagé auprès du président de la République à ce que 2006 soit consacré au travail gouvernemental et que la campagne ne démarre qu'en fin d'année. J'ai respecté mon engagement. Dans cette campagne je dirai tout avant afin de pouvoir tout faire après. Notre démocratie a besoin de franchise, d'honnêteté, de vérité.

Avez-vous fixé un terme à votre présence au gouvernement ?

Il est trop tôt pour répondre parce que ma famille politique n'a pas encore décidé de me soutenir. En tout état de cause, je ne serai plus ministre au moment de l'élection: en cela je serai le premier à m'imposer cette règle contraignante.

Vous êtes en pré-campagne depuis des années. Qu'est-ce qui va changer désormais ?

Depuis des années, j'ai la même volonté de renouveler le débat public. Je vais maintenant m'adresser à tous les Français, sans exception. Je pense entre autres aux catégories de la population auxquelles nous n'avons pas assez parlé : aux fonctionnaires, aux Français les plus récents, aux femmes, aux jeunes, à ceux qui n'ont plus d'espoir. Je vais leur parler de la France et de leur avenir. J'appelle la droite républicaine et le centre à s'ouvrir aux idées nouvelles afin que tous les Français puissent se reconnaître en nous.

Votre programme sera-t-il UMP ?

Lionel Jospin avait dit, en 2002, que son programme n'était pas socialiste. L'électorat socialiste l'a «compris». Il n'a pas voté pour lui. Qu'on ne compte pas sur moi pour tenir un discours qui ne soit pas fidèle aux valeurs de la droite et du centre. J'aime mon pays, je crois aux vertus du travail, du mérite, de la récompense et de l'effort. Mais je ne suis pas un conservateur car je crois au mouvement. L'ordre n'est acceptable que s'il est en mouvement. L'ordre juste, c'est juste de l'ordre. Je veux que l'avenir redevienne une promesse et cesse d'êre une menace. Les Français attendent des raisons d'espérer. Il n'y a de fatalité que pour ceux qui renoncent. Je n'en serai jamais.

Le mot rupture fait-il encore partie du vocabulaire de Nicolas Sarkozy ?

Oui car je veux rompre avec une façon de faire de la politique. Rompre, ce n'est pas la crise. A ceux qui voudraient m'appeler à la continuité, je pose la question : êtes-vous sûrs d'être en harmonie avec les Français ? Je veux rompre avec l'idée que l'on peut travailler moins et gagner plus, qu'en accueillant tout le monde, on peut intégrer convenablement, qu'on démocratise l'enseignement en abaissant le niveau des diplômes. A mon poste de ministre, j'ai profondément changé les choses. Je veux remettre la société française en mouvement.

Ségolène Royal n'incarne-t-elle pas mieux cette rupture ?

Le PS a choisi l'immobilisme. Je veux incarner le mouvement. Dans un monde qui bouge si vite qui peut penser que l'on peut demeurer immobile. Je veux une rupture tranquille. Cela fait quatre ans et demi que je gère la sécurité de la France. Cela demande beaucoup d'expérience et de maîtrise. Je veux les mettre au service de la France.

Quelle rupture incarnez-vous par rapport à Jacques Chirac ?

On peut être fidèle à son histoire, fier de son bilan et proposer pour les cinq années à venir un autre chemin. Je souhaite un président responsable et des contre-pouvoirs plus forts. Imaginer l'avenir et l'incarner c'est désormais ma mission.

On vous dit atlantiste, communautariste et libéral...

On dit tant de choses fausses et caricaturales ! Communautariste ? C'est un message. Je n'accepte pas qu'on importe des usages et des coutumes non conformes à nos valeurs républicaines. Atlantiste ? On est d'autant plus indépendant qu'on est amis. Libéral ? Cela serait réducteur. Je crois en la liberté. Mais je ne suis pas un idéologue. Et je pense que l'Etat et les services publics ne doivent pas être condamnés à l'impuissance. Ils ont tous leur rôle dans la société moderne que je veux bâtir.

Le PS est désormais en ordre de marche derrière sa candidate. A l'UMP, vous en êtes loin

Rarement la famille politique que je préside n'a été aussi rassemblée. Je n'y considère personne comme un adversaire.

Ce qui n'empêche pas des velléités.

Ce ne sont pas des velléités, ce sont des talents. Je les prends en compte car toutes les ambitions sont légitimes.

Jacques Chirac a eu 74 ans hier. Que lui souhaitez-vous ?

D'être heureux. 

commentaires

DERNIERE MINUTE

Publié le 28 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Presse

  Jeudi 30 novembre

 

Nicolas Sarkozy sera l'invité de l’émission "A vous de juger" 

 présentée par Arlette Chabot 

 à 20H50 

 sur France 2.

 Pour regarder en direct, cliquer sur le bandeau

commentaires

Le vote par procuration

Publié le 24 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Voter par procuration

1. Pour quels motifs peut-on voter par procuration ?

Trois catégories de personnes peuvent voter par procuration :

ð Les personnes tenues éloignées de leur lieu de vote ou dans l’impossibilité de s’y rendre :

- en raison d’obligations professionnelles,

- en raison d’un handicap,

- en raison de l’assistance apportée à une personne malade ou infirme,

- pour raisons de santé.

ð Les personnes qui ne seront pas présentes dans leur commune le jour du scrutin :

- en raison d’obligation de formation,

- parce qu’ils sont en vacances,

- parce qu’ils résident dans une commune différente de celle dans laquelle ils sont inscrits sur les listes électorales.

ð Les personnes placées en détention provisoire et les détenus purgeant une peine n’entraînant pas d’incapacité électorale.

La personne qui fait établir la procuration est le mandant.

2. Qui peut voter à votre place ?

La personne qui peut voter à votre place, le mandataire, doit :

- jouir de ses droits électoraux,

- être inscrit dans la même commune que le mandant, mais pas nécessairement dans le même bureau de vote,

- ne pas disposer de plus de deux procurations, dont une seule établie en France.

Si ces limites ne sont pas respectées, seules les procurations dressées les premières sont valables. La ou les autres sont nulles de plein droit.

3. Où faire établir la procuration ?

La procuration est établie au Tribunal d’instance, au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie de votre domicile ou de votre lieu de travail. Renseignez-vous préalablement auprès de ces trois autorités ou auprès de votre mairie pour savoir quelle autorité est habilitée localement à établir la procuration.

Les officiers de police judiciaire compétents se déplacent à la demande des personnes dont l’état de santé ne leur permet pas de se déplacer.

Si vous résidez à l’étranger, adressez-vous au Consulat ou à l’Ambassade de France.

4. Comment faire établir la procuration ?

Vous devez vous présenter personnellement auprès de l’autorité localement compétente, muni (e) d’une pièce d’identité, d’une déclaration sur l’honneur ou attestant que vous vous trouvez dans l’une des catégories mentionnées ci-dessus.

- Les personnes placées en détention ou en détention provisoire fournir un extrait du registre d’écrou.

- Si vous êtes dans l’impossibilité de vous déplacer pour faire établir la procuration, votre demande doit être adressée par écrit à l’autorité compétente, accompagnée d’un certificat médical ou de tout document justifiant votre impossibilité de comparaître.

5. Quand faire établir la procuration ?

Une procuration peut être établie toute l’année.

Il n’y a pas de date limite pour l’établissement d’une procuration.

- il est toutefois recommandé d’effectuer cette démarche suffisamment tôt pour que la procuration puisse parvenir en temps utiles au maire et au mandataire.

6. Durée de validité de la procuration

La validité de la procuration est limitée à un seul scrutin. En cas de pluralité de scrutins se déroulant le même jour, la même procuration est valable pour toutes les élections.

- A la demande du mandant, elle peut être établie pour une durée maximale d’un an (à compter de sa date d’établissement), à condition de justifier de l’impossibilité de se rendre de façon durable dans un bureau de vote.

- Elle peut également être fixée à trois ans pour les Français et Françaises établis hors de France.

VOTE PAR PROCURATION

 Modèle d’attestation sur l’honneur

 

 

 

 

Article L.71 du Code électoral

Modifié par l’article 9 de l’ordonnance n°2003-1165 du 8 décembre 2003

Je soussigné (e) ………………………………………………………………………(Nom et prénom) atteste sur l’honneur

Ne cocher qu’une seule case

CAS A

¨ qu’en raison d’obligations professionnelles,

¨ qu’en raison d’un handicap,

¨ que pour raison de santé,

¨ qu’en raison de l’assistance portée à une personne malade ou infirme,

il m’est impossible d’être présent(e) dans ma commune d’inscription le jour du scrutin, ou de participer à celui-ci en dépit de ma présence dans la commune

CAS B

¨ qu’en raison d’obligations de formation 

¨ parce que je suis en vacances, parce que je réside dans une commune différente de celle où je suis inscrit(e) sur une liste électorale

je ne suis pas présent(e) dans ma commune d’inscription le jour du scrutin.

   Date et signature

commentaires

Bureau Politique de l'UMP

Publié le 22 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Présidentielle

Le Bureau Politique de l’UMP, réuni sous la présidence de Nicolas SARKOZY , en application de l’article 14 de nos statuts (modifié par le vote des adhérents le 21 janvier 2006 conformément au Bureau Politique du 6 décembre 2005) vient d’adopter à l’unanimité les modalités du processus de choix du candidat soutenu par l’UMP à l’élection présidentielle lors d’un congrès qui se clôturera le 14 janvier 2007.

Il a été décidé que : 

-          Le dépôt de candidature est ouvert dès le 23 novembre 2006.  La clôture des candidatures a lieu le 31 décembre 2006. La clôture du vote a lieu le 14 janvier 2007.

-          Les candidats à la candidature devront réunir des parrainages représentant 3 % du Conseil National réparti dans 10 départements.

-          Tout nouvel adhérent ayant adhéré avant le 31 décembre 2006 pourra voter lors du Congrès pour soutenir le candidat.

-          Le détail du scrutin sera précisé par la Commission d’organisation et de contrôle des opérations électorales présidée par Robert Pandraud.

-          Durant cette campagne, une commission sera chargée d’organiser des forums inter-régionaux pour que toutes les sensibilités du mouvement puissent s’exprimer.

 Les députés du groupe UMP, réunis ce matin, ont réaffirmé par la voix du président du groupe, Bernard Accoyer, leur volonté d’union. C’est dans ce seul cadre, c’est-à-dire au sein de nos instances, que le débat d’idées doit avoir lieu, dans le respect des différentes sensibilités de chacun.Les députés UMP ont également réaffirmé, avec force, leur attachement au respect des procédures adoptées unanimement, l’an dernier, pour préparer, dans l’unité et la sérénité, l’élection présidentielle.

commentaires

Marie-Elisabeth Bague candidate !

Publié le 21 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Presse

 

 

commentaires

Déjeuner de circonscription

Publié le 18 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP Guingamp

commentaires

48h pour le Projet

Publié le 18 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP Guingamp

si vous êtes adhérents, du lundi 20 au matin jusqu'au Dimanche 26 novembre en fin d'après midi, participez à la construction du Projet de l'UMP et votez, et votez  avec les codes que vous avez reçu chez vous. Depuis un ordinateur relié à Internet, de chez vous ou dans n'importe quelle permanence, mais aussi dans les postes et les Mairies ou certains hôtels ou cafés, vous pouvez vous connecter :

http://viphttp.yacast.net/ump/vote-projet-legislatif.htm


 

 

  Le week-en du 25 et 26 Novembre aura lieu l'opération 48h pour le Projet.Pour voir le clip, cliquez ci-dessous

medium_charte48H1.2.jpg

commentaires

Les principales propositions du contrat de législature de l'UMP

Publié le 13 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Conventions - Projet

 Voici les principales propositions du projet législatif de l'UMP, présenté lundi par François Fillon:

 

 

INSTITUTIONS

   - mandats présidentiels limités à deux

   - deux conseils stratégiques auprès du président: affaires étrangères/défense, développement durable

   - dose de proportionnelle au Sénat pour que tous les partis soient représentés au parlement

   - gouvernement de 15 ministres maximum aux compétences fixées par loi organique

   - deux grands ministères nouveaux: immigration/intégration, développement durable (intégrant énergie, équipement, transports...)

   - déficit des finances publiques autorisé uniquement pour l'investissement (inscrit dans la Constitution)

   - possibilité de référendum abrogeant une loi existante si demandé par 10% du corps électoral

   - saisine du Conseil constitutionnel par les citoyens

ECONOMIQUE-SOCIAL

   - service minimum garanti en cas de grève dans les services publics

   - maintenir et renouveler le parc nucléaire

   - transfert de la fiscalité du travail vers la fiscalité sur la pollution

   - "liberté de travailler plus pour gagner plus"

   - choix de l'âge de la retraite

   - autorisation par les maires de l'ouverture dominicale des commerces

   - "normalisation" des régimes spéciaux de retraite

JUSTICE

   - introduction de citoyens dans les jurys de correctionnelle si délits graves

   - mineurs multirécidivistes de 16 à 18 ans jugés comme des adultes

   - détention provisoire décidée uniquement par une juridiction collégiale statuant en audience publique (habeas corpus)

   - contrôle général indépendant pour les prisons

   - saisine du Conseil supérieur de la magistrature par toute personne s'estimant victime d'un magistrat fautif

SOCIETE-EDUCATION

   - Droit d'accès aux classes prépas aux grandes écoles pour les meilleurs élèves de chaque lycée.

   - CV anonymes, marchés publics réservées aux entreprises dotées d'un label diversité

   - Livret d'épargne civique ouvrant des droits (retraite, validation d'acquis..) aux bénévoles

   - études dirigées dans tous les établissements scolaires

   - suppression de la carte scolaire

   - doublement des heures de sport dans tous les établissements d'éducation

   - statut d'autonomie pour les universités qui le souhaitent

   - contrat d'union pour les homosexuels signés en mairie n'ouvrant pas droit à filiation ou adoption

L'UMP a présenté son projet pour la législature 2007-2012, qui propose aux électeurs un programme en 10 "engagements", avec pour ambition une "rupture" qui évite la "cassure ou la fracture".

Ce programme, qui décline en 5 valeurs (mérite, justice, responsabilité, respect, confiance), dix engagements et 45 pages les propositions défendues par le parti majoritaire en matière institutionnelle, sociétale, économique ou écologique, a été présenté par son architecte, François Fillon, conseiller politique de Nicolas Sarkozy.

Parmi ces réformes, une évolution institutionnelle à même d'entraîner "un changement profond", selon l'ancien ministre: mandats présidentiels limités à deux, chef de l'Etat venant défendre sa politique devant le parlement, gouvernement limité à 15 membres coordonnés par le Premier ministre, deux nouveaux portefeuilles majeurs: immigration-intégration et développement durable (intégrant équipement, transports, énergie).

M. Fillon a comparé la "révolution politique" proposée à la "rénovation de l'ancien parti travailliste en Grande-Bretagne".

"Nous voulons dire toute la vérité aux Français, dire avant les élections quelles seront les réformes que nous ferons, pour pouvoir les faire toutes", a martelé le sénateur de la Sarthe.

Car "depuis 25 ans, la France s'est enfermée dans un grand mensonge: sur ses capacités, les défis qu'elle doit relever". "C'est avec tout cela que nous voulons rompre, pas avec notre histoire", selon M. Fillon.

Ce contrat de législature, élaboré depuis deux ans, notamment lors de 18 conventions thématiques, a été adressé aux 2.400 conseillers nationaux de l'UMP, qui se réuniront jeudi à Paris pour l'examiner et éventuellement l'amender.

Les adhérents de l'UMP - plus de 291.000 - seront ensuite appelés à le ratifier par vote, du 20 au 26 novembre.

Le fer de lance de ce contrat est de "gagner la bataille de l'intelligence mondiale pour plus d'ingénieurs, de techniciens, de formation. Une de nos priorités absolues c'est la réforme de l'université pour gagner cette bataille-là".

Autre axe essentiel : "permettre aux Français d'augmenter globalement le volume d'heures travaillées". Lle déficit français d'heures travaillées (entre 20 et 30% de moins qu'en Europe) est la cause principale de la faiblesse de notre décrochage économique.

L'UMP veut sortir de la logique consistant à vouloir imposer le même temps ouvré à l'ouvrière travaillant dans une chaîne d'abattage de volaille et quelqu'un qui travaille dans un service financier.

"Nous voulons donner aux Français la liberté de choisir leur temps de travail", de "gagner plus en travaillant plus", a insisté M. Fillon.

Troisième axe : "passer d'une société de violence à une société de respect" en assurant la sécurité sur le territoire et en régulant les flux migratoires.

Le projet prévoit aussi un "contrat civil", "signé en mairie", donnant aux homosexuels l'égalité en matière de droits successoraux, sociaux et fiscaux, mais sans droit à filiation ni adoption.

commentaires

Nicolas Sarkozy et l'environnement

Publié le 10 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Conventions - Projet

Nicolas Sarkozy a, à deux reprises lors des derniers mois, effectué des propositions importantes en matière d’environnement.
À Marseille, lors de l'Université des Jeunes Populaires, il avait consacré une part importante de son discours à l'environnement. Cet extrait de son discours, "Environnement : quatre révolutions" a déjà été vu par près de 100 000 Français !
Alors que la thématique de l'environnement monte dans la campagne, il a rédigé dans Le Figaro, une tribune intitulée "La défense de l'environnement exige de nous une rupture fondamentale".
Nous devons faire connaître les propositions de Nicolas Sarkozy au plus grand nombre. Mobilisez vos contacts, envoyez-leur le lien vers la vidéo et incitez-les à la regarder et la promouvoir !
Nicolas Sarkozy propose des ruptures profondes pour la France, soyons les ambassadeurs de ses propositions !

Regarder la vidéo et envoyer son lien pour la faire connaître au plus grand nombre

Télécharger la tribune de Nicolas Sarkozy parue dans Le Figaro

commentaires

AGENDA

Publié le 3 Novembre 2006 par dans UMP Guingamp

- 16 Novembre : Conseil National de l'UMP - Palais des Congrès - Paris

- 17 Novembre : Café Politique des Jeunes de l'UMP - Bar Le Duguesclin à 21h00 - Saint-Brieuc

- 18 Novembre : Point presse de Marie-Elisabeth Bague à Guingamp

- 18 Novembre : Journée découverte de la circonscription : ballade en forêt, déjeuner au Relais de Bellevue à Guingamp à 12h30 puis promenade en bord de mer

- 23 Novembre : Rencontre thématique sur l'agriculture avec Jean Hélias et Marie-Dominique Furet - Salle des Fêtes de La Roche Derrien à 20h30

- 25 et 26 Novembre : Opération "48 heures pour le Projet" - à Paris et à la Permanence Départementale

- 10 Novembre : Réunion Parité au restaurant La Scalla à Erquy (sur le port) à 19h30

- 18 Octobre : Convention Ruralité - Méridien Porte Maillot - Paris (voir)

- 13 Octobre : Café Politique - Bar Tabac des marronniers - Callac - 19h00

- 12 Octobre : Grande Réunion Publique de Nicolas Sarkozy à Périgueux - Voir la vidéo

commentaires

LISTE DES 106 COMMUNES DE LA CIRCONSCRIPTION

Publié le 2 Novembre 2006 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans La Circonscription de Guingamp

Bégard

Belle-Isle-en-Terre

Bourbriac

Bringolo

Bulat-Pestivien

Calanhel

Callac

Canihuel

Carnoët

Coadout

Duault

Glomel

Gommenec'h

Gouarec

Goudelin

Grâces

Guingamp

Gurunhuel

Kergrist-Moëlou

Kérien

Kermoroc'h

Kerpert

La Chapelle-Neuve

Landébaëron

Laniscat

Lannebert

Lanrivain

Lanrodec

Lanvellec

Lanvollon

Le Faouët

Le Merzer

Le Moustoir

Le Vieux-Marché

Lescouët-Gouarec

Loc-Envel

Locarn

Loguivy-Plougras

Lohuec

Louargat

Maël-Carhaix

Maël-Pestivien

Magoar

Mellionnec

Moustéru

Pabu

Paule

Pédernec

Perret

Peumerit-Quintin

Pléguien

Plélauff

Plésidy

Plestin-les-Grèves

Plévin

Plouagat

Plouaret

Plougonver

Plougras

Plouguernével

Plouisy

Ploumagoar

Ploumilliau

Plounérin

Plounévez-Moëdec

Plounévez-Quintin

Plourac'h

Plouzélambre

Plufur

Plusquellec

Pluzunet

Pommerit-le-Vicomte

Pont-Melvez

Rostrenen

Saint-Adrien

Saint-Agathon

Saint-Connan

Saint-Fiacre

Saint-Gelven

Saint-Gilles-Pligeaux

Saint-Jean-Kerdaniel

Saint-Laurent

Saint-Michel-en-Grève

Saint-Nicodème

Saint-Nicolas-du-Pélem

Saint-Péver

Saint-Servais

Saint-Ygeaux

Sainte-Tréphine

Senven-Lehart

Squiffiec

Tonquédec

Trébrivan

Tredrez-Locquémeau

Tréduder

Treffrin

Tréglamus

Trégonneau

Trégrom

Tréguidel

Trémargat

Trémel

Tréméven

Tréogan

Tressignaux

Trévérec

commentaires