Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Année catastrophe pour les marchés boursiers mondiaux

Publié le 31 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Les marchés boursiers mondiaux ont connu une année catastrophique avec des pertes dépassant pour la plupart 40%, aucun continent n'étant épargné par cet effondrement.

La palme de la plus forte baisse revient à l'un des plus petits, celui de Reykjavik, dont l'indice OMX des quinze principales valeurs a perdu 94,4% sur l'ensemble de l'année en raison de la tourmente financière qui a emporté le pays nordique.

Voici les pertes des principales Bourses mondiales par zone géographique:

 







 
EUROPE:

 

- Francfort (Indice Dax):-40,4%

- Londres:  (Indice FTSE 100): -31,3%

- Paris: (CAC 40): -42,7%

- Zurich: (SMI):-34,8%

- Milan: (MIB): -49,5%

- Madrid: (Ibex 35):  -39,4%

- Amsterdam: (AEX):-52,3%

- Stockholm: (OMX) -38,8%

- Moscou (Micex):  -67,2%

- Lisbonne (PSI 20):  -51,3%

- Dublin (IOI): -66,2%

- Bruxelles (Bel-20): -53,8%

- Copenhague: (0MX 20):  -46,6%

- Helsinki: (OMX Helsinki): -53,4%

- Oslo: (OBX):  -52,8%

- Vienne: (ATX):-61,2%

- Athènes (Athex): -65,3%

- Budapest: (BSEI) -53,3%

- Bucarest: (BET)  -70,5%

- Istanbul (ISE 100)  -51,6%

 

- Indice Eurostoxx50  -44,3%

 

 AMERIQUE DU NORD

 

- New York (DJIA): -33,84%

- New York (Nasdaq):  -40,54%

- New York (SP500):-38,49%

- Toronto (TSX):-35,03%

- Mexico: (MBI):-24,23%

 

 AMERIQUE DU SUD:

 

- Sao Paulo (Bovespa):-41,22%

- Buenos Aires (Merval): -49,82%

- Santiago (IPSA): -22,13%

- Caracas: (IBC):-7,42%

- Lima: (IGBVL):-59,8%

- Bogota (IGBC):-29,3%

 

 MOYEN-ORIENT/AFRIQUE

 

 - Ryad (Tadawul):  -56,5%

 - Koweit (KSE): -43,1%

 - Dubaï (DFM):  -72,4%

 - Bahreïn (BHSE):  -34,5%

 - Tel Aviv (Tel Aviv 100):  -51,0%

 - Le Caire (Case 30): -56,4%

 - Tunis (TUNINDEX):+10,7%

 - Casablanca (Masi):  -14,6% (chiffre non définitif)

 - Johannesbourg: (JSE):  -25,7%

 - Nairobi: (KSE):  -35,3%

 - Lagos:  -45,8%

 

 ASIE:

 

- Tokyo: (Nikkei 225):-42,1%

- Hong Kong (Hang Seng): -48,3%

- Sydney: (ASX 200):  -41,3%

- Shanghai (SE Composite):  -65,4%

- Taiwan (TAIEX):  -46,0%

- Séoul (KOSPI):-40,7%

- Bombay (Sensex 30): -52,5%

- Pakistan (KSE-100)  -58,3%

- Jakarta (JCI):-50,6%

- Bangkok (SET):-47,6%

- Singapour: (STI) -49,2%

- Kuala Lumpur (KLCI):-39,3%

- Manille: (PSEi): -48,3%

- Hanoi (HCMSI):-65,9%

 

Sur le front des devises, l'euro s'est affaibli sur un an face au dollar (-4%), au yen (-22%) et au franc suisse (-10%). La monnaie unique européenne s'est en revanche raffermie face à la livre britannique (+30%) avec laquelle elle était mercredi proche de la parité.

Le pétrole a baissé, terminant l'année autour de 45 dollars le baril alors qu'il cotait autour de 95 dollars à la fin 2007, après avoir approché les 150 dollars en juillet.

L'or est resté relativement stable, cotant 861 dollars l'once mercredi pour 836 dollars un an plus tôt.

commentaires

Le Sénat augmente la redevance à 118 euro

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le gouvernement compte néanmoins revenir sur cette mesure lors de l'examen en Commission mixte paritaire, selon Roger Karoutchi. Le ministre du Budget Eric Woerth s'était prononcé contre cet amendement.

La sénatrice Catherine Morin-Desailly (Nouveau Centre) avait proposé de relever le montant de la redevance à l'euro supérieur, soit 117 euros puisque la redevance est actuellement de 116 euros, révélait jeudi Le Figaro. Le Sénat est allé plus loin encore en adoptant vendredi un amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2008, qui porte à 118 euros le montant versé chaque année par le contribuable pour financer l'audiovisuel de service public.

La disposition présentée par la commission des affaires culturelles a été approuvée par 161 voix face à 136 sénateurs qui se sont prononcés contre. Le ministre du Budget Eric Woerth n'a pas soutenu cet amendement car il ne souhaitait pas anticiper le débat sur le projet de loi de réforme de l'audiovisuel que le Sénat doit examiner à partir du 7 janvier. Les communistes avaient proposé d'augmenter la redevance télévision à 125 euros. Leur proposition a été refusée par 188 voix contre 139.

Le Sénat a également adopté un amendement du rapporteur général du budget, Philippe Marini, qui précise que pour 2009, le montant de la redevance est indexé sur l'indice des prix à la consommation hors tabac.

commentaires

L’ancien socialiste Éric Besson pourrait rejoindre l’UMP

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP

Selon Le Monde, le président de la République a demandé à l’actuel secrétaire d'État à la Prospective, ministre de l’ouverture, de rejoindre le parti majoritaire.
Il était un des symboles du gouvernement d’ouverture. Il pourrait aller encore plus loin. Éric Besson, ancien socialiste, devenu secrétaire d'État à la prospective, pourrait rejoindre les rangs de l’UMP, « sans doute au poste de secrétaire général adjoint », explique Le Monde. Un poste-clé, donc, alors même qu’il n’a pas sa carte à l’UMP. Ce serait une première, puisque cette fonction est traditionnellement dévolue à des membres UMP de longue date.
En outre, les proches d'Éric Besson, regroupés au sein des  "Progressistes", devraient «entrer dans la future Confédération de la majorité», explique Le Monde. Cette nouvelle structure regrouperait les partis alliés ou associés de l'UMP, et serait présidée par Jean-Claude Gaudin.
En récompense de cette loyauté, l’actuel secrétaire d'État à la Prospective obtiendrait une promotion au sein du gouvernement. Éric Besson pourrait ainsi remplacer, au ministère de l'Immigration et de l'identité nationale, Brice Hortefeux. Celui-ci est en effet appelé à succéder à Xavier Bertrand au ministère du travail et des affaires sociales.
"Nicolas Sarkozy veut en faire une lame de l'UMP", confie un membre de l'équipe dirigeante. Eric Besson s'avoue lui "sans état d'âme". "J'assume totalement le fait d'être partie prenante de la majorité. J'ai voté Nicolas Sarkozy au premier et au second tour. Il a fait bouger les lignes politiques, il n'est pas prisonnier de dogmes", explique-t-il au Monde . Aujourd'hui, j'estime que les réformateurs se trouvent à l'UMP et les conservateurs au PS. Je considère que Nicolas Sarkozy est celui qui incarne le mieux le blairisme."
commentaires

Yazid Sabeg, l'avocat de l'égalité des chances

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Ce chef d'entreprise, qui a publié un manifeste pour l'égalité soutenu par Carla Bruni-Sarkozy, a été nommé commissaire à la Diversité et à l'Égalité des chances...
Impressionnant. Drôle. Rusé. Généreux. Félin. Yazid Sabeg, qui vient d'être nommé commissaire à la Diversité et à l'Égalité des chances, est un personnage de roman. Conseiller. Financier. Industriel. Homme de réseau. Le président du conseil d'administration du groupe de services informatiques CS a toujours eu l'art d'étonner. Début novembre, cet infatigable avocat de la diversité lançait un manifeste pour l'égalité réelle soutenu par Carla Bruni-Sarkozy. Une cause qui est la sienne depuis toujours.
Car ce fils d'un manutentionnaire, qui va bientôt fêter ses 59 ans, n'a jamais oublié son Algérie natale et son arrivée en France à deux ans. Ce père de trois enfants marié à une Franco-Danoise a gravi tous les échelons du pouvoir en affirmant son identité. Il aime à se définir comme «fondamentalement français et profondément maghrébin».
Le jeune titulaire d'un doctorat en économie sans le sou a débuté sa carrière comme chargé de mission à la Datar (Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale). Mais l'ex-étudiant qui admire Raymond Barre dont il fut l'élève et sait cultiver au fil des années de nombreuses amitiés en politique, dans l'industrie et dans la presse - Jean-Louis Bianco, Pierre Méhaignerie, Simone Veil, Philippe Douste-Blazy -, se sent à l'étroit dans la peau d'un salarié.
Tribunes libres
Après avoir été conseiller de Vincent Bolloré et avoir travaillé avec Jean-Charles Naouri, propriétaire du groupe de distribution Casino, il se met à son compte. Yazid Sabeg s'empare en 1991 d'une entreprise en difficulté rebaptisée groupe CS. Il s'impose dans les milieux de la défense et des télécommunications. Il connaît alors des moments difficiles mais sait rebondir.
Le chef d'entreprise, qui a renoncé à la conduite opérationnelle de son groupe, multiplie depuis quelques années les tribunes libres et les engagements en faveur de la discrimination positive. Membre de l'institut Montaigne de Claude Bébéar, l'ex-PDG d'Axa, il publie en 2004 un rapport intitulé «Les oubliés de l'égalité des chances». Jean-Louis Borloo, qui salue sa nomination, le nomme en 2004 président du comité de vigilance de l'Agence de rénovation urbaine et s'inspire de certaines de ses propositions. L'industriel avait l'ambition de faire de la politique. Il vient de réaliser son dernier rêve.

commentaires

Nicolas Sarkozy veut promouvoir la diversité social

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le président devrait annoncer mercredi après-midi de nouvelles mesures pour faciliter l'accès aux grandes écoles et à la haute administration des jeunes issus de l'immigration ou de milieux défavorisés. Suivez en direct le discours du chef de l'État à 14h30 avec Public Sénat.

Comment sortir des petits pas en matière d'égalité des chances ? Comment relancer cet idéal affiché depuis des siècles, jusque dans la devise de la République ? Nicolas Sarkozy devrait apporter ses réponses mercredi après-midi, lors d'un discours qu'il prononcera à l'école polytechnique.

À titre personnel, le président était favorable à une «politique prioritaire», notamment envers les minorités. Mais cette action positive se heurte à la Constitution, dès lors qu'on entend la systématiser et l'inscrire dans la loi. Car la France ne reconnaît que des citoyens, quelle que soit leur origine ou leur couleur de peau… La commission Veil, chargée de réfléchir au préambule de la Constitution, a d'ailleurs rejeté les politiques préférentielles fondées sur la race, et mis en garde contre leurs effets pervers.

Aux États-Unis, la Cour suprême est régulièrement saisie par des Américains blancs qui s'estiment lésés, victimes de discrimination à l'envers. Et un ressentiment entre communautés s'est installé comme une plaie, que Barack Obama a décrit dans son discours sur la race prononcé durant sa campagne.

En France, le conseiller du président, Henri Guaino, redoute que des rancœurs n'éclatent tandis que la crise menace. La diversité pourrait laisser croire aux «petits Blancs» qu'ils sont les oubliés du gouvernement.

C'est donc finalement un discours social que devrait prononcer aujourd'hui le président. L'objectif est d'éviter une fracture dans les classes populaires. «Nous avons replacé la diversité dans une cause plus large, celle de la mobilité sociale», dit-on à l'Élysée. C'est au cœur du creuset français, dans la fonction publique et les grandes écoles, que Nicolas Sarkozy entend relancer le fameux ascenseur social. «Je veillerai (…) à ce que dans nos grandes écoles, dans nos universités, la diversité sociale qui regroupe souvent la diversité ethnique puisse se retrouver de façon beaucoup plus volontariste», avait-il annoncé fin novembre.

Demande de visibilité

Le président pourrait évoquer, mercredi après-midi, la création d'une nouvelle voie d'accès aux grandes écoles et à la fonction publique, une entrée dédiée aux enfants des quartiers défavorisés, sur le modèle de Sciences Po. Son directeur, Richard Descoings, avait contourné le traditionnel concours, jugé «trop discriminant socialement», puisque centré sur une culture livresque dont ne disposent pas naturellement les élèves venus de milieux modestes. C'est ainsi que l'école de la rue Saint-Guillaume avait conclu, en 2000, des conventions avec des lycées situés en zone d'éducation prioritaire (ZEP). Depuis, 62 lycées ont rejoint le dispositif, 477 élèves venus de banlieue ont été intégrés à l'école, après un grand oral, avec d'autant plus de succès qu'ils étaient, pour la plupart, brillants. Beaucoup peuvent s'orienter vers les écoles d'élite de la République. Combien l'auraient-ils fait si Sciences Po n'était venu leur tendre la main ?

Richard Descoings pourrait d'ailleurs bien se voir chargé de généraliser cette expérience pour bousculer les grandes écoles. Dans le même temps, les classes prépas devraient accueillir plus d'étudiants venus de milieux défavorisés.

Au-delà de ces mesures, il faut aussi répondre à l'urgence et à la demande pressante de visibilité des minorités. Le président devrait, comme il l'a fait par le passé, multiplier les nominations dans les postes qui dépendent du gouvernement : ambassadeurs, préfets, présidents d'université… Sarkozy entend aussi presser les partis de promouvoir des cadres issus de l'immigration. Quant aux entreprises, il réfléchit à un système d'incitations. Les marchés publics pourraient ainsi inclure une clause qui bénéficierait aux entreprises disposant d'un «label équité».

commentaires

Les droits du CD de Carla Bruni pour la Fondation de France

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Carla Bruni, hier, lors de la remise de chèques au président de la Fondation, à Paris.
Carla Bruni, hier, lors de la remise de chèques au président de la Fondation, à Paris. Crédits photo : Le Figaro

L'épouse du chef de l'État donne 238 000 euros à trois associations œuvrant pour l'enfance en difficulté.
Elle avait fait savoir depuis des semaines qu'elle céderait les droits d'interprète de son dernier album, Comme si de rien n'était, double disque d'or et disque de platine, à des associations caritatives. Restait à savoir lesquelles. La première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy, a désormais choisi. L'intégralité de ses royalties servira à soutenir trois associations dépendant de la Fondation de France et agissant en faveur de l'enfance vulnérable : deux en Haïti et une en France. L'association des Amis des Salésiennes missionnaires vise à réhabiliter l'école St-Jean-l'Évangéliste, aux Gonaïves, en Haïti, dévastée par le passage de quatre cyclones fin août et début septembre. Lui seront attribués 82 000 euros. Le centre d'éducation Timkatec se voit allouer, quant à lui, 78 000 euros pour prendre en charge les enfants vivant dans les rues de Port-au-Prince, sa vocation depuis 12 ans. Enfin, l'épouse du président a signé un chèque de 78 000 euros à l'attention de L'enfant@l'hôpital, qui permet aux enfants malades de poursuivre leur vie scolaire et de maintenir leurs relations avec le monde extérieur pendant leur hospitalisation, grâce au multimédia. Ces trois parrainages devraient se poursuivre jusqu'en 2011.
« C'est tombé du Ciel ! », répète sœur Alyette Marie sans se remettre de la nouvelle apportée en personne par l'heureuse bienfaitrice. Pour cette religieuse de la congrégation des Salésiennes missionnaires de Marie Immaculée, le Très-Haut a entendu sa supplique pour venir en aide aux sinistrés d'Haïti. Le « miracle » venu de l'Élysée et sobrement habillé de noir sourit. « Je suis très heureuse de donner mon premier chèque de royalties à la fondation et que la musique serve à cela  », commente-t-elle sans plus de détails. Le président de la Fondation de France, Yves Sabouret, se félicite: « C'est un acte de générosité très important, vous êtes un exemple qui nous honore et nous rend heureux », lui a-t-il dit vendredi.
Réputation et transparence
Le choix de Carla Bruni-Sarkozy n'a pas été prédéterminé par des inclinaisons personnelles. C'est la Fondation de France qui a fait une présélection d'associations et qui lui a soumis. « Je me suis tournée vers la Fondation, car son choix d'œuvres est formidable et sa gestion très transparente, explique-t-elle. Sa réputation donne des certitudes et inspire confiance. » Même si elle confie avoir « toujours fait des dons personnels et anonymes », l'investissement dans ces actions prend aujourd'hui pour elle une nouvelle densité. « Avant, je ne faisais que participer, maintenant, grâce à mon mariage et mon statut, je peux initier les choses», s'enthousiasme-t-elle.
Dans l'après-midi, Carla Bruni a également accompagné Nicolas Sarkozy au Centre hospitalier de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour visiter les urgences pédiatriques et le service de pédiatrie générale, où l'Elysée a promis aux enfants des cadeaux pour Noël.

commentaires

Séguin: «La crise peut s'avérer bénéfique sur le long terme»

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

La crise, le contrôle des budgets de l'Élysée et des Assemblées ou encore le PSG : le président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, répond aux questions du «Parisien - Aujourd'hui en France Dimanche».


A la question «Si les dirigeants en tirent durablement les leçons, peut-on dire que la crise aura été salutaire ?», Philippe Séguin répond : «La crise peut s'avérer bénéfique sur le long terme». Il y met toutefois une condition: «Qu'on n'oublie pas, dès que les beaux jours seront revenus, les principes dont on aura reconnu la nécessité quand ça allait mal». Il reconnaît implicitement qu'il se réjouit de la redécouverte du rôle de l'État face à la crise, dont il est incapable de prédire la durée. Il souligne la nécessité «d'une régulation au niveau international et national, car la dépense publique est un élément de la compétitivité globale d'un territoire et de celle, directe, des entreprises».

Interrogé à propos du contrôle des budgets de l'Élysée et du Parlement, l'ancien maire d'Épinal indique qu'avec les interlocuteurs de l'Élysée «nous établirons ensemble un compte-rendu à la mi-2009. L'Élysée sera exemplaire». Il ajoute avoir reçu «une ouverture de la part du président de l'Assemblée nationale», précisant qu'un «audit complet de l'organisation de l'Assemblée» a déjà été réalisé par la cour des comptes. Il considère la réponse du Sénat comme «négative».

Quant à l'aggravation des déficits de la France, il déclare: «Nous aurons l'occasion en février, de mettre en exergue du rapport public de la cour des comptes, l'analyse que nous faisons de la situation financière. Nous avons déjà dit que l'objectif de résorption du déficit en 2012 nous paraissait ambitieux. Celui de 2014 est très ambitieux également».

Interview complète dans le journal « Le Parisien »

commentaires

Ministère de la Relance : Devedjian, « plombier » du gouvernement

Publié le 21 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Depuis quatorze jours qu’il est au gouvernement, Patrick Devedjian n’a toujours pas investi le premier centime des 26 milliards d’euros du plan de relance validé hier en Conseil des ministres. Ce n’est pourtant pas faute d’idées : « Un millier de projets nous sont déjà parvenus. 75 % de l’argent sera engagé sur 2009 et 150 000 emplois générés », assure le nouveau ministre de la Relance économique.
Mais le Parlement doit d’abord adopter le collectif budgétaire. Ce sera fait au plus tôt le 6 janvier. En attendant, l’ex-secrétaire général de l’UMP n’a pas perdu de temps : trois heures après sa nomination, il prenait d’assaut un bureau de l’hôtel de Cassini, juste derrière Matignon, occupé jusque-là par son collègue Luc Chatel. Du coup, chassé croisé avec les services du porte-parole du gouvernement et une direction des services fiscaux.
« Je ne ferai pas les fins de mois des ministères »
Ce ministère de la Relance étant inédit dans la Vème République, il a fallu improviser. Arrivé avec son décret d’application sous le bras et deux collaboratrices de l’UMP, Devedjian n’a trouvé sur place ni administration ni téléphone. Et, sur les murs, la poussière des tableaux fraîchement décrochés. Il a recruté en un week-end un préfet Michel Thénault pour diriger son cabinet, a commandé au Mobilier national une table de travail, un lampadaire et une pendule. Trois drapeaux tricolores complètent le décor.
Les visiteurs affluent. Des ministres, comme Roselyne Bachelot ou Valérie Pécresse, tentés de quémander des crédits. Des préfets, auxquels Devedjian demande de cerner les priorités locales. Des présidents de région et de département, des parlementaires, des socioprofessionnels… Il a aussi reçu les patrons du groupe autoroutier Vinci et les professionnels du BTP. Devedjian a présenté le plan de relance aux groupes parlementaires UMP et Nouveau Centre, a vu plusieurs fois François Fillon et il sera auditionné lundi par la commission économique de l’Assemblée. Il prépare une tournée des départements : Haute-Savoie et Alsace pour commencer.
Le ministre de la Relance a déjà ses recettes anti-rafistolages budgétaires : « L’utilité de chaque dossier sera expertisée, assure-t-il. Je ne ferai pas les fins de mois des ministères ! » Il s’entourera de six parlementaires en mission pour contrôler que « chaque investissement débutera en 2009 et aura un effet multiplicateur par trois sur l’économie ». L’ancien ministre du Logement Marc-Philippe Daubresse, notamment, fera partie de cette équipe. « Je suis le plombier qui doit déboucher des tuyaux et le mécano qui doit resserrer les écrous », dit Devedjian. Certains le voient déjà en Bercy-bis, avec un oeil sur Christine Lagarde. Or, même s’il a pouvoir d’injonction sur toutes les administrations, il doit composer avec la tentation du chacun pour soi ministériel : « Le problème, c’est quand les mammouths d’un troupeau se mettent à suivre des chemins différents. »

commentaires

Les principaux événements de l'année en France

Publié le 14 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Voici les principaux événements survenus en France en 2008:

- JANVIER -

- 1er: Entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les lieux publics (bars, cafés, restaurants, hôtels, débits de tabac, casinos, cercles de jeux et discothèques).

- 8 jan: Nicolas Sarkozy annonce sa volonté de supprimer la publicité sur les chaînes publiques, déclenchant une vague de protestations, et le 13 février, une grève massive de l'audiovisuel public, sans précédent depuis l'éclatement de l'ORTF.

- 10: Durcissement du projet de loi sur la rétention de sûreté avec la création de centres fermés pour criminels dangereux qui pourraient y être enfermés pour une durée indéterminée à leur sortie de prison.

- 16: Dans la catastrophe de la marée noire de l'Erika en 1999, Total SA, propriétaire du pétrole, l'armateur Giuseppe Savarese, le gestionnaire Antonio Pollara et la société de classification Rina sont condamnés à verser 192 millions d'euros de dommages-intérêts aux parties civiles. La justice reconnaît pour la première fois le principe d'un préjudice écologique.

- 24: La Société Générale révèle des pertes de près de 5 milliards d'euros suite à une fraude massive au sein de la banque, la plus importante de l'histoire de la finance. Le courtier responsable de l'affaire, Jérôme Kerviel, est mis en examen le 28.

- 28: Huit ans d'emprisonnement pour les six membres de l'organisation humanitaire Arche de Zoé, condamnés pour tentative d'enlèvement de 103 enfants du Darfour. La justice française confirme ainsi la durée de la peine prononcée au Tchad, mais transforme les travaux forcés en emprisonnement. Après une grâce du président tchadien, ils sont libérés le 31 mars.

- FEVRIER -

- 2: Nicolas Sarkozy épouse en troisièmes noces la chanteuse et ancienne top-model italienne Carla Bruni.

- 4: Révision de la Constitution par le Parlement réuni en Congrès à Versailles, préalable à la ratification du traité européen de Lisbonne, qui est votée le 8, moins de deux ans après le non au référendum.

- 9: Interdiction sur le territoire français de la culture du maïs transgénique de l'Américain Monsanto, en application du "principe de précaution".

- 17: Réforme de la carte des tribunaux français, qui implique la suppression de 319 tribunaux (grande instance et instance, commerce, prud'hommes).

- 22: Le César du meilleur film français de l'année 2007 pour "La Graine et le Mulet" d'Abdellatif Kechiche.

- MARS -

- 12: Décès à 110 ans de Lazare Ponticelli, dernier des 8,5 millions "poilus" français de Grande guerre.

- 17: La gauche remporte les élections municipales et cantonales, avec des victoires à Toulouse, Strasbourg, Caen, Reims, Metz, Amiens ou Blois. Elle gagne huit conseils géneraux, la droite deux.

- 18: Remaniement ministériel avec six nouveaux secrétaires d'Etat. Douze ministres voient leurs attributions modifiées ou élargies.

- 19: Après avoir en vain sollicité auprès de la justice le droit à l'euthanasie, Chantal Sébire, une mère de 52 ans atteinte d'une tumeur incurable qui la défigure, est retrouvée morte à son domicile près de Dijon. L'enquête conclut à un suicide aux barbituriques.

- 30: Le Français Jean Nouvel lauréat du prix Pritzker, le plus prestigieux de l'architecture mondiale. Il a dessiné le Musée du quai Branly, la Fondation Cartier et l'Institut du Monde Arabe à Paris.

- AVRIL -

- 7: Fiasco lors du passage de la flamme olympique à Paris, emaillé de confrontations entre forces de l'ordre et manifestants protibétains et antichinois.

- 7: Avec 17,4 millions d'entrées, la comédie "Bienvenue chez les Ch'tis" ravit le titre de plus gros succès du cinéma français à "La Grande Vadrouille" (1966). Continuant sur sa vague de succès, le film dépassera les 20 millions des spectateurs.

- 14: Grève historique au quotidien Le Monde contre un plan de redressement prévoyant 130 suppressions d'emplois et des cessions de magazines. C'est la première fois dans son histoire que les journalistes cessent le travail pour des raisons internes.

- MAI -

- 3: Nicolas Sarkozy décide le retour de la France dans le commandement militaire intégré de l'Otan pour 2009, 43 ans après la décision du général de Gaulle d'en sortir pour préserver l'indépendance française.

- 5: Lancement du passeport biométrique, contenant une photo et les empreintes digitales numérisées. Il devra être disponible avant le 28 juin 2009.

- 6: Le premier anniversaire de la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle est assombri par des sondages en berne et une cote de confiance de seulement 36%, selon un sondage LH2 nouvelObsCSA-Le Parisien-I télé.

- 25: La Palme d'Or de Cannes décernée au film "Entre les murs" de Laurent Cantet. C'est la première palme française depuis 1987.

- 28: Le tueur en série Michel Fourniret est condamné par la Cour d'assises des Ardennes à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible, et son épouse et complice Monique Olivier à la perpétuité assortie d'une période de 28 ans de sûreté.

- 30: Mise en examen de l'ex-patron d'EADS, Noël Forgeard, soupçonné d'avoir financièrement tiré partie d'informations privilégiées sur le groupe d'aéronautique fin 2005 et début 2006.

- JUIN -

- 2: Sept collégiens sont tués dans la collision entre un train et un car scolaire à un passage à niveau à Allinges (Haute-Savoie) dans le plus grave accident de transport d'enfants depuis celui de Beaune en 1982.

- 17: 54.000 suppressions de postes dans la défense, impliquant la fermeture de dizaines de sites de l'armée.

- JUILLET -

- 1er: La France prend la présidence de l'Union européenne pour six mois, à la suite de la Slovénie.

- 2: Le général Elrick Irastorza est nommé chef-d'état major de l'armée de Terre, au lendemain de la démission du général Bruno Cuche consécutif au drame de Carcassonne où 17 spectateurs ont été blessés par des tirs réels lors d'une démonstration.

- 4: Ingrid Betancourt, libérée le 2 par une opération militaire colombienne, arrive à Paris.

- 8: Le Conseil de Paris décide d'étudier la construction de tours de plus de 37 m. En septembre 2004, un sondage de la mairie de Paris a révélé l'opposition de 62% des Parisiens à un tel projet.

- 11: le Consortium de réalisation (CDR), gérant le passif du Crédit Lyonnais (CL), est condamné par un tribunal arbitral à verser 285 millions d'euros à Bernard Tapie, floué par le CL lors de la vente d'Adidas en 1992-1993. Ce montant déclenche une polémique dans le monde politique.

- 14: 297 véhicules incendiés et 181 personnes arrêtées en France dans la nuit du 13 au 14 juillet. La nuit suivante, 295 véhicules sont incendiés et 98 personnes arrêtées.

- 15: Le gouvernement annonce le non remplacement de 30.600 fonctionnaires qui partiront à la retraite en 2009, dont 13.500 pour la seule Education nationale.

- 22: Le Parlement adopte le projet de loi sur la "responsabilité environnementale" (LRE) qui inscrit dans le droit français le principe pollueur/payeur.

- 22: Une fillette de 3 ans, oubliée toute la journée dans une voiture au soleil à Saint-Marcel (Saône-et-Loire), est retrouvée morte par son père. Un drame semblable s'est déjà produit le 15 juillet en Isère (valant au père responsable 8 mois de prison avec sursis) et un autre aura lieu le 12 août en Guadeloupe.

- 23: Adoption de la loi de modernisation de l'économie (LME) qui facilite la construction de grandes surfaces, mesure présentée comme nécessaire par de grands distributeurs.

- 24: Le gouvernement annonce la suppression de 83 sites ou unités militaires en France à partir de 2009 et le déménagement de 33 autres. Le plan prévoit la disparition de 20 régiments et bataillons, 11 bases aériennes et une base aéronavale. Les élus des régions visées, notamment de Lorraine, protestent.

- 24: Promulgation d'une nouvelle loi de modification de la Constitution, votée le 21 juillet par le Congrès, qui donne des pouvoirs supplémentaires au Parlement en matière législative et accorde deux nouveaux droits, fortement encadrés, aux citoyens: référendum d'initiative populaire, contrôle des nominations du chef de l'Etat par le Parlement, saisine du Conseil constitutionnel par les citoyens. Elle donne au président de la République le droit de s'exprimer devant les deux Chambres réunies en congrès.

- 29: Valentin, 11 ans est découvert tué d'une quarantaine de coups de couteau dans une rue de Lagnieu (Ain) où il faisait du vélo. Le 3 août, Stéphane Moitoiret, un marginal, est arrêté.

- AOÛT -

- 19: Dix soldats français de l'Otan en Afghanistan sont tués dans une embuscade à l'est de Kaboul. Au total, 24 soldats Français sont morts en Afghanistan depuis l'engagement français, en 2002.

- 24: Huit alpinistes sont emportés par une avalanche dans le massif du Mont-Blanc, l'accident de haute montagne le plus grave depuis plusieurs années.

- 28: Sarkozy confirme qu'une taxation supplémentaire de 1,1% des revenus du capital sera mise en place pour financer la généralisation du Revenu de solidarité active (RSA), prévue pour le 1er juillet 2009. Cette nouvelle taxe sur le capital provoque remous et contestations à l'UMP.

- SEPTEMBRE -

- 12: Le pape Benoît XVI arrive à Paris pour un voyage de quatre jours à Paris et à Lourdes. Il affirme son soutien à la "laïcité positive" développée en décembre 2007 par le président Sarkozy mais insiste sur les "racines chrétiennes de la France".

- 15: La faillite de la banque américaine Lehman Brothers donne le signal de la crise mondiale et d'une série de fortes chutes boursières. Après une année de tendance baissière, la Bourse de Paris chute de 3,78%. Pendant deux mois, elle affiche une série de chutes spectaculaires qui dépassent fréquemment les 5%, avec notamment la plus forte de son histoire (-9,04%) le 6 octobre. La semaine du 6-10 octobre se termine sur une chute de 22,16%, record du CAC 40 depuis sa création en 1988.

- 19: Le projet de fichier de renseignement policier Edvige est remplacé par un nouveau projet qui exclura l'orientation sexuelle, la santé, et prévoira un "droit à l'oubli" pour les mineurs.

- 25: Le président Sarkozy annonce que la crise économique et financière aura un impact "dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat" des Français, mais promet que l'Etat garantira "la sécurité et la continuité" du système bancaire et financier français s'il était menacé.

- 29: Publication de chiffres du chômage en août par rapport à juillet avec 2,2% (+ 41.300) de demandeurs d'emploi supplémentaires, pour un total de 1.949.600 chômeurs.

- OCTOBRE -

- 6 et 9: Trois Français reçoivent un prix Nobel, du jamais vu depuis un siècle. Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi reçoivent le prix de médecine et Jean-Marie Le Clézio le prix de littérature.

- 7: L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin est renvoyé en correctionnelle dans l'affaire Clearstream, pour "complicité de dénonciation calomnieuse". L'instruction a été ouverte en 2004.

- 12: le président Sarkozy refuse d'extrader l'Italienne Marina Petrella, membre des Brigades Rouges condamnée à perpétuité en Italie pour l'assassinat d'un commissaire de police en 1981.

- 20: Soeur Emmanuelle, qui a dédié sa vie aux plus pauvres, meurt à quelques jours de son centième anniversaire.

- NOVEMBRE -

- 10: Le prix Goncourt est attribué au Franco-Afghan Atiq Rahimi pour "Syngué sabour. Pierre de patience".

- 13: L'auteur présumé de l'attentat de la rue Copernic (4 morts en 1980), un Libano-Canadien de 56 ans, est arrêté au Canada.

- 15: Neuf personnes, soupçonnées d'être les auteurs des sabotages constatés par la SNCF depuis le début du mois, sont arrêtées. Cinq seront écrouées.

- 17: La cour d'appel de Douai infirme le jugement du tribunal de Lille qui avait annulé un mariage musulman pour mensonge de l'épouse sur sa virginité.

- 22: Ségolène Royal, battue par Martine Aubry dans l'élection du Premier secrétaire du PS (50,02% contre 49,98%), conteste les résultats. Le 25, elle exige un nouveau vote avant d'accepter finalement le verdict.

- 27: le ministère de l'Emploi annonce que le nombre de chômeurs, à l'ANPE, a augmenté de 2,4% (+46.900 personnes) en octobre et de 4,4% en un an, dépassant les deux millions.

- DECEMBRE -

- 4: Le président Sarkozy annonce un plan de relance de l'économie, de 15,5 milliards d'euros de dépenses supplémentaires en 2009, qui porterait le déficit public de la France à près de 4 points de PIB en 2009 contre 3,1 prévus initialement.

- 4: Trois malfaiteurs réalisent le plus gros hold-up jamais commis en France à la joaillerie Harry Winston, avenue Montaigne à Paris (VIIIe), en emportant un butin de 85 millions d'euros de bijoux.

commentaires

Bruno Le Maire remplace Jean-Pierre Jouyet aux Affaires européennes

Publié le 12 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le villepiniste Bruno Le Maire, un germaniste distingué, est devenu vendredi secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, avec pour mission de réchauffer les relations franco-allemandes.

Fait exceptionnel, le président Nicolas Sarkozy a annoncé lui-même aux journalistes, et depuis Bruxelles, la nomination de cet énarque de 39 ans qui était député UMP de l'Eure depuis 2007.

Dans la foulée, l'Elysée publiait un communiqué classique de nomination, "sur la proposition du Premier ministre".

L'UMP a salué, dans un communiqué, l'entrée au gouvernement d'un parlementaire "qui a déjà l'expérience de la conduite des affaires publiques et la richesse d'une formation pluriculturelle".

Bruno Le Maire est le second ministre nommé en une semaine, après Patrick Devedjian, chargé le 5 décembre de mettre en oeuvre le plan de relance.

D'autres mouvements ministériels, dont on ignore l'ampleur, sont attendus autour du 24 janvier, date à laquelle le ministre des Affaires sociales, Xavier Bertrand, doit devenir secrétaire général de l'UMP à plein temps.

L'entrée au gouvernement de M. Le Maire était un secret de polichinelle depuis mercredi, quand son prédécesseur Jean-Pierre Jouyet, qui doit prendre la tête de l'Autorité des marchés financiers le 15 décembre, l'avait évoquée devant l'Assemblée nationale.

"Je ne sais pas quelles seront vos responsabilités à l'avenir, lui avait lancé M. Jouyet. Mais je sais que là où vous serez, la connaissance que vous avez de l'Allemagne et de sa langue seront déterminantes".

Une façon de dire que le choix de Bruno Le Maire répond au besoin de réparer le lien traditionnel franco-allemand, mis à rude épreuve par la crise.

Le président Sarkozy, d'accord avec d'autres dirigeants européens, juge trop timide le plan de relance de la première économie européenne.

La chancelière Angela Merkel répète qu'elle veut d'abord évaluer l'effet des mesures adoptées avant de lancer d'autres chantiers, même si à Bruxelles, elle a donné à ses pairs des signes d'ouverture.

L'extension à la restauration des taux réduits de TVA, une demande récurrente de la France, est un autre sujet de friction avec l'Allemagne. Il était de nouveau à l'ordre du jour jeudi et vendredi à Bruxelles.

Outre sa maîtrise de l'allemand, le nouveau secrétaire d'Etat pourra compter sur son expérience de diplomate, acquise dès sa sortie de l'ENA au ministère des Affaires étrangères.

C'est au Quai d'Orsay aussi que cet élément brillant passé par Normale Sup prend, dès 2002, le virage de l'action politique, quand Dominique de Villepin, nommé ministre des Affaires étrangères, le prend dans son cabinet.

Bruno Le Maire participe ainsi à la rédaction du discours contre la guerre en Irak, prononcé par son mentor le 14 février 2003 à l'ONU.

Il suivra M. de Villepin au ministère de l'Intérieur en mars 2004, puis à Matignon en mai 2005, où il devient le conseiller politique du Premier ministre, puis son directeur de cabinet jusqu'en 2007.

commentaires

Principaux points du projet de rapport de la commission Ailleret

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Voici les principaux points du projet de rapport de la commission Ailleret sur le développement de la Poste, qui doit être remis dans les prochains jours au chef de l'Etat: - "La Poste a besoin de croissance et doit mener une politique active de développement". Confrontée au déclin du courrier, à l'ouverture totale à la concurrence en 2011 et à la nécessaire réduction de sa dette, la Poste "doit réagir vigoureusement par la mise en oeuvre d'un projet de développement ambitieux". La Commission considère comme "indispensable" de poursuivre la modernisation des bureaux de poste, valide les ambitions européennes de La Poste dans le courrier et le colis-express, se dit "favorable au développement (...) d'une activité de portage de presse". Pour cela, La Poste a "un besoin de financement externe d'au moins 2,7 milliards d'euros" sur la période 2009-2012. - "La Poste doit rester une entité publique" : la commission préconise de "confirmer ses missions de service public et de service universel" et de "clarifier leurs modalités de financement". "La privatisation est exclue et des garanties d'ordre législatif devraient être apportés sur le caractère public de l'entreprise", écrit-elle. Elle insiste sur la nécessité de la "présence postale sur le terrain", proposant que "le nombre de 17.000 points de contact (soit) officialisé". Elle affirme son attachement au "caractère singulier de La Banque Postale, banque +pas comme les autres+". - Côté financement, "le statu quo n'est pas acceptable" : sans apport externe, La Poste "n'aurait le choix qu'entre le déclin et le démantèlement". Aux yeux de la commission, "dans le contexte de la crise financière, l'hypothèse d'un appel à des investisseurs privés n'est ni souhaitable, ni crédible". Elle estime qu'"une participation publique à une augmentation de capital de La Poste est justifié". Et seul "le changement de statut de La Poste en société anonyme à capitaux publics permettrait à l'entreprise de se battre à armes égales", lui permettant de solliciter des fonds auprès d'autres acteurs que l'Etat. - "Le modèle social doit accompagner le développement du groupe" : "La commission estime nécessaire que les fonctionnaires reçoivent de la part du gouvernement la garantie que le développement de La Poste ne remettra pas en question leur statut", et se prononce pour le maintien de l'équité entre fonctionnaires et salariés de droit privé de l'entreprise.
commentaires

Réforme du Parlement pour "éviter l'obstruction et les excès" (Karoutchi)

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Roger Karoutchi (Relations avec le Parlement), a jugé mardi que la réforme des règlements de l'Assemblée et du Sénat, examinés en Conseil des ministres mercredi, permettra "d’éviter l’obstruction et les excès" mais "pas d’empêcher le débat" parlementaire. "Instaurer un temps global pour l’examen d’un texte est plus une façon de rationaliser le travail parlementaire que de vouloir le contraindre", indique M. Karoutchi dans une interview à paraître mercredi dans La Croix, alors que le gouvernement reproche à l'opposition de faire de "l'obstruction" sur la réforme de l'audiovisuel à l'Assemblée. Mercredi, le Conseil des ministres examine le projet de loi organique qui met en place une nouvelle organisation du travail parlementaire, nécessaire après la réforme des institutions votée en juillet. Le projet met notamment en oeuvre le partage de l'ordre du jour entre le gouvernement et le groupe parlementaire majoritaire, et limite la durée des débats. L'ordre du jour partagé est "une révolution" pour M. Karoutchi, car "à partir du 1er mars, le gouvernement n’aura plus que deux semaines par mois pour inscrire les projets qu’il souhaite". De plus, "une semaine sera consacrée à des textes choisis par les Assemblées et une semaine au contrôle et à l’évaluation". "Le travail parlementaire se fera, à l’avenir, beaucoup plus en commission que dans l’hémicycle", ajoute-t-il. D'après la réforme, c'est le texte issu de la commission, et non plus celui du gouvernement, qui servira de base aux débats en séance publique. "Le gouvernement reste à l’initiative des lois" et "c’est le président de la République, Nicolas Sarkozy, pivot du système, qui donne l’impulsion", conclut M. Karoutchi.
commentaires

Le Sénat adopte l'ensemble du projet de loi de finances 2009

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Les sénateurs ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi, à leur tour, après les députés, l'ensemble du projet de loi de Finances (PLF) 2009, frappé du sceau de la crise mondiale et des tentatives de relance du gouvernement.

Le texte a été adopté lors d'un vote solennel à la tribune par 176 voix contre 141. La majorité a voté pour, l'opposition PS, PCF, Verts, PRG a voté contre. "Est-ce à l'honneur du Sénat quelque peu vilipendé que de voter des mesures comme la suppression de l'amendement Tapie ou de la demi-part pour les parents isolés" s'est indignée Nicole Bricq (PS).

"C'est la France de l'affairisme, des châteaux, de l'optimisation fiscale que vous avez défendue et c'est la France du travail que vous allez taxer encore plus", a lancé Thierry Foucaud (PCF), à la majorité.

Le président du groupe UMP, Henri de Raincourt s'est au contraire félicité d'un budget qui "améliore la justice sociale avec le plafonnement des niches fiscales". Son homologue centriste Michel Mercier a jugé que ce budget "d'attente" "prépare les conditions de la relance".

"On est dans un PLF de crise qui nous a amené à transgresser toutes les règles habituelles", a expliqué à l'AFP Christine Lagarde (Economie).

Ce projet de budget prévoit un déficit de l'Etat de 57,514 milliards d'euros, revu à la hausse depuis son examen à l'Assemblée nationale et déjà dépassé par l'annonce du plan de relance jeudi par Nicolas Sarkozy.

Le trou budgétaire devrait en effet encore s'élargir après le plan de relance dont le coût pour les finances publiques sera de 15,5 milliards d'euros. Le PLF 2009 sera rectifié, pour en tenir compte, par un collectif budgétaire dès janvier.

Les sénateurs ont entériné la principale innovation de ce budget, le plafonnement global du cumul des avantages fiscaux (niches fiscales) à 25.000 euros plus 10% du revenu imposable. Ils ont aussi supprimé "l'amendement Tapie" qui voulait imposer les indemnités pour préjudice moral de plus de 200.000 euros et amélioré le controversé bouclier fiscal. Ils ont en revanche décidé d'imposer les indemnités journalières des accidentés du travail et entériné la suppression de la demi-part supplémentaire des parents isolés n'ayant plus d'enfants à charge.

commentaires

Sarkozy propose à l'Europe une nouvelle politique de l'innovation

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le président Nicolas Sarkozy a souhaité mardi que l'Europe place la recherche et de l'innovation "au coeur de son économie" en proposant de faire de 2009 une "année de l'innovation" et de créer une Académie européenne des sciences et des techniques.

"Nous les Européens, nous devons placer au coeur de nos économies les passerelles qui nous manquent entre la connaissance, la recherche et la société. Ces passerelles s'appellent innovation technologique et innovation industrielle", a déclaré M. Sarkozy en clôture des Premières assises européennes de l'innovation à Paris.

"L'Europe a la nécessité absolue de rester un grand continent d'innovation et, je le dis sans détour, de rattraper le retard qu'elle a pris sur les Etats-Unis (...) leur système financier nous a mené dans le mur mais leur système d'innovation a suscité des entreprises et des inventions absolument sans égales", a-t-il poursuivi.

Constatant que l'Europe disposait d'un "potentiel intellectuel considérable", le président en exercice de l'Union européenne (UE) a déploré qu'elle "n'arrive pas à convertir la qualité de sa recherche en croissance" et proposé "une nouvelle stratégie, plus forte que celle de Lisbonne".

A Lisbonne, les pays membres de l'UE s'étaient fixé en 2000 l'objectif ambitieux de consacrer 3% de leur produit intérieur brut (PIB) à la recherche.

Refusant toute "barrière" entre recherche fondamentale et appliquée, il a proposé la création d'une Académie européenne regroupant "les sciences dites dures mais aussi l'économie, la gestion, l'ingéniérie", ouverte à "tous les acteurs de l'innovation, publics et privés".

Elle aurait "une triple mission d'évaluation, pour les programmes européens, pour les institutions scientifiques et pour les universités en Europe", a souhaité M. Sarkozy, qui s'est aussi prononcé pour que l'Europe finance "directement les meilleures équipes" par le biais d'un "grand concours".

Le chef de l'Etat a par ailleurs souhaité que l'année 2009 "soit l'année de l'innovation et de la créativité en Europe" afin, notamment, d'avancer la révision de l'agenda fixé à Lisbonne de 2011 à 2010, dont il a constaté qu'il n'était pas arrivé "aux résultats espérés".

Outre le "renforcement de l'effort budgétaire" de l'UE en matière de recherche, il a suggéré de relancer les programmes "à l'efficacité éprouvée mais sous-financés" comme Eureka.

Nicolas Sarkozy a enfin proposé aux pays européens qui consacrent déjà plus de 2% de leur PIB à la recherche de signer un "pacte de l'innovation" qui serait ensuite ouvert aux 27 pays de l'UE afin, a-t-il dit, "de traduire en terme de croissance notre potentiel de recherche".

"Cette crise marque l'entrée dans le XXIe siècle (...) si on veut être présents au rendez-vous, on met le cap sur la recherche, l'innovation, l'enseignement supérieur, la formation. C'est une opportunité historique", a conclu le président de la République.

commentaires

Nanotechnologies : doublement des crédits de recherche

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé mardi un doublement de l'effort financier de l'Etat en matière de recherche sur les nanotechnologies, qui passerait à 350 millions d'euros en cinq ans, afin de placer la France "à la pointe" de ce secteur. "La France va mettre en place une grande stratégie d'innovation dans les nanotechnologies, appuyées sur les clusters à Saclay, au sud de Paris, à Grenoble et à Toulouse", a déclaré M. Sarkozy en clôturant les premières Assises européennes de l'innovation à Paris. "Nous doublerons la dotation annuelle aux projets de recherche en nanotechnologies, pour la porter à 70 millions d'euros par an, soit 350 millions en cinq ans", a-t-il ajouté. "Nous allons créer, en particulier à Saclay, des centres d'intégration de nanotechnologies où la recherche fondamentale travaillera avec les entreprises pour mettre au point des technologies, déposer des brevets, créer des produits (...) nous créerons un fonds pour investir dans les brevets issus de ces technologies et les valoriser en entreprise", a également annoncé M. Sarkozy. "Je veux que la France soit à la pointe des nanotechnologies, y compris d'ailleurs dans la recherche sur leur impact sur la santé, qui sera financée dans le cadre du Grenelle de l'environnement", a-t-il conclu. Dans un rapport publié en octobre, l'Agence sanitaire de l'environnement a jugé que les nano matériaux, structures microscopiques fabriquées par l'industrie et qu'on trouve dans des centaines de produits, étaient des substances "dangereuses" auxquelles devait être appliqué le "principe de précaution".
commentaires

Ministre auprès du Premier ministre", une dénomination inédite

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le titre de "Ministre auprès du Premier ministre", qu'a reçu Patrick Devedjian en entrant au gouvernement Fillon pour mettre en oeuvre le plan de relance, est une nouveauté sous la Ve République. C'est la seconde innovation sémantique du gouvernement Fillon, après la création en 2007 d'un poste de Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, confié à Martin Hirsch. Depuis 1958, la plupart des Premiers ministres s'étaient vu directement rattacher des secrétaires d'Etat --c'est encore le cas de M. Fillon-- et des "ministres délégués". Patrick Devedjian, lui, n'est pas "délégué". Mais en le plaçant "auprès du Premier ministre", l'exécutif choisit de lui conférer "l'autorité que donne la capacité d'arbitrer", avait souligné M. Fillon le 5 décembre, quelques heures après la nomination du 39e membre du gouvernement. François Fillon et Nicolas Sarkozy ne sont pas les premiers à bousculer l'ordonnancement classique des portefeuilles ministériels. Michel Debré, premier chef de gouvernement de la Ve République, avait nommé un "ministre conseiller", titre que l'on n'a plus revu ensuite. Jacques Chirac, nommé en 1974 à Matignon, avait eu un ministre de la Réforme très éphémère (quatorze jours) et un ministre de la Qualité de la Vie. Dans les deux premiers gouvernements Barre, d'août 1976 à mars 1978, le Premier ministre Raymond Barre occupait également la fonction de ministre de l'Economie et des Finances. Pierre Mauroy, en 1981, avait réservé un maroquin au Temps Libre. Trois gouvernements (Debré en 1959, Pompidou IV en 1967, Couve de Murville en 1968) ont aussi compté des "ministres d'Etat" sans portefeuille attribué. Cette notion plutôt honorifique de "ministre d'Etat" a disparu à partir du gouvernement Juppé (1995), pour réapparaître en mars 2004 au profit du ministre des Finances... Nicolas Sarkozy, unique ministre d'Etat du gouvernement Raffarin III.
commentaires

Chômage partiel: projet pour allonger la durée de 4 à 6 semaines

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Un projet de décret gouvernemental prévoit de porter de quatre à six semaines la durée pendant laquelle les salariés bénéficient de l'allocation de chômage partiel, selon un document présenté mardi matin au Conseil national de l'emploi dont l'AFP a eu connaissance. Nicolas Sarkozy s'était prononcé le 25 novembre à Valenciennes (Nord) pour "porter de quatre à six semaines la durée consécutive d'activité partielle" et pour faire passer le nombre d'heures autorisées au chômage partiel "de 600 à 800 voire à 1.000 dans les secteurs les plus en difficulté". L'allocation de chômage partiel est actuellement égale à 50% de la rémunération brute, avec un montant minimum de 4,42 euros par heure chômée. "Le présent projet de décret prévoit d'allonger de deux semaines la durée de la suspension d'activité au cours de laquelle les salariés continuent à bénéficier de l'allocation spécifique de chômage partiel. Cette durée passerait ainsi de quatre à six semaines", précise le rapport au Premier ministre joint au projet de décret du ministère de l'Economie et de l'Emploi. Au-delà de ces six semaines, les salariés seraient considérés comme étant à la recherche d'emploi et percevraient l'allocation de recherche d'emploi, ajoute ce rapport. "Compte tenu de la crise économique, le recours au chômage partiel connaît une forte augmentation, tendance qui sera vraisemblablement confirmée en début d'année, aucune perspective de reprise de l'activité économique n'étant prévue dans les prochains mois. (...) L'assouplissement des conditions de recours au chômage partiel est un des éléments de (la) politique de soutien à l'emploi", selon le rapport. Le 25 novembre, le chef de l'Etat avait aussi jugé "urgent de relever le montant minimum de l'indemnisation" du chômage partiel "pour la porter au niveau du Smic" et demandé aux partenaires sociaux "d'augmenter le taux de prise en charge des rémunérations perdues qui n'est aujourd'hui que de 50%". Tous les syndicats sont d'accord pour négocier sur l'indemnisation du chômage partiel. "Nous attendons que le Medef convoque les organisations pour entamer une négociation. C'est urgent", a déclaré Gaby Bonnand (CFDT) mardi après-midi.
commentaires

Froid: 7 Français sur 10 pour l'hébergement obligatoire des SDF

Publié le 9 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Plus de 7 Français sur 10 (73%) sont favorables à l'hébergement obligatoire des sans-abri en cas de grand froid, selon un sondage LH2-nouvelobs.com diffusé mardi. Quelque 31% des sondés se disent "tout à fait favorables" à une telle initiative, et 42% y sont "plutôt favorables", contre 25% qui s'y opposent "plutôt" (7%) ou "tout à fait" (17%). Les sympathisants de droite interrogés sont pour l'obligation à 78%, les sympathisants de gauche à 67%. La ministre du Logement, Christine Boutin, avait annoncé le 26 novembre le lancement d'une réflexion sur l'opportunité de rendre obligatoire la mise à l'abri des SDF quand la température descend sous les -6 degrés. Devant le tollé suscité, le président Nicolas Sarkozy avait préconisé deux jours plus tard de proposer aux SDF un hébergement d'urgence qu'ils seraient libres de refuser. Etude réalisée par téléphone les 5 et 6 décembre auprès de 1.002 personnes selon la méthode des quotas. Notice disponible à la commission des sondages.
commentaires

Sarkozy (+3 points) progresse dans les classes populaires

Publié le 9 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

La popularité de Nicolas Sarkozy s'améliore de 3 points en décembre à 46%, le président progressant surtout dans les classes populaires, selon un sondage LH2 publié mardi sur le site nouvelobs.com. Dans le détail, la cote de Nicolas Sarkozy progresse fortement chez les bas revenus (50%, + 17 points), les employés (47%, + 11 points) et les ouvriers (39%, + 7 points). Le Premier ministre François Fillon recueille quant à lui 49% d'avis favorables (+1) contre 41% d'avis défavorables (-1). Etude réalisée par téléphone les 5 et 6 décembre auprès de 1.002 personnes selon la méthode des quotas. Notice disponible à la commission des sondages.
commentaires

Principaux événements dans le monde en 2008

Publié le 9 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Voici les principaux événements de l'année 2008 dans le monde: - 3 mars: RUSSIE - Le successeur désigné de Vladimir Poutine, Dmitri Medvedev, remporte une écrasante victoire à l'élection présidentielle. Poutine qui cède son poste à Medvedev en mai après deux mandats (2000-2008), la Constitution lui interdisant un troisième mandat consécutif, devient Premier ministre, conservant des attributions majeures à la tête de l'Etat. - 25 mai: LIBAN/CRISE/ELECTION SLEIMANE - Election du nouveau président du Liban Michel Sleimane, commandant en chef de l'armée depuis 1998, après des mois d'impasse politique. - 2 juil: COLOMBIE/BETANCOURT - L'armée colombienne libère la franco-colombienne Ingrid Betancourt, ancienne candidate écologiste à la présidence colombienne, après plus de six ans passés aux mains de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) dans la jungle colombienne. L'opération "Jaque" de l'armée colombienne a permis également de sauver 14 autres otages aux mains des Farc. - 7 juil: AFGHANISTAN - Plus de 60 morts dans un attentat-suicide visant l'ambassade de l'Inde à Kaboul, qui a connu cette année une recrudescence des attentats-suicide. - 21 juil: SERBIE/BOSNIE/TPI - Arrestation de l'ancien responsable politique serbe bosniaque Radovan Karadzic par les services de sécurité serbes. Karadzic et son ancien chef militaire Ratko Mladic, toujours en fuite, étaient en cavale depuis que le TPI les a inculpés, il y a treize ans, de génocide et de crimes de guerre pendant le conflit en Bosnie (1992-1995). - 7/8 août: CRISE GEORGIE/RUSSIE - La Géorgie déclenche dans la nuit du 7 au 8 août une offensive militaire contre sa république rebelle d'Ossétie du Sud, soutenue par Moscou et pour le contrôle de laquelle s'affrontent les deux pays depuis la chute de l'URSS en 1991. La Russie lance une opération militaire et retirera ses derniers soldats en octobre. Le conflit s'est étendu à l'Abkhazie, autre république autonome rebelle en Géorgie, soutenue également par Moscou. La Russie a reconnu l'indépendance de ces régions le 26 août, au grand dam des Occidentaux, et a interdit jusqu'ici leur accès aux observateurs internationaux. - 8/24 août: J.O DE PEKIN - Lors des J.0 à Pékin, la Chine devient la première puissance olympique avec 51 médailles d'or devant les Etats-Unis (36) sur un total de 100. Ces JO ont soulevé une controverse sur la scène internationale en raison des entorses de la Chine aux droits de l'Homme, particulièrement au Tibet. - 18 août: PAKISTAN - Le président pakistanais Pervez Musharraf, au pouvoir depuis 1999, démissionne la veille du lancement d'une procédure de destitution par la coalition gouvernementale. Pervez Musharraf, alors chef de l'armée, avait pris le pouvoir en octobre 1999, à la faveur d'un coup d'Etat militaire sans effusion de sang. Le très controversé Asif Ali Zardari, veuf de Benazir Bhutto, élu en septembre par le Parlement, lui succède. - 15 sept: CRISE FINANCIERE ET ECONOMIQUE - La faillite de la banque américaine Lehman Brothers marque l'accélération d'une crise financière mondiale, née en 2007 aux Etats-Unis avec l'effondrement du marché des prêts immobiliers à risques ("subprime"), qui va ravager l'économie internationale. Sont plus particulièrement touchés les établissements financiers et le secteur automobile, contraints de réclamer des aides publiques pour survivre. De nombreux pays sont entrés en récession, dont les Etats-Unis, le Japon, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Italie. Asphyxiée, l'Islande a obtenu une aide financière de la communauté internationale et de ses voisins nordiques. En décembre, un rapport de l'ONU prévoit une croissance mondiale de 1% en 2009, les pays développés étant les plus touchés avec une contraction de -0,5%. Répercussion également sur le plan social: l'OCDE prévoit huit millions de chômeurs supplémentaires dans sa zone, soit 42 millions d'ici 2010. - 21 sept: AFRIQUE DU SUD - Le président Thabo Mbeki (au pouvoir depuis 1999), soupçonné d'avoir instrumentalisé la justice pour écarter son rival Jacob Zuma, est contraint de démissionner à la demande de son parti, le Congrès national africain (ANC). Suit une crise sans précédent depuis la chute du régime d'apartheid en 1994. Kgalema Motlanthe est élu à la présidence par l'Assemblée nationale jusqu'aux élections. - 21 sept: ISRAËL - Le Premier ministre Ehud Olmert, mis en cause dans diverses affaires de corruption, est contraint à la démission. Le 26 novembre, son inculpation pour corruption est annoncée. M. Olmert a toujours clamé son innocence. La ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui s'est vue confier la tâche de former un nouveau gouvernement n'est toujours pas parvenue à former une coalition après plus d'un mois de tractations. - 25 sept: CHINE/ESPACE - Mission historique de la fusée Longue Marche II-F emportant le vaisseau spatial Shenzhou VII et trois taïkonautes chinois. Le 27, Zhai Zhigang accomplit la première sortie dans l'espace jamais effectuée par la Chine, réintégrant le module après une sortie de moins de 15 minutes. - 15 oct: LIBAN/SYRIE - La Syrie et le Liban établissent des relations diplomatiques pour la première fois depuis la proclamation de leur indépendance il y a plus de 60 ans, un premier pas vers la normalisation de leurs rapports marqués par une longue tutelle syrienne sur son petit voisin. - 4 nov: USA/PRESIDENTIELLE/OBAMA - Le démocrate Barack Obama remporte une victoire historique et écrasante, devenant le premier Noir élu président des Etats-Unis. Obama choisit son ex-rivale lors des primaires, Hillary Clinton, pour diriger la diplomatie de son administration et reconduit à la tête du Pentagone l'actuel titulaire du poste Robert Gates. Pour la première fois, un secrétaire à la Défense est reconduit à son poste dans une administration d'un autre bord que la sienne. - 15 nov: SOMALIE/PIRATERIE - Des pirates armés s'emparent lors d'une opération d'un superpétrolier saoudien, le Sirius Star, dans l'océan Indien, marquant une nouvelle étape dans le banditisme des mers dans cette région. Une opération navale de l'Union européenne (UE), sous mandat de l'ONU, doit débuter le 8 décembre pour lutter contre les pirates dans le golfe d'Aden et au large des côtes somaliennes, une des zones les plus dangereuses au monde, où les actes de piraterie ont atteint un niveau record depuis début 2008. - 26 au 29 nov: INDE/ATTENTATS - Des hommes armés de fusils d'assaut et de grenades déclenchent une série d'attaques coordonnées à Bombay, capitale économique du pays. Parmi les lieux visés: la gare centrale, un hôpital et deux hôtels de luxe. Un groupe se présentant comme les "Moujahidine du Deccan" revendique les attentats. Les forces de sécurité lancent l'assaut contre les hôtels, libérant dans un premier temps 93 otages de l'hôtel Oberoï/Trident. Le 29, les derniers islamistes retranchés au Taj Mahal sont tués. New Delhi et Washington imputent ces attentats, qui ont fait au moins 163 morts - civils, policiers, et militaires, parmi lesquels 26 étrangers - et plus de 300 blessés, au groupe islamiste illégal Lashkar-e-Taïba, basé au Pakistan. L'Inde a demandé au Pakistan de lui livrer une vingtaine de suspects, notamment Hafeez Sayeed, le chef du groupe. - 27 nov: IRAK/USA - Le Parlement irakien adopte l'accord de sécurité avec les Etats-Unis, qui prévoit le retrait des troupes américaines d'Irak à la fin 2011, après un an d'âpres discussions entre Bagdad et Washington. Au 30 juin 2009 au plus tard, toutes les forces de combat américaines devront s'être retirées des villes et localités. - 2 déc: THAILANDE - La Cour constitutionnelle thaïlandaise ordonne la dissolution du parti au pouvoir, reconnu coupable de fraude électorale, et interdit au Premier ministre Somchai Wongsawat toute activité politique pendant cinq ans. Ce verdict est rendu dans un contexte de crise marquée par huit jours de manifestations antigouvernementales, qui ont abouti à la fermeture des deux aéroports de Bangkok (plus de 350.000 passagers bloqués). Suit un accord avec les manifestants pour la reprise du trafic aérien, rétabli entièrement le 5 décembre. Les événements ont porté un coup sévère à la florissante industrie touristique thaïlandaise, les pertes se chiffrant en milliards de dollars.
commentaires

Xavier Bertrand, secrétaire général par intérim de l'UMP

Publié le 8 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP

Xavier Bertrand, secrétaire général par intérim de l'UMP Le ministre du travail Xavier Bertrand, 43 ans, devient secrétaire général de l'UMP par intérim, jusqu'au 24 janvier, date de renouvellement des instances dirigeantes de ce parti, a annoncé lundi le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre. Cet intérim fait suite à la démission vendredi de Patrick Devedjian de ses fonctions de secrétaire général du parti présidentiel, en raison de son entrée au gouvernement comme ministre chargé de la Relance. "Aujourd'hui, notre équipe dirigeante s'est réunie et a pris la décision de confier la fonction de secrétaire général par intérim à Xavier Bertrand", a déclaré le député des Hauts-de-Seine lors du point de presse hebdomadaire de l'UMP. "On s'achemine vers une démission de Xavier Bertrand de ses fonctions ministérielles", a déclaré à l'AFP un responsable de l'UMP, sans préciser de date. Dimanche, sur Europe 1, M. Bertrand avait assuré que la fonction de secrétaire général du parti devait s'exercer "à plein temps" et ne pouvait donc être cumulée avec celle de ministre. "Secrétaire général de l'UMP, c'est une fonction à 100%", a commenté lundi M. Lefebvre, "comme l'a montré la pratique du parti depuis 18 mois", en allusion au fait que M. Devedjian n'était pas membre du gouvernement. L'intérim de M. Bertrand, de l'avis général à l'UMP, sera, selon toute vraisemblance, confirmé le 24 janvier. Lundi matin, M. Bertrand et d'autres hauts responsables de l'UMP, comme Nathalie Kosciuscko-Morizet ou Jean-Pierre Raffarin, ont été reçus pendant une heure à l'Elysée. Xavier Bertrand était, depuis mars 2008, secrétaire général adjoint du parti présidentiel, avec Nathalie Kosciusko-Morizet et Christian Estrosi. Depuis mai 2007, Xavier Bertrand, qui remplace Patrick Devedjian, détenait également au gouvernement le portefeuille du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité après avoir été l'un des porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Il est aussi membre du "G7", ce cercle de ministres que le président Sarkozy réunit régulièrement autour de lui à l'Elysée, sans le chef du gouvernement François Fillon. De 2004 à 2005, il a occupé les fonctions de secrétaire d'Etat à l'Assurance maladie dans le gouvernement Raffarin, puis est devenu ministre de la Santé et des Solidarités dans le gouvernement de Dominique de Villepin. Nommé en janvier 2007 porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, il quitte ses fonctions ministérielles fin mars pour seconder le candidat UMP. Député de l'Aisne depuis 2002, ce spécialiste des dossiers de protection sociale restera sans doute comme le ministre de la Santé qui a obtenu l'interdiction de fumer dans les lieux publics en France. Né le 21 mars 1965 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne), Xavier Bertrand est titulaire d'une maîtrise de droit public et d'un diplôme d'études spécialisées (DESS) d'administration locale. A 16 ans, il entre aux jeunes du RPR, à 22 ans il devient assistant parlementaire (1987-1992), puis s'installe agent général d'assurances en 1992. Entre-temps, il est élu conseiller municipal de Saint-Quentin (Aisne) en 1989. Six ans plus tard, il devient maire-adjoint, chargé de la redynamisation (1995), puis de l'animation et du développement de la ville (2001). M. Bertrand a aussi été conseiller général de l'Aisne (1998-2002) et président de l'intergroupe de droite de l'assemblée départementale. Depuis 2001, il est vice-président de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, chargé des politiques contractuelles. Il est membre du bureau politique de l'UMP depuis 2004, année où il entre au gouvernement. Franc-maçon déclaré, Xavier Bertrand est marié et père de trois enfants.
commentaires

Lettre de Nicolas Sarkozy au Secrétaire Général des Nations Unies

Publié le 7 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans International

commentaires

Plan de relance: deux projets de lois début janvier au Parlement

Publié le 5 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le Parlement sera saisi "début janvier" 2009 de deux projets de lois destinés à mettre en oeuvre le plan de relance, a annoncé vendredi le Premier ministre François Fillon.

Les parlementaires examineront un collectif budgétaire qui comprendra toutes les dispositions financières du plan et un projet de loi contenant les mesures annoncées de simplification des procédures, notamment celles du code des marchés publics, a-t-il précisé lors d'un point de presse à Matignon.

Les 26 milliards affectés au plan seront réunis budgétairement sous un même chapitre intitulé "Plan exceptionnel d'investissement pour l'activité et l'emploi". Celui-ci sera créé pour une durée de deux ans (2009-2010).

Le chef du gouvernement, qui s'exprimait avec Patrick Devedjian, nouveau ministre chargé de la mise en oeuvre du plan, a souligné vendredi sa volonté d'aller vite.

Le collectif, une loi modifiant le budget initialement voté, sera soumis la semaine prochaine au Conseil d'Etat et soumis au Conseil des ministres "avant la fin de l'année", a précisé M. Fillon.

Le Premier ministre réunira par ailleurs l'ensemble des préfets à Matignon mardi 9 décembre "pour les mobiliser sur la réalisation du plan de relance". Il réunira ensuite "dans un délai très court" la Conférence nationale des exécutifs.

Il tiendra enfin une réunion hebdomadaire de suivi avec Patrick Devedjian et les ministres concernés.

commentaires

Prud'homales: résultats définitifs

Publié le 5 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

commentaires

Assemblée: Georges Siffredi (UMP) succède à Patrick Devedjian

Publié le 5 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP

commentaires
1 2 > >>