Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

L'EPR, un réacteur de 3ème génération issu d'une technologie franco-allemande

Publié le 30 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Le réacteur nucléaire de 3ème génération EPR, en cours de construction en Finlande et en France, a été développé à partir d'une technologie franco-allemande, au lendemain de l'accident de Tchernobyl qui a conduit à réviser toute l'approche de la sûreté nucléaire.

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé la construction d'un deuxième réacteur de ce type à Penly (Seine-Maritime) alors même que celui de Flamanville (Manche) n'est pas encore achevé.

L'EPR, dont le projet a été lancé en 1992, a été développé par le groupe nucléaire français Areva et l'allemand Siemens.

Conçu pour une durée de vie minimale de 60 ans, l'EPR ("European Pressurised water Reactor") utilise une technique déjà éprouvée, celle des réacteurs à eau sous pression, les plus répandus dans le monde.

Plus puissant (1.650 mégawatts), il offre un meilleur rendement (35% de plus) que les réacteurs à eau sous pression actuels.

Selon ses concepteurs, il consomme, à production constante, 17% de combustible de moins qu'un réacteur de 1.300 MW et génère 30% de déchets radioactifs en moins.

La sécurité a été renforcée avec la multiplication des systèmes de sauvegarde chargés de refroidir le cœur du réacteur en cas de défaillance et la mise en place d'une coque de protection en béton censée résister à la chute d'un avion.

Une cuve en béton, appelée "cendrier", a aussi été aménagée pour confiner la matière radioactive en cas de fusion du cœur.

Le premier chantier de construction d'un EPR a été lancé en Finlande en 2005 et doit s'achever en 2012, avec plus de trois ans de retard sur le calendrier initial.

En France, le chantier de l'EPR de Flamanville a commencé en décembre 2007. Il doit être mis en service en 2012.

Areva a remporté un contrat de fourniture de deux EPR à la Chine (Taishan 1 et 2) en novembre 2007.

Enfin, Areva, Total et Suez ont également annoncé la signature d'un partenariat pour en vendre deux autres aux Emirats arabes unis.

A plus long terme, les experts d'une dizaine de pays planchent sur un réacteur de quatrième génération, qui pourrait réutiliser le même combustible quasiment à l'infini. Son déploiement industriel n'est cependant pas prévu avant 2040.

commentaires

Plan de relance: rappel des principales mesures

Publié le 30 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Voici les principales mesures du plan de relance, qui a été définitivement adopté jeudi par le Parlement par un ultime vote au Sénat dans la soirée des textes élaborés en Commission mixte paritaire.

Doublement du prêt à taux zéro pour l'achat d'un logement neuf, "prime à la casse" de 1.000 euros en échange de l'achat d'un véhicule neuf peu polluant, versement fin mars d'une prime de 200 euros aux ménages les plus pauvres, exonération de charges patronales pour les embauches en 2009 dans les PME: le plan comprend deux textes.

 

- Tout d'abord, le collectif budgétaire prévoit au total d'injecter 26 milliards dans l'économie, dont 22 milliards dès 2009, selon l'exécutif (l'opposition, qui parle de "recyclage" d'enveloppes, avance un chiffre bien moins important).

Plus de 11 milliards doivent soutenir la trésorerie des entreprises.

Pour les ménages gagnant jusqu'à 45.000 euros annuels, le collectif prévoit la possibilité de cumuler deux avantages fiscaux sur l'économie d'énergie: l'éco-prêt à taux zéro et un crédit d'impôt sur les équipements.

 

- Le deuxième texte (accélération des programmes de construction) prévoit des mesures techniques pour faciliter la création de logement ou les programmes d'investissements. Il est devenu aussi un fourre-tout au fil de son examen par le Sénat, prévoyant entre autres le raccourcissement du délai des fouilles archéologiques préventives et la suppression de l'avis conforme des architectes des bâtiments de France pour le lancement de projets de construction.

 

Par ailleurs, la loi de programmation des finances publiques sur 2009-2012, tient compte des nouvelles prévisions de déficits liées au coût du plan de relance:

. Déficit public: 3,2% du PIB en 2008, 4,4% en 2009, 3,1% en 2010, 2,3% en 2011 et 1,5% en 2012

. La dette publique atteindra 67% du PIB en 2008, 69,9% en 2009, 70,5% en 2010, 70% en 2011, 68,6% en 2012

 

Le plan de relance a été présenté début décembre par le chef de l'Etat, examiné en janvier par l'Assemblée puis le Sénat, qui sont tombés d'accord cette semaine sur une version commune en commission mixte paritaire (CMP, sept députés et sept sénateurs).

commentaires

Les principales opérations extérieures de la France

Publié le 28 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans International

 

Avec 13.290 hommes engagés dans une quinzaine d'opérations extérieures, dont 2.100 doivent être rapatriés en 2009, la France est l'un des pays européens les plus impliqués dans les efforts de résolution des crises internationales.

 Elle arrive derrière le Royaume Uni (15.000 hommes), devant l'Italie (8.100) et l'Allemagne (6.500).

Ces opérations sont de dimensions très variables : un seul militaire au Liberia, 5 en Géorgie, 25 en Haïti mais plus de 3.000 au Tchad et en RCA.

Quelque 3.500 hommes sont engagés à titre national, 4.800 sous les couleurs de l'Otan, 2.100 dans des opérations de l'ONU et autant pour l'Union européenne, 790 dans diverses missions internationales.

Voici les principales OPEX (opérations extérieures):

 

- Afghanistan: près de 3.400 militaires sont présents en Afghanistan, au Tadjikistan, au Kirghizistan et dans l'océan Indien, dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'OTAN et de l'opération Enduring Freedom (OEF), sous commandement américain. Parmi eux, 2.800 militaires français sont engagés en Afghanistan même.

 

- Côte-d'Ivoire: 2.000 militaires, dont 1.800 dans le cadre de l'opération Licorne, en soutien à la force de maintien de la paix de l'ONU (ONUCI), créée par la résolution 1528 du Conseil de sécurité des Nations unies. 200 autres sont déployés au sein même de l'ONUCI. 1.100 de ces soldats français vont être retirés du pays.

 

- Liban: avec 1.850 militaires, la France est, derrière l'Italie, le deuxième contributeur de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), sensiblement renforcée après le conflit entre Israël et le Hezbollah libanais à l'été 2006. Un général français, Olivier de Bavinchove, en est l'actuel chef d'état-major. Deux bâtiments de la marine nationale participent à la composante maritime de la Finul, destinée à empêcher des livraisons illégales d'armes par la mer sur le sol libanais. Ils seront retirés prochainement.

 

- Kosovo: 1.800 soldats français concourent à la KFOR, la force déployée depuis 1999 par l'Otan en vertu de la résolution 1244 du Conseil de sécurité. Ils sont déployés pour la plupart dans le nord du pays, zone de tension avec la Serbie voisine.

 

- Tchad et République centrafricaine: 1.150 militaires sont présents au Tchad au titre d'Epervier, opération nationale lancée en 1986. 1.650 autres le sont au sein de l'EUFOR Tchad/RCA, l'opération de l'Union européenne qui sera relayée par une force onusienne le 15 mars (un millier devant partir). Enfin, 230 soldats sont en Centrafrique dans le cadre de l'opération française Boali.

commentaires

La redevance et le financement des télévisions publiques en Europe

Publié le 28 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Alors qu'en France la redevance audiovisuelle (actuellement 116 euros par foyer) va être augmentée pour la première fois depuis 2002, dans le reste de l'Europe son montant, destiné à financer la télévision publique, est très variable selon les pays.

En Grande-Bretagne, les revenus de la British Broadcasting Corporation (BBC), totalement affranchie de la publicité, proviennent quasi-intégralement de la redevance, dont le montant s'élève à 139,50 livres (soit 147,80 euros) par foyer. La redevance va passer à 142,50 livres au 1er avril pour la période 2009/2010.

Le gouvernement et la BBC ont conclu un accord en janvier 2007 sur l'augmentation de la redevance pour six ans. Selon le dernier rapport annuel disponible portant sur l'exercice 2007/2008, le chiffre d'affaires net total de la BBC était de 4,414 milliards de livres (4,677 milliards d'euros), dont 3,368 milliards de livres générées par la redevance.

En Allemagne, les deux chaînes publiques, ARD et ZDF, sont financées à plus de 80% par la redevance, dont le montant s'élèvera à 215 euros par foyer en 2009, soit un total de 7,3 milliards d'euros. Les deux tiers des recettes de la redevance vont à la télévision, le reste à la radio.

La RAI italienne est financée à environ 47% par la redevance et à 40% par la publicité, les 13% restant étant assurés par d'autres activités (cession de droits pour la diffusion de programmes sportifs ou de films). Le montant de la redevance, la plus faible de l'Union européenne et qui est indexée sur l'inflation, est fixé à 107,50 euros par foyer pour 2009.

En Autriche, son montant annuel varie entre 223,32 euros et 284,52 euros par foyer selon les Länder. La radiotélévision publique ORF table sur 528 millions d'euros issus de la redevance pour 2009 contre 253 millions d'euros de revenus publicitaires. Son augmentation est décidée par le conseil de fondation de l'ORF.

La redevance en Suède est de 2.076 couronnes (environ 195 euros), en hausse de 1,8% par rapport à 2008 (hausse décidée par le Parlement). Selon les derniers chiffres disponibles, en 2007, la redevance a permis de distribuer 6,2 milliards de couronnes.

Les Suisses payent chaque mois 38,50 francs suisses (25,40 euros) pour  leurs programmes de radio et télévision. Au total, les recettes attendues via la redevance (indexée sur l'inflation) étaient d'environ 1,25 milliard de francs suisses (825,8 millions d'euros) en 2008 et seront probablement équivalentes en 2009.

Au Portugal, le montant de la redevance est de 1,75 euro par mois, payé par chaque consommateur d'électricité consommant plus de 400kWh par an. Le total des recettes attendues en 2009 via la redevance, indexée sur l'inflation, est de 110,188 millions d'euros, soit 36,7% des recettes du groupe audiovisuel RTP.

La redevance n'existe pas en Espagne et aux Pays-Bas où la publicité et l'Etat financent la télévision publique.

commentaires

L'Assemblée adopte la réforme du travail législatif

Publié le 27 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

L'Assemblée nationale a adopté mardi, en l'absence du PS, le projet de réforme du travail législatif qui encadre le temps de parole et le droit d'amendement des parlementaires.

Le texte, en raison du boycott socialiste, a été adopté à une très large majorité de 301 voix contre 37 sur 338 suffrages exprimés.

Roger Karoutchi (Relations avec le Parlement) a exprimé "quelques regrets" comme "avoir assisté à certaines scènes qui ont donné à nos concitoyens une image injuste".

Il a rendu un hommage appuyé au président de l'Assemblée, Bernard Accoyer "qui n'a eu de cesse que de donner à ce débat sa dignité et permettre à l'oppostion de s'exprimer".

Claude Goasguen (UMP) a estimé qu'il n'y avait "aucune volonté de museler une quelconque opposition, bien au contraire". Il a lui aussi apporté son soutien à M. Accoyer après qu'il eut décidé de poursuivre coûte que coûte les débats.

Le texte doit à présent être examiné au Sénat à partir du 1O février. Pour désamorcer une éventuelle fronde, le groupe de travail inter-groupes politiques du Sénat a fait lundi une série de propositions concrètes afin de garantir, dans le règlement de la Haute Assemblée, des droits à l'opposition

Après son vote par le Sénat, le projet reviendra au Palais-Bourbon. Pour être définitivement adopté, il devra être voté dans les mêmes termes par les deux chambres, les navettes se poursuivant tant qu'un texte commun n'a pas été adopté.

S'agissant d'un projet de loi organique, aucune commission mixte paritaire (CMP) ne peut être réunie pour écourter les débats.

commentaires

Loi Grenelle 1 : les principaux points

Publié le 26 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Principaux points du projet de loi Grenelle 1,  adopté à la quasi-unanimité par l'Assemblée nationale en première lecture en octobre, qui vient en discussion à partir de mardi au Sénat,

Cette Loi d'orientation du Grenelle de l'environnement sera suivie d'une  mise en œuvre technique, la loi Grenelle 2 qui sera discutée à partir de fin mars au Parlement.

 

- Climat:

La lutte contre le changement climatique est inscrite comme un objectif central du texte, avec la confirmation de l'engagement de diviser par quatre les émissions françaises de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050.

 

- Bâtiments

A partir de 2012, toutes les constructions neuves devront présenter une consommation d'énergie primaire inférieure au seuil de 50 kwh par mètre carré et par an. A la demande des députés, ce seuil pourra être "modulé" pour les énergies dont le bilan est jugé "avantageux" en termes d'émissions polluantes, en l'occurrence l'électricité, à 85% d'origine nucléaire en France.

 

- Transport

Construction de 2.000 km de lignes ferroviaires nouvelles à grande vitesse d'ici 2020.

Mise en place d'une taxe poids-lourds, ou "éco-redevance" à compter de 2011 sur le réseau national.

 

- Energie

La part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie finale devra atteindre 23% en 2020.

Les ampoules à incandescence seront retirées de la vente à compter de 2010.

"Contribution climat énergie", ou taxe carbone: l'Etat s'engage, "dans les six mois suivant la publication de la loi, à étudier (sa) création en vue d'encourager les comportements sobres en carbone et en énergie".

 

- Déchets

Réduction de la production d'ordures ménagères de 5kg par personne et par an pendant 5 ans. Diminution de 15% d'ici 2012 de la quantité de déchets résiduels à incinérer ou stocker.

 

- Biodiversité

Elaboration d'une "trame verte", ou corridor écologique qui faciliterait la circulation des espèces - plantes et animaux - et devra être "prise en compte" dans les documents d'urbanisme et les schémas d'infrastructure.

Le principe de "compensation" de la perte de biodiversité est retenu, visant à "rétablir les effectifs des espèces ou variétés menacées et les superficies des milieux auxquels il a été porté atteinte".

 

- Impact environnemental des infrastructures

La loi retient le renversement de la charge de la preuve: pour les décisions publiques susceptibles d'incidence "significative" sur l'environnement, les procédures de décision privilégieront les solutions respectueuses de l'environnement, "en apportant la preuve qu'une décision plus favorable à l'environnement est impossible à un coût raisonnable"

 

- Agriculture

La surface agricole cultivée en agriculture biologique devra atteindre 20% en 2020 (6% en 2012). Le crédit d'impôt en faveur de l'agriculture biologique sera doublé dès 2009.

 

commentaires

Le projet de loi pour le logement et la lutte contre l'exclusion

Publié le 26 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Le projet de loi de "mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion", présenté mardi à l'Assemblée nationale, a pour but de permettre "à tous les habitants d'être logés". En voici les principaux points:

 

-          Renforcer les moyens des organismes d'HLM pour favoriser la construction: prélèvement sur les organismes HLM qui disposent de réserves financières inutilisées pour favoriser ceux qui ont besoin de construire plus de logements.

 

-          Améliorer la mobilité dans le parc HLM, tombée à 9,4% par an:

·         Libérer les logements sous-occupés (à l'exception des personnes de plus de 70 ans ou handicapées) après trois propositions de relogement.

·         Supprimer le droit au maintien dans les lieux pour les locataires qui dépassent de plus de deux fois les plafonds de ressources (environ 9.000 ménages).

·         Abaisser de 10% les plafonds de ressources pour accéder au logement social pour ramener la proportion des ménages y ayant droit de 70% à 60%.

 

-          Lancer le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD), pour résorber l'habitat indigne, remettre sur le marché des logements vacants et faciliter la rénovation énergétique des logements, tout en maintenant la mixité sociale.

-          Développer l'accession à la propriété, grâce à l'extension au logement collectif du dispositif de la "maison à 15 euros"; encourager les maires à intégrer ces logements, aidés par une TVA à 5,5%, dans le compte des logements sociaux au titre de la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain).

-          Agrandir les logements existants "dans les tissus urbains constitués" en permettant, pendant 3 ans, d'augmenter le coefficient d'occupation des sols (COS) dans la limite de 20% de la surface habitable.

-          Réformer le 1% logement: redéfinition de la destination des sommes gérées par le 1% Logement (paritairement par le patronat et les syndicats). Il va verser à l'Etat 850 millions supplémentaires par an, de 2009 à 2011, pour financer à hauteur de 320 millions l'Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), de 480 millions l'Agence nationale de l'habitat (Anah) et de 50 millions la rénovation des quartiers anciens dégradés.

commentaires

Petit abécédaire du Nouvel An chinois

Publié le 26 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Le Nouvel An chinois, également appelé fête du Printemps (Têt au Vietnam), est la plus grande fête traditionnelle chinoise et sera célébré à partir de lundi par la communauté asiatique de France. Voici quelques mots-clefs s'y rapportant:

 

ANCÊTRES - Au moment du Nouvel an, chaque famille s'incline devant l'autel des ancêtres et leur fait des offrandes (comme aux dieux du foyer) afin de montrer qu'un avenir prospère ne peut se bâtir que sur le respect du passé.

 

ARGENT DE LA CHANCE - Les adultes le glissent dans des enveloppes rouges (hong bao) et l'offrent aux enfants de la famille. Le montant du don reflète le rang social de celui qui donne et la force du lien qui l'unit à celui qui reçoit.

 

BOEUF OU BUFFLE DE TERRE - L'année chinoise commençant lundi est placée sous ce signe qui, selon les astrologues, sera favorable à l'agriculture.

 

DANSE DU LION - Elle a lieu pendant les cinq premiers jours du Nouvel An pour chasser les esprits malins et apporter la bonne fortune.

 

DEFILE DE DRAGONS - La manifestation la plus spectaculaire et la plus populaire du Nouvel An autour d'un immense dragon chatoyant qui danse au rythme des gongs et des tambours. Cet animal mythique représente en Asie la noblesse, le courage et la chance. En région parisienne, des défilés auront lieu notamment le 31 janvier au départ de l'Hôtel de Ville à Paris et à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et le lendemain dans le 13ème arrondissement autour de l'avenue d'Ivry.

 

FU - Le signe du bonheur, fixé à l'envers sur la porte des maisons pendant le Nouvel An.

 

LANTERNES - Promenade nocturne, éclairée par des lanternes rouges, symboles de lumière et d'espoir, la fête des lanternes clôt la quinzaine de jours de célébration du Nouvel An.

 

NIAN - Animal imaginaire qui détruit bêtes, humains et végétaux et que l'on chasse au moment du Nouvel An en tirant des pétards.

 

NONGLI XINNIAN - Littéralement, "nouvel an du calendrier agricole", qui se rapportait aux récoltes. La date du Nouvel An chinois se situe toujours entre le 21 janvier et le 19 février.

 

ROUGE - La couleur du bonheur s'affiche notamment sur les enveloppes d'étrennes, les lanternes, les bougies, les messages de bon augure.

 

XIN NIAN HAO - Bonne année !

commentaires

Les collectivités locales de demain

Publié le 26 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP

Le président de la République a souhaité mettre la réforme de nos collectivités locales au cœur de l’agenda de l’année 2009. Aujourd’hui en effet, la nécessité d’améliorer le fonctionnement de nos collectivités locales, de le rendre plus simple, plus lisible, se fait largement sentir.

Les décisions peuvent se prendre à 7 niveaux (commune, intercommunalité, pays, département, région, Etat, Europe), ce qui a tendance à bloquer l’action publique ou à la ralentir considérablement. Nous avons besoin de collectivités locales simplifiées, aux missions clairement définies, pour une action publique plus efficace, plus rapide, et moins chère.

Le débat que nous ouvrons doit déboucher sur de véritables propositions. Nous allons écouter et débattre, avant de trancher et conclure. Ce sujet concerne directement chacun d’entre vous, et vos idées comptent pour nous. Donnez-nous votre avis, participez au débat, et contribuez ainsi à la réflexion et à la prise de position de l’UMP. Ce débat nous permettra de soutenir la démarche du président de la République tout en faisant valoir notre point de vue.

Cliquez sur l'image pour accéder au site 

commentaires

Tempête dans le Sud-Ouest: mobilisation exceptionnelle sur le terrain

Publié le 25 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

 La tempête hivernale qui a balayé samedi le Sud-Ouest de la France a donné lieu à une mobilisation exceptionnelle des secours, militaires et techniciens, qui étaient plusieurs milliers à intervenir sur le terrain dimanche, selon les données recueillies auprès des autorités.

Le président de la République Nicolas Sarkozy, présent dimanche en Gironde, a avancé le chiffre de 10.000 personnels mobilisés sur l'ensemble des régions touchées par cette tempête.

 

-          Pompiers: Depuis les premières heures ayant suivi la tempête, samedi, 4.700 sapeurs-pompiers ont été mobilisés.

-          Armée: l'Armée de terre du Sud-Ouest a mobilisé ses hommes, dont un détachement de 100 hommes de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, de l'Ecole d'Application de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre de Dax et du 17ème Groupe d'Artillerie de Biscarosse (40). L'effort des armées porte principalement sur le rétablissement du réseau électrique. Plusieurs centaines de gendarmes étaient également mobilisés.

-          RTE: le gestionnaire de lignes à haute tension a mobilisé environ 600 personnes sur le terrain. Une centaine d'agents sont venus d'autres régions. RTE a aussi renforcé sa collaboration avec REE, son homologue espagnol.

-          ERDF: Près de 2.000 agents provenant de toute la France identifient les dommages causés sur le réseau électrique et travaillent à réalimenter les foyers. Ces équipes sont appuyées par des entreprises spécialisées et des équipes d'électriciens venues en renfort d'Angleterre, d'Allemagne et du Portugal, a indiqué la filiale d'EDF, qui assure la distribution. Quelque 1.000 agents supplémentaires doivent être envoyés en renfort à partir de lundi.

-          SNCF: 1.000 personnes ont été déployées sur le terrain pour réparer les voies de chemin de fer, dégager les arbres etc... En parallèle, 1.200 employés ont été mobilisés pour accueillir les voyageurs.

-          France Telecom: 1.000 personnes tentent de réparer les lignes téléphoniques. Il s'agit notamment de spécialistes en énergie chargés d'installer des groupes électrogènes et des batteries car de nombreux sites techniques de l'opérateur sont privés d'électricité. A partir de lundi, 1.000 autres employés doivent arriver dans les zones sinistrées. Spécialistes du raccordement, ils doivent réparer les lignes "terminales", celles qui vont jusqu'aux clients.

commentaires

Tempête: les procédures d'indemnisation des assurés

Publié le 25 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Tous les contrats d'assurance de biens (multirisques habitation, multirisques entreprise) comportent une clause "tempête", rappelle la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), après les dégâts causés par les intempéries dans le Sud-Ouest.

Tout détenteur d'un tel contrat sera indemnisé pour les dommages matériels dûs au vent, ainsi que pour des dommages causés par la pluie à l'intérieur du bâtiment concerné.

La mise en jeu de cette garantie ne nécessite pas la reconnaissance de l'état de "catastrophe naturelle".

Les entreprises sont également couvertes pour les dommages causés par le vent, puisque les garanties "tempêtes" sont obligatoires. Mais la garantie "perte d'exploitation", qui couvre les frais fixes lorsque l'entreprise est fermée, est une garantie optionnelle. Toutefois, quand cette garantie est souscrite pour l'incendie, elle est également valable pour la tempête.

Concernant les dommages causés aux véhicules par la vent, ils sont pris en charge si le contrat d'assurance du véhicule comporte une garantie "incendie" ou "dommages".

Enfin, les personnes ayant subi un dommage corporel doivent contacter leur assureur si elles sont bénéficiaires d'une garantie individuelle accident ou d'une garantie accidents de la vie.

La FFSA recommande aux assurés de prévenir leur assureur "le plus rapidement possible" par lettre recommandée de préférence ou d'aller déclarer directement le sinistre auprès d'un agent.

La déclaration comporte une liste chiffrée des biens détruits ou endommagés. L'assuré peut prendre des photos du sinistre.

La FFSA a détaillé les démarches à entreprendre et la marche à suivre sur son site (www.ffsa.fr)

commentaires

Tempête: le système d'entraide électrique européen a permis d'éviter le pire

Publié le 25 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

L'approvisionnement en électricité du Sud-Ouest de la France, très affecté samedi par la tempête, a pu être partiellement assuré grâce à une collaboration avec l'Espagne, dans le cadre d'un système d'entraide européen qui a évité un black-out général.

RTE, qui assure le transport de l'électricité en France, a pu acheminer de l'énergie vers les zones sinistrées du sud-ouest grâce à une "étroite collaboration" avec REE, son homologue espagnol.

Les deux entreprises "ont renforcé leur collaboration pour, de manière solidaire, remettre en service les réseaux électriques affectés dans le Sud-Ouest de la France et le nord de l'Espagne", a expliqué Jean-Pierre Desbrosses, directeur du dispatching national de RTE.

Et ce, grâce aux 45 "interconnexions" qui existent entre la France et six pays européens: outre l'Espagne, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie et la Grande-Bretagne.

Au-delà des échanges quotidiens, ce système permet "une entraide et un soutien en cas de besoin".

La situation exceptionnelle de samedi a ainsi conduit RTE à faire appel à l'Espagne pour acheminer de l'électricité vers Perpignan.

"Cette aide nous a permis d'alimenter les clients prioritaires dès samedi soir", précise M. Desbrosses et "dimanche matin, l'Espagne a pu augmenter son apport pour satisfaire l'ensemble de la consommation" de la ville. Pour autant, tous les habitants ne seront pas tout de suite réalimentés, en raison des dégâts causés sur le réseau local géré par ERDF, la filiale d'EDF chargée d'apporter l'électricité au consommateur.

Cette collaboration est "d'autant plus exemplaire que l'Espagne elle-même était confrontée à des conditions climatiques très sévères", note M. Desbrosses.

Dans ces cas extrêmes, "l'entraide" entre les pays de l'Europe de l'Ouest est "totale et nécessaire", souligne-t-il. Celle-ci existe depuis une cinquantaine d'années, mais elle est "mieux organisée depuis quelques années".

Après la tempête, "les spécialistes des deux pays ont échangé en temps réels des informations sur les diagnostics en cours et les besoins de réparation des infrastructures".

Ils "mutualisent leur expertise, leurs moyens et leurs groupes d'intervention", rapporte RTE.

Une nouvelle interconnexion, dont la mise en service est prévue en 2013, doit permettre de renforcer ces capacités d'échanges et de secours mutuel.

Pour réparer les dégâts de cette tempête, des techniciens venus en renfort d'Angleterre, d'Allemagne et du Portugal sont également sur le terrain pour prêter main forte aux équipes d'ERDF.

commentaires

L'élection du patriarche de l'Eglise orthodoxe russe: mode d'emploi

Publié le 25 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans International

Les dignitaires de l'Eglise orthodoxe russe se réunissent lors de deux conciles pour choisir à partir de mardi leur nouveau dirigeant, le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, à la suite de la mort début décembre d'Alexis II.

Le concile épiscopal de l'Eglise orthodoxe russe a désigné dimanche à Moscou les trois candidats à l'élection du nouveau patriarche, le métropolite Kirill devançant largement Kliment, considéré comme étant son principal concurrent.

 

Les trois candidats à l'élection du nouveau patriarche orthodoxe

 

- LE METROPOLITE DE SMOLENSK ET KALININGRAD KIRILL

Agé de 62 ans, le puissant dirigeant du département des relations extérieures sous le règne d'Alexis II, est le seul haut responsable de l'Eglise orthodoxe russe à être connu du grand public. Patriarche par intérim depuis décembre, il est souvent montré en compagnie de dirigeants politiques tel le Premier ministre russe Vladimir Poutine. Des experts affirment que Kirill apprécie que l'Eglise joue un rôle majeur dans la vie politique, tandis que son indépendance d'esprit ne serait pas vue d'un bon oeil au Kremlin.

En 1971, il est devenu archimandrite, avant d'être représentant du Patriarcat de Moscou auprès du Conseil mondial des Eglises à Genève. Il accompagnait régulièrement le patriarche d'alors, Pimène, pendant ses voyages à l'étranger, notamment au Proche-Orient, en Bulgarie, en Yougoslavie, en Grèce et en Roumanie.

 

- LE METROPOLITE DE KALOUGA ET BOROVSK KLIMENT

Jugé plus conservateur que Kirill et âgé de 59 ans, il dirige depuis 2003 l'administration de l'Eglise orthodoxe et dispose de forts soutiens dans les arcanes du clergé.

Le plus jeune des trois candidats est décrit comme un personnage peu charismatique. Les experts voient dans ce trait une aspiration du métropolite à se concentrer sur la vie spirituelle.

Il a pris le nom de Kliment en entrant dans les ordres et a enseigné l'histoire religieuse. Par la suite, il a été nommé archevêque et s'est vu confier les régions de Kalouga et de Borovsk, deux villes situées au sud de Moscou. De 1997 à 2000, il a représenté l'Eglise orthodoxe russe au sein de la commission chargée d'organiser les festivités inter-orthodoxes pour le 2000e anniversaire de la naissance du Christ.

 

- LE METROPOLITE DE MINSK ET SLOUTSK FILARET

Doyen des trois candidats, Filaret, âgé de 73 ans, a été nommé en 1978 métropolite du Bélarus et supervise depuis les paroisses orthodoxes en Europe de l'Ouest. Diplômé de l'académie de théologie de Moscou, il y a enseigné avant d'en devenir le recteur.

En 1981, il avait pris la direction du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou. Par la suite, il a exercé temporairement des fonctions politiques : il a été membre du Parlement de la république soviétique de Biélorussie en 1990 et, pendant quelques mois en 1991, du Parlement de l'URSS, juste avant l'effondrement du régime soviétique.

 

Le concile épiscopal

Composée d'environ 200 hauts dignitaires de l'Eglise orthodoxe (métropolites, évêques, archevêques), cette assemblée se réunit dimanche et lundi pour désigner trois candidats dans la cathédrale du Christ Sauveur, reconstruite après avoir été détruite par Staline, et inaugurée en 2000.

Ce concile doit fixser les règles du scrutin, notamment déterminer si le vote aura lieu à bulletins secrets. L'assemblée décidera aussi de l'ordre du jour du concile de l'Eglise orthodoxe russe qui entame ses travaux mardi afin d'élire le patriarche.

 

Le Concile de l'Eglise orthodoxe russe

Cette assemblée doit élire à huis clos à partir de 14H30 GMT mardi, et avant jeudi, le nouveau patriarche de Moscou et de toutes les Russie.

Si le scrutin se déroule comme prévu et comme au moment de l'élection, en 1990, d'Alexis II, le vote aura lieu à bulletins secrets et sera élu le candidat ayant obtenu la majorité absolue des voix.

Le concile a aussi le pouvoir de désigner d'autres prétendants au patriarcat, en plus des trois candidats désignés dimanche.

Le concile de l'Eglise orthodoxe russe est composé de 711 personnes, notamment les membres du concile épiscopal et des représentants du clergé de rang inférieur.

L'assemblée compte en outre des croyants élus par leurs paroisses. La liste de ces personnalités a fait l'objet d'un débat en Russie, en raison de la présence d'un grand nombre d'hommes d'affaires et de fonctionnaires, laissant craindre à certains que des forces extérieures cherchaient à influencer le vote.

Une fois que l'élection aura eu lieu, l'identité du nouveau patriarche devra être annoncée publiquement dans la cathédrale du Christ Sauveur.

Le concile se poursuivra jusqu'au 29 janvier. Cette assemblée procède par ailleurs aux canonisations et définit la doctrine et les règles de l'orthodoxie russe.

 

Un peu d'Histoire

Ce concile de l'Eglise orthodoxe russe ne sera que le sixième du genre, les procédures et les organes de l'Eglise ayant régulièrement changé depuis l'installation de l'orthodoxie en Russie kiévienne avec le baptême du Grand prince Vladimir de Kiev en 988.

Les cinq autres conciles ont eu lieu au XXe siècle : en 1917-1918 pour élire le patriarche Tikhon, en 1945 pour placer Alexis Ier à la tête de l'Eglise orthodoxe russe, en 1971 pour désigner le patriarche Pimen, en 1988 pour célébrer les 1.000 ans de l'orthodoxie russe et en 1990 pour élire Alexis II.

 

commentaires

Remaniement de l'UMP: la nouvelle direction

Publié le 24 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP

 

Le conseil national de l'UMP a entériné samedi un nouvel organigramme élargi et ouvert à "toutes les sensibilités de la majorité". Voici ce nouvel organigramme:

 

Secrétaire général:

Xavier Bertrand

 

Quatre secrétaires généraux adjoints :

- Eric Besson

- Nathalie Kosciusko-Morizet

- Axel Poniatowski

- Marc-Philippe Daubresse

 

Quatre vice-présidents du conseil national :

- Brice Hortefeux

- Jean-Louis Borloo

- Michèle Alliot-Marie

- Jean-Pierre Raffarin, seul sortant reconduit

 

Trésorier national :

- Eric Woeth

commentaires

Les têtes de listes UMP pour les européennes de juin 2009

Publié le 24 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans UMP

L'UMP a présenté samedi ses têtes de listes pour les européennes de juin dans les huit circonscriptions régionales de métropole et d'outremer, avec en Ile-de-France le ministre de l'Agriculture Michel Barnier qui aura comme numéro deux la garde des Sceaux Rachida Dati.

Ces ministres devront quitter leurs fonctions gouvernementales avant de siéger au Parlement européen.

L'eurodéputé Joseph Daul, président du groupe du Parti populaire européen (PPE, droite) au Parlement européen, conduira la liste UMP dans la circonscription régionale Est, le maire de Valenciennes (Nord) Dominique Riquet dans la circonscription Nord-Ouest, l'ancien ministre Dominique Baudis dans le Sud-Ouest, la sortante Françoise Grossetête dans le Sud-Est.

L'eurodéputé Jean-Pierre Audy et le président du conseil général du Maine-et-Loire Christophe Béchu mèneront les listes respectivement dans le Centre et l'Ouest.

L'eurodéputée Margie Sudre, Maurice Ponga et Marie-Luce Penchard seront candidats pour la circonscription d'Outre-Mer.

commentaires

Après l’investiture du 44ème Président des Etats-Unis…

Publié le 24 Janvier 2009 par Magalie Balent dans International

Il se sera passé onze semaines entre la victoire de Barack Obama à l’élection présidentielle le 4 novembre 2008 et son entrée en fonction à la Maison Blanche le 20 janvier 2009. Onze semaines au cours desquelles le président élu a mis sur pied son équipe gouvernementale (nombreux sont issus de l’ancienne administration Clinton) et annoncé quelles seraient ses priorités dès son entrée en fonction (voir l’annonce de son plan de relance contre la crise économique présenté le 5 janvier), tout en se gardant de s’investir trop tôt dans les sujets brûlants d’actualité internationale, ce qui aurait pu porter atteinte à sa côte de popularité au plus haut à présent. En effet, 82% des Américains déclarent que le Président élu leur inspire confiance et approuve la manière dont il gère la transition avec les années Bush (sondage CNN-Opinion Research. 14 janvier 2009).

 

L’investiture, une tradition inscrite dans la Constitution américaine (Vingtième amendement)

Cette cérémonie appelée Inauguration Day, a été introduite après l’élection de George Washington en 1789. Elle consacre le début du mandat du Président nouvellement élu, ainsi que de son vice-président. Depuis la réélection de Franklin D. Roosevelt en 1937, la date d’investiture a été fixée le 20 janvier suivant l’élection du Président, la période de 4 mois qui prévalait jusque-là ayant été jugée trop longue.

Deux temps forts consacrent cette cérémonie qui se déroule à Washington : D’une part, le serment présidentiel prononcé devant le Capitole (siège du Congrès). Barack Obama a prêté serment sur la Bible utilisée par Lincoln lors de cette même cérémonie en 1861. Les paroles prononcées sont les mêmes que celles que George Washington énonça pour sa propre investiture en 1789. Elles formulent la promesse de remplir fidèlement les fonctions de Président des Etats-Unis, et de mettre tous les moyens en œuvre pour sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des Etats-Unis.

D’autre part, le discours d’investiture prononcé sur les marches du Capitole lors duquel le Président est censé annoncer les grandes lignes de sa présidence. Or le discours de Barack Obama fut davantage un discours de crise qu’un discours programme. Restant vague sur sa feuille de route et les premières mesures politiques qu’il imposerait, il a davantage centré ses propos sur les valeurs avec lesquelles l’Amérique devait renouer, une façon de confirmer la rupture souhaitée avec l’ère Bush. Il a ainsi mis en valeur les idéaux de paix, de tolérance, de bien commun, de respect, de réconciliation des religions et des peuples. Il a précisé vouloir réinventer l’Amérique.

Pour autant son discours fut offensif et déterminé à l’égard des terroristes qu’il a précisé vouloir combattre et vaincre, à l’égard de la crise économique qui exige « une action audacieuse et rapide pour jeter les nouvelles fondations de la croissance », à l’égard des peuples des nations pauvres enfin, auxquels il a promis de les aider à accéder à la prospérité.

 

Quels changements attendre de la Présidence Obama ?

Vu l’ampleur des réformes économiques et sociales annoncées, ainsi que l’immense espoir suscité par son élection, il y a lieu de penser que la présidence de Barack Obama pourrait provoquer quelques désillusions au sein de l’électorat américain et dans le monde. Ne serait-ce que parce la crise économique obligera le nouveau Président à revoir son budget à la baisse et à prendre des mesures impopulaires, mais aussi parce que cette crise creuse le déficit budgétaire évalué aujourd’hui à 1200 milliards de dollars. Déjà quelques voix s’élèvent dans son propre camp pour reprocher à Obama les insuffisances de son programme d’investissements publics et de son plan de relance, trop axé sur les allègements fiscaux et pas assez ambitieux en termes de dépenses publiques.

 

En matière de politique étrangère, la question demeure de savoir quelle sera la marge de manœuvre dont il disposera pour mener une autre politique que celle de son prédécesseur : un seul exemple, Guantanamo. Le Président élu a annoncé qu’il entendait fermer très vite le centre de rétention « de la honte ». Or cette mesure nécessite que des pays acceptent d’accueillir les prisonniers qui ne peuvent être renvoyés chez eux car risquant d’être immédiatement exécutés. Premiers visés, les pays d’Europe qui ne débordent pas d’enthousiasme pour le moment à l’idée d’accueillir ces prisonniers. Pour ce qui est du Proche-Orient (que le Président investi n’a d’ailleurs pas évoqué dans son discours), Barack Obama va également avoir besoin de temps. En effet, la situation sur le terrain rend difficile la mise en œuvre d’une autre politique, plus équilibrée : en Israël, l’opinion s’est radicalisée, les colonies se sont considérablement étendues sur la Cisjordanie, tandis que les Palestiniens sont désormais divisés en deux camps ennemis…

« Enfin les difficultés commencent !» formulait un proche de Léon Blum à l’occasion de l’arrivée de ce dernier à la Présidence du Conseil en 1936 ; une formule qui s’applique tout autant à Barack Obama, faisait remarquer Etienne Mougeotte dans Le Figaro il y a quelques jours.

 

Wait and see...

 

 

 

 

commentaires

Sarkozy/Etats généraux presse: distribution, internet, abonnement gratuit...

Publié le 23 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Voici les principales mesures en faveur de la presse annoncées vendredi par Nicolas Sarkozy, qui représentent un aide supplémentaire de l'Etat au secteur de 600 millions d'euros sur trois ans.

 

- AIDES FINANCIERES - Le gouvernement va reporter d'un an l'augmentation des tarifs postaux pour la presse et doubler la part de ses dépenses de communication destinées à la presse écrite mais également numérique. Le coût pour l'Etat de la première mesure, selon une source proche du dossier, est de 24 millions d'euros. Celui de la seconde marque une progression de 20 millions d'euros par rapport à 2008, selon le Livre vert.

 

- INTERNET - Un statut d'éditeur de presse en ligne va être créé et l'aide de l'Etat au développement des journaux sur internet augmentée. Ce statut sera fondé sur des critères comme "l'emploi de journalistes professionnels et le caractère journalistique du traitement de l'information". Les éditeurs en ligne bénéficieront du régime fiscal de la presse, dont l'exonération de la taxe professionnelle. Coût total pour l'Etat: 20 M EUR.

 

- DISTRIBUTION - Pour les marchands de journaux, exonération de 30% des cotisations sociales personnelles, soit en moyenne 4.000 euros par exploitant et par an. Il s'agit d'une mesure "temporaire", d'un coût pour l'Etat estimé à 60 M EUR.

L'aide directe de l'Etat au portage des journaux à domicile passera de 8 à 70 millions d'euros et les charges sociales patronales des sociétés de portage seront supprimées "pour tous les porteurs au niveau du Smic". Ces mesures seront mises en oeuvre "dès le mois prochain". Coût estimé à 80 M EUR au total.

Des "expérimentations" pour élargir le réseau de distribution seront menées "sans toucher à la loi Bichet" de 1947 sur le sujet.

 

- IMPRIMERIE - Incitation aux partenaires sociaux de la presse à négocier "un nouveau contrat social" dans les imprimeries pour réduire de 30 à 40% le coût de l'impression. L'Etat contribuera "à l'investissement requis". Il "désignera si nécessaire une personnalité chargée d'accompagner la négociation" en son nom.

 

- DROITS D'AUTEUR - Le régime des droits d'auteur des journalistes sera adapté à l'ère numérique, par "le remplacement d'un droit lié à la publication dans un support, par un droit lié à un temps d'exploitation".

 Le journaliste cède automatiquement ses droits d'auteurs à la publication principale qui l'emploie et sur ses différents supports pour une période limitée, au delà de laquelle la cession des droits serait possible, moyennant le versement de droits d'auteurs et sous conditions.

 C'est, selon M. Sarkozy, un "premier pas", qui devrait être soumis au Parlement via un amendement au projet de loi Création et internet.

 

 - DEONTOLOGIE

 Appui à la proposition d'annexer un code de déontologie à la convention collective des journalistes, qui serait rédigé par un comité des sages, ainsi qu'à l'élaboration de chartes rédactionnelles dans les journaux. Le président a écarté l'idée d'une reconnaissance juridique des rédactions, tout comme celle de la création d'un observatoire des pratiques de la presse.

 

 - ABONNEMENT - Chaque jeune Français bénéficiera d'un abonnement gratuit à un quotidien de son choix pendant l'année de ses 18 ans. Les éditeurs assurent le coût de l'abonnement, l'Etat celui du transport des titres aux bénéficiaires. Coût pour l'Etat 6 millions d'euros.

 

 - CAPITALISATION DE LA PRESSE - Le seuil maximal de 20% de capital détenu par un investisseur non-communautaire dans une entreprise de presse française va être levé via des "conventions bilatérales".

La loi Sapin de 1993, relative aux procédures d'achat d'espaces publicitaires, "va être étendue à tout le hors-média et à toute la publicité qui transite sur internet, afin de mettre la presse en situation égale dans l'accès au marché publicitaire". Les particuliers vont également être incités à faire des dons aux entreprises de presse, via des exonérations fiscales.

 

commentaires

Les sept précédents forums sociaux mondiaux

Publié le 23 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans International

Le Forum social mondial (FSM), dont la huitième édition se tient à Belem à partir de mardi, a vu le jour en 2001, dans une autre ville du Brésil, Porto Alegre, alors vitrine du Parti des travailleurs (PT) pour son expérience de démocratie et de budget participatifs.

Cette première édition s'était tenue un peu plus d'un an après la médiatique naissance du mouvement à Seattle (Etats-Unis) où, en novembre 1999, 40.000 personnes avaient violemment protesté contre la mondialisation, à l'occasion de la conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Avec 20.000 personnes la première année, le FSM s'est d'abord affiché comme un "contre-Davos", une alternative au Forum économique mondial de Davos (Suisse), perçu comme le sommet du néo-libéralisme auquel s'opposent les militants et organisé lui aussi à la fin du mois de janvier.

Le FSM a ensuite pris son essor (55.000 personnes en 2002 et 100.000 en 2003, toujours à Porto Alegre), attirant de nombreux responsables politiques, économiques et sociaux. La deuxième édition avait ainsi servi de terrain de campagne à Luiz Inacio Lula da Silva qui allait accéder à la présidence du Brésil 10 mois plus tard.

L'année 2004 a marqué une autre date décisive: pour la première fois, le FSM quittait son site historique pour le continent asiatique, à Bombay (Inde), où s'étaient retrouvés entre 100.000 à 120.000 partisans d'une "autre mondialisation".

Après une nouvelle halte à Porto Alegre en 2005, les organisateurs, inquiets de n'attirer que des Européens et Latino-Américains, ont décidé d'organiser un Forum "polycentrique" en 2006.

Trois Forums se sont ainsi tenus au Venezuela, pour un FSM organisé et financé par le président Hugo Chavez, à Karachi (Pakistan) et à Bamako (Mali), pour une première édition africaine.

En 2007, le 7e Forum social mondial de Nairobi a réuni moins de participants que prévu (57.000 personnes contre 100.000 espérées), mais en atteignant l'objectif de mobiliser en force les mouvements sociaux d'Afrique, particulièrement concernés par les thématiques altermondialistes mais souvent absents, faute de moyens.

Après s'être contenté d'une semaine d'actions "décentralisées" dans le monde fin janvier 2008, le mouvement altermondialiste renoue à Belem avec les Forums mondiaux centralisés.

 

commentaires

La galaxie de l'altermondialisme

Publié le 23 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans International

Les militants altermondialistes, réunis à Belém (Brésil) à partir de mardi, sont issus de plusieurs grands courants: syndical, écologiste, pacifiste, économique ou libertaire.

Les manifestations en marge du sommet de l'OMC à Seattle en décembre 1999 constituent l'acte de naissance médiatique d'un mouvement dont la dénomination a évolué, de "l'antimondialisation" à "l'altermondialisation", pour marquer sa volonté de se présenter, au-delà de la contestation, comme une force de proposition.

Si les grands syndicats traditionnels ont d'abord été réticents à l'égard d'un mouvement dont la création leur avait échappé, c'est autour du monde agricole que s'est organisé le mouvement altermondialiste, sur les thèmes de la souveraineté alimentaire et du commerce équitable.

L'organisation paysanne internationale Via Campesina, créée en 1992, regroupe ainsi une centaine d'organisations de paysans dans le monde, dont le Mouvement des sans-terre brésilien. En France, la Confédération paysanne, même après le retrait de son porte-parole emblématique José Bové, constitue un pilier de la lutte contre la "malbouffe" et l'agriculture extensive.

Les liens avec les groupes écologistes (Greenpeace, le World Wildlife Fund, les Amis de la Terre, Narmada...), sont nombreux, en particulier dans le combat contre les OGM, pour le développement durable, contre le nucléaire.

Le mouvement pacifiste, en déclin depuis la fin des années 80, a trouvé un nouveau souffle avec la guerre en Irak. Proches de ce courant, on trouve les organisations de défense des droits de l'Homme, comme Amnesty international ou la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

Le courant libertaire (Reclaim the streets en Grande-Bretagne, les centres sociaux italiens...) regroupe les militants les plus radicaux, réunis autour de la lutte pour les "sans": sans-papier, sans-logement, sans-emploi...

Le courant économique s'attache à dénoncer les politiques économiques libérales et ses inspirateurs (OMC, G8), les grands organismes financiers (FMI, Banque mondiale...), la "tyrannie des marques" et milite pour l'annulation de la dette du tiers-monde (CADTM, Jubile 2000, Attac).

Cependant, malgré la crise financière mondiale qui valide, d'après lui, ses principales thèses, le mouvement altermondialiste peine à se faire entendre dans les pays occidentaux.

Le 5e Forum social européen (FSE) à Malmö, en Suède, a mobilisé en septembre dernier trois fois moins de militants qu'en 2006. Cependant, l'essayiste américaine Susan George estimait alors que la crise financière représentait une "opportunité" pour le mouvement altermondialiste.

commentaires

Les cellules souches embryonnaires outils exceptionnels pour la recherche

Publié le 23 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Les cellules souches embryonnaires peuvent se différencier pour produire tous les types de cellules humaines (sanguines, nerveuses, musculaires...), une spécificité qui en fait des outils exceptionnels pour la recherche.

Certaines des cellules humaines sont dites "souches", parce qu'elles sont à l'origine de toutes les autres, avec la capacité de se reproduire à vie sans se modifier.

Les cellules souches dites adultes servent au renouvellement des tissus. Présentes en très petit nombre dans tous les tissus de l'organisme, leur rôle est de régénérer le tissu auquel elles appartiennent.

Les cellules souches embryonnaires proviennent de l'embryon humain aux tous premiers stades de son développement (5-6 jours), le blastocyste. Capables de donner naissance à plus de 200 types de tissus différents, elles sont dites pluripotentes.

Leur capacité à se différencier en tout type de cellules humaines en fait un enjeu essentiel de la thérapie cellulaire et de la médecine "régénératrice". Mais leur potentiel se heurte à des questions éthiques puisque l'embryon sur lequel elles sont prélevées est détruit.

En pratique, elles peuvent être prélevées sur des embryons dits "surnuméraires", conçus in vitro dans le cadre d'une assistance médicale à la procréation, mais n'étant plus destinés à aboutir à une naissance.

Les cellules souches pluripotentes induites, ou iPS (induced Pluripotent Stem cells) sont une alternative prometteuse aux cellules souches embryonnaires, qui pourrait apporter une réponse aux problèmes éthiques.

Elles partagent les propriétés des cellules souches embryonnaires, mais sont issues de la reprogrammation du noyau de cellules différenciées adultes.

De nombreux chercheurs estiment cependant que les deux pistes doivent continuer à être explorées, des incertitudes demeurant sur l'évolution des iPS.

commentaires

L'héroïne en chiffres en France et en Europe

Publié le 23 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Voici les principales données chiffrées sur l'héroïne en France et en Europe après la vague d'overdoses qui a touché au moins 38 personnes ces derniers jours en Ile-de-France et dans l'Oise:

 

En France:

L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies a précisé que la dernière estimation du nombre d'expérimentateurs d'héroïne en France remontait à 2005 et était de l'ordre de 360.000 personne.

Par ailleurs, selon la même source, l'estimation du nombre d'usagers de drogues "problématiques" se situe aux environs de 180.000 personnes. Selon les sources on peut considérer qu'entre 35 et 40% de ces individus sont des usagers plus ou moins réguliers d'héroïne.

Pour les décès liés aux drogues le chiffre qui fait désormais référence est celui du registre mortalité de l'Inserm qui a recensé 305 décès en 2006 sans que l'on puisse désigner le produit concerné.

Cependant, selon certaines estimations, 30 à 40% des décès seraient liés à l'héroïne.

 

En Europe:

L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, qui appelait à la vigilance face au retour de la consommation d'opiacés et singulièrement d'héroïne en Europe dans son dernier rapport annuel publié en novembre dernier, estimait à environ 1,5 million (de 1,3 à 1,7 million) le nombre de consommateurs d'opiacés à problèmes dans l'UE et en Norvège.

En 2005/2006, les décès dus à la drogue, majoritairement de l'héroïne, représentaient 3,5% de tous les décès d'Européens de 15 à 39 ans, des opiacés étant décelés dans 70% des cas.

Plus de 600.000 usagers d'opiacés ont bénéficié d'un traitement de substitution en 2006 en Europe.

Le nombre de saisies d'héroïne a augmenté de 10 % au cours de la période 2003-2006 dans l'Union européenne, atteignant un total de 19,4 tonnes en 2006.

En 2007, la production mondiale d'opium a augmenté de 34 %, pour atteindre, selon les estimations, un volume de 8.870 tonnes, dont 8.200 tonnes produites en Afghanistan.

Parallèlement, le prix de vente au détail du gramme d'héroïne a constamment chuté depuis 2001, oscillant en 2006 entre 14,5 euros en Turquie et 110 euros en Suède.

commentaires

Le CSA, garant de la liberté de la communication audiovisuelle en France

Publié le 22 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Point de Repère

Créé par la loi du 17 janvier 1989, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), autorité administrative indépendante composée de neuf sages, est le garant de la liberté de la communication audiovisuelle sur le territoire français, même si ses moyens d'action sont limités.

Présidé par Michel Boyon depuis janvier 2007, le CSA se renouvelle par tiers tous les deux ans. Le mandat des conseillers, non renouvelable, est de six ans.

Le CSA veille notamment au respect scrupuleux du temps de parole des deux candidats au second tour de la présidentielle.

Plus généralement, le CSA vérifie la bonne application de la loi du 30 septembre 1986, plusieurs fois modifiée, sur l'exercice de la liberté de communication.

A ce titre, le CSA a jusqu'ici pour tâche de nommer les présidents des télévisions et des radios publiques, notamment le président de France Télévisions et celui de Radio France.

Mais le projet de loi sur la réforme de l'audiovisuel prévoit que ces derniers seront désormais désignés directement par l'exécutif, après avis conforme du CSA et du Parlement.

Le CSA délivre les autorisations aux stations de radio, télévisions locales, chaînes de télévision diffusées par câble, satellite, internet ou ADSL.

Il donne des avis au gouvernement sur les projets de loi ou de décret qui concernent l'audiovisuel.

Il gère et attribue les fréquences destinées à la radio et à la télévision.

Il veille au respect du pluralisme politique et syndical sur les antennes, notamment en fixant des règles de répartition du temps de parole des invités politiques. Il organise les campagnes officielles radiotélévisées des différentes élections, présidentielles et législatives notamment.

Il s'assure du respect par tous les diffuseurs des lois et de la réglementation en vigueur, ce qui l'amène souvent à intervenir auprès des chaînes pour des images susceptibles de choquer par leur violence ou leur caractère pornographique ou pour non-respect des règles en matière de publicité. Il peut sanctionner une radio ou une chaîne qui ne respecte pas la réglementation.

Le CSA a également pour mission de veiller à la protection des mineurs face aux programmes audiovisuels.

Les moyens d'actions du CSA restent cependant limités.

N'étant pas un organe de censure, il n'intervient jamais auprès d'une chaîne ou d'une station de radio avant la diffusion d'un programme.

De même, s'il peut être saisi des protestations des téléspectateurs, il ne peut, en raison de la liberté éditoriale des radios et télévisions, demander de rétablir une émission supprimée, de programmer plus ou moins de films ou d'émissions de variétés, de moins rediffuser certains programmes.

Un rapprochement entre l'autorité de régulation des télécoms, l'Arcep, et le CSA, est régulièrement évoqué au vu de l'évolution des moyens de diffusion.

commentaires

Barack Obama se met au travail, après une investiture historique

Publié le 21 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans International

Sitôt entré en fonction lors d'une investiture historique, le président Barack Obama s'est mis au travail et sa première décision a visé la prison de Guantanamo, symbole des excès de la présidence Bush qu'il a promis de fermer dès que possible.

Porté par une énorme liesse populaire, Barack Obama, 47 ans, premier président noir des Etats-Unis, avait pris possession mardi de la Maison Blanche, saluant le triomphe de "l'espoir" sur "la peur" à l'heure où les Etats-Unis sont confrontés à deux guerres et une crise économique majeure.

Parmi ses promesses de campagne, il avait annoncé que la fermeture de la prison de Guantanamo, à Cuba, serait l'une de ses toutes premières décisions.

Avant même de donner l'ordre de fermeture, il a choisi de suspendre pendant 120 jours les procédures judiciaires d'exception devant les tribunaux de Guantanamo, portant un premier coup à ce système controversé créé en 2006 par le gouvernement de George W. Bush pour juger les suspects de terrorisme.

Tôt mercredi matin, quelques heures après avoir achevé en compagnie de son épouse Michelle la tournée des bals en son honneur, il devait assister à une traditionnelle prière en la cathédrale de Washington, puis rejoindre le Bureau ovale pour ses premiers rendez-vous de travail.

Parmi les premiers attendus à la Maison Blanche, les conseillers économiques et les responsables militaires du pays. Car deux tâches majeures attendent Barack Obama: trouver des réponses à la crise économique et désengager les soldats américains d'Irak pour concentrer la lutte antiterroriste sur le front afghan.

Tout au long de la journée de mardi, une ferveur populaire sans précédent et les félicitations des dirigeants du monde entier avaient porté le jeune président démocrate jusqu'à la Maison Blanche, accompagné de son épouse et de leurs deux filles, Sasha et Malia.

Plus de deux millions de personnes, beaucoup les larmes aux yeux, ont assisté à la prestation de serment de Barack Obama sur le Mall, l'immense esplanade du cœur de Washington.

Comme le veut la tradition, le président a levé la main droite et posé la gauche sur la Bible d'Abraham Lincoln, son modèle en politique.

"Moi, Barack Hussein Obama, je jure solennellement de remplir les fonctions de président des États-Unis fidèlement, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des États-Unis", a-t-il déclaré, avant de prononcer son discours d'investiture.

M. Obama a félicité ses compatriotes d'avoir "préféré l'espoir à la peur" en l'élisant président.

A l'adresse du monde, il a assuré que les Etats-Unis étaient "prêts à nouveau à jouer (leur) rôle dirigeant".

Dans la foule, l'émotion était particulièrement forte chez les nombreux Américains d'origine africaine venus acclamer leur héros malgré le froid.

Barack Obama, fils d'un Kényan venu étudier aux Etats-Unis, a évoqué la question raciale en soulignant qu'il y a moins de 60 ans, son père "n'aurait peut-être pas pu être servi dans un restaurant de quartier", alors que lui-même pouvait aujourd'hui "prêter le serment le plus sacré".

Face à la menace du terrorisme, Barack Obama a prévenu les extrémistes du monde entier qu'ils ne réussiraient pas à affaiblir les Etats-Unis. "Nous vous vaincrons", a-t-il lancé. Il a promis que les troupes américaines allaient "commencer à laisser l'Irak à son peuple de façon responsable", près de six ans après l'invasion de ce pays sur ordre de M. Bush.

Il a proposé au monde musulman "une nouvelle approche, fondée sur l'intérêt et le respect mutuels".

A propos de la récession qui frappe les Etats-Unis, M. Obama a estimé que l'économie américaine, "gravement affaiblie", avait été victime de "la cupidité et de l'irresponsabilité de certains".

Prenant le contre-pied de la politique de l'administration sortante, il a assuré que les Etats-Unis travailleraient "inlassablement" pour "faire reculer le spectre du réchauffement de la planète".

Le couple Obama, lui en smoking noir et nœud papillon blanc, elle en longue robe blanche, a terminé la journée sur une note plus légère, en participant aux dix bals officiels donnés pour l'investiture.

commentaires

Retraite à 70 ans: la nouvelle procédure de mise à la retraite d'office

Publié le 21 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Les employeurs doivent désormais interroger leurs salariés de 65 à 69 ans chaque année trois mois avant leur anniversaire sur leur intention ou non de partir en retraite, selon un décret d'application du budget 2009 de la Sécurité sociale qui repousse à 70 ans la retraite d'office.

Une fois interrogé, le salarié dispose d'un mois pour signifier son intention de rester en activité, précise ce décret publié au Journal officiel du 31 décembre. Dans ce cas, il ne peut pas être contraint durant l'année qui suit de partir en retraite, à moins d'être licencié pour "cause réelle et sérieuse", est-il précisé sur le site internet du ministère du Travail.

Mais 2009 est une année de transition pour la mise en place de la nouvelle législation, avec une procédure quelque peu différente.

D'abord, le décret prévoit que toutes les mises à la retraite d'office notifiées avant le 31 décembre 2008 par les employeurs à leurs salariés atteignant 65 ans ou plus sont valables.

Dans le cas où aucune notification n'a été faite en 2008, le décret indique que l'employeur souhaitant mettre un salarié à la retraite (atteignant 65 ans ou plus) en 2009 doit l'interroger non pas trois mois avant son anniversaire, mais trois mois avant la date souhaitée pour cette mise à la retraite.

Le salarié dispose ensuite d'un mois pour répondre et éventuellement s'opposer à un départ.

Ainsi un salarié atteignant 65 ans début février peut par exemple recevoir sa notification fin janvier pour une mise à la retraite souhaitée par l'employeur début mai. Il dispose d'un mois pour répondre ou éventuellement s'y opposer. Dans le cas contraire, sa retraite intervient donc début mai.

Le montant de l'indemnité prévue pour une mise à la retraite d'office est au moins égal à 1/5e de mois de salaire par année d'ancienneté, auquel s'ajoute 2/15e de mois par année au-delà de dix ans d'ancienneté. Mais généralement, l'indemnité prévue par le contrat de travail ou la convention collective du salarié est bien plus élevée.

commentaires

Retraite à 70 ans: la nouvelle procédure de mise à la retraite d'office

Publié le 21 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription dans Action présidentielle et gouvernementale

Les employeurs doivent désormais interroger leurs salariés de 65 à 69 ans chaque année trois mois avant leur anniversaire sur leur intention ou non de partir en retraite, selon un décret d'application du budget 2009 de la Sécurité sociale qui repousse à 70 ans la retraite d'office.

Une fois interrogé, le salarié dispose d'un mois pour signifier son intention de rester en activité, précise ce décret publié au Journal officiel du 31 décembre. Dans ce cas, il ne peut pas être contraint durant l'année qui suit de partir en retraite, à moins d'être licencié pour "cause réelle et sérieuse", est-il précisé sur le site internet du ministère du Travail.

Mais 2009 est une année de transition pour la mise en place de la nouvelle législation, avec une procédure quelque peu différente.

D'abord, le décret prévoit que toutes les mises à la retraite d'office notifiées avant le 31 décembre 2008 par les employeurs à leurs salariés atteignant 65 ans ou plus sont valables.

Dans le cas où aucune notification n'a été faite en 2008, le décret indique que l'employeur souhaitant mettre un salarié à la retraite (atteignant 65 ans ou plus) en 2009 doit l'interroger non pas trois mois avant son anniversaire, mais trois mois avant la date souhaitée pour cette mise à la retraite.

Le salarié dispose ensuite d'un mois pour répondre et éventuellement s'opposer à un départ.

Ainsi un salarié atteignant 65 ans début février peut par exemple recevoir sa notification fin janvier pour une mise à la retraite souhaitée par l'employeur début mai. Il dispose d'un mois pour répondre ou éventuellement s'y opposer. Dans le cas contraire, sa retraite intervient donc début mai.

Le montant de l'indemnité prévue pour une mise à la retraite d'office est au moins égal à 1/5e de mois de salaire par année d'ancienneté, auquel s'ajoute 2/15e de mois par année au-delà de dix ans d'ancienneté. Mais généralement, l'indemnité prévue par le contrat de travail ou la convention collective du salarié est bien plus élevée.

commentaires
1 2 3 > >>