Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Elections internes 2010 : Philippe Le Roux et Vincent Jégou représenteront la circonscription de Guingamp au Conseil National de l'UMP

Publié le 30 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans UMP Guingamp

6eme-2085.JPGLe 30 octobre 2010,

Dans le cadre du renouvellement des instances de l'UMP, les adhérents de la circonscription de Guingamp étaient appelés à élire leurs représentants aujourd'hui à Grâces, dans un bureau de vote présidé par Jonathan Gainche, Délégué National des Jeunes de l'UMP.



Ont été élus membres du comité de circonscription et membres du comité départemental :

Marie-Elisabeth Bague,

 Alain Goarin,

Vincent Jégou,

Patrick Jezequel

Philippe Le Roux

Claude Rouxel,

Martine Tison,

Henri Pierre Tison

A été élu membre du comité de circonscription et membre du comité départemental au titre de représentant des nouveaux adhérents : Sébastien Galardon

 

Philippe Le Roux a été reconduit pour la troisième fois dans ses fonctions de Délégué de la Circonscription, membre du Comité de Circonscription, membre du bureau départemental, membre du Comité Départemental et Membre du Conseil National.

 

Enfin, Vincent Jégou a été désigné représentant de la circonscription de Guingamp au Conseil National de l'UMP.

 

Pour mémoire, Valérie Garcia et Hervé Guélou sont tous les deux membres de droit du Comité de circonscription,  membres du comité et du bureau Départemental, en tant que Conseillers Régionaux.

commentaires

Protéger la diversité des espèces: 20 objectifs pour 2020

Publié le 30 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

Les 193 pays membres de la Convention sur la diversité biologique (CBD) ont adopté vendredi à Nagoya (Japon) un plan stratégique - non juridiquement contraignant - pour la protection de la nature contenant 20 objectifs pour 2020.

L'objectif 2010 pour la diversité biologique "n'a pas été atteint", rappelle la plan en préambule. "La diversité des gènes, des espèces et des écosystèmes continue de diminuer (...) principalement en conséquence des activités humaines", ajoute le texte.

Voici les points les plus concrets de ce plan pour la décennie à venir:

 

- Supprimer les "subventions néfastes" à l'environnement

D'ici à 2020, "les incitations y compris les subventions néfastes pour la diversité biologique sont éliminées, réduites progressivement ou réformées afin de réduire au minimum ou d'éviter les impacts négatifs"

 

- Eviter la surexploitation des stocks de poissons

D'ici à 2020, "tous les stocks de poisson et d'invertébrés et plantes aquatiques sont gérés et récoltés d'une manière durable, légalement et appliquant des approches écosystémiques de telle sorte que la surpêche soit évitée"

 

- Etendre les aires protégées, sur terre et en mer

D'ici à 2020, "17% des superficies terrestres et d'eaux intérieures (contre 13% actuellement, NDLR) et 10% des zones marines et côtières (contre 1% actuellement, NDLR) auront été conservées par le biais de réseaux écologiquement représentatifs et bien reliés d'aires protégées gérées efficacement et équitablement"

 

- Restaurer au moins 15% des écosystèmes dégradés

D'ici à 2020, "la résilience des écosystèmes et la contribution de la diversité biologique au stocks de carbone sont améliorées, grâce aux mesures de conservation et restauration, y compris la restauration d'au moins 15% des écosystèmes dégradés, contribuant ainsi à l'atténuation des changements climatiques et l'adaptation à ceux-ci, ainsi qu'à la lutte contre la désertification".

commentaires

Al-Qaïda au Yémen, fusion des branches yéménite et saoudienne

Publié le 30 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans International

 

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), qui serait derrière l'envoi de colis piégés aux Etats-Unis, est né de la fusion en janvier 2009 des branches saoudienne et yéménite du réseau extrémiste d'Oussama ben Laden sur la terre de ses ancêtres, le Yémen.

L'organisation compterait entre 300 et 400 combattants en armes, selon le ministre yéménite des Affaires étrangères, Abou Bakr al-Kourbi. Ils sont disséminés dans l'est du Yémen, région difficile d'accès et peu contrôlée par le pouvoir central. Certains formeraient des cellules dormantes dans les villes.

La contestation sociale et politique contre le régime central dans le sud du pays, qui était un Etat indépendant avant 1990, crée un environnement favorable pour l'Aqpa dans cette partie du pays où elle commence à s'implanter.

L'Aqpa regroupe des membres d'Al-Qaïda en Arabie saoudite et les irréductibles du réseau au Yémen.

Les premiers ont fui la répression qui s'est abattue sur eux après la série d'attentats qui a ensanglanté le royaume saoudien entre 2003 et 2006. Les seconds sont héritiers des premiers militants d'Al-Qaïda au Yémen, dont le plus gros coup d'éclat avait été l'attentat contre le navire américain USS Cole qui avait tué 17 Américains le 12 octobre 2000 dans le port d'Aden.

Cette dualité s'exprime à la tête de l'organisation. Le chef de l'Aqpa est Nasser al-Wahishi, un Yéménite, qui s'est échappé de prison en 2006 avec 22 autres militants, et son adjoint saoudien Saïd al-Shihri, libéré du centre de détention américain de Guantanamo en novembre 2007.

Les deux composantes d'Aqpa sont réunies par leur volonté de renverser la monarchie saoudienne et de détruire le régime laïcisant du président Ali Abdallah Saleh, afin d'instaurer dans les deux pays des régimes islamistes purs et durs.

Aqpa ne confine pas ses attaques au Yémen où elle s'en prend aux installations militaires, aux responsables et aux ambassades étrangères.

Elle a envoyé l'été 2009 un kamikaze en Arabie saoudite pour tenter d'assassiner le patron de la lutte antiterroriste, le prince Mohammed ben Nayef, par ailleurs responsable par ailleurs d'un programme de réhabilitation d'anciens de Guantanamo. L'attentat a échoué de peu.

L'Aqpa a tenté le 25 décembre de faire exploser en vol un avion reliant Amesterdam à Detroit comme l'a avoué l'auteur de l'attentat manqué le jeune Nigerian, Umar Farouk Abdulmattallab.

Aqpa s'est lancé dans la propagande en anglais dans le but de recruter des militants en dehors de la sphère de ceux qui parlent uniquement l'arabe.

Il a publié un premier numéro de son magazine en ligne "Inspire", il y quatre mois. Selon les spécialistes, cette brochure serait surtout l'oeuvre de l'imam radical américano-yéménite, Anwar al-Aulaqi, placé par Washington sur sa liste des cibles à assassiner en raison de ses liens avec Al-Qaïda.

commentaires

Crise: les principaux points de l'accord du sommet de l'UE

Publié le 29 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans International

 

Voici les principaux points de l'accord trouvé dans la nuit de jeudi à vendredi par les dirigeants de l'UE, ouvrant la voie à un changement limité du traité de Lisbonne, dans le but de créer un mécanisme de soutien permanent pour les pays de la zone euro en difficulté.

 

+ CREATION D'UN MECANISME PERMANENT DE GESTION DE CRISE

Les chefs d'Etat et de gouvernement "sont d'accord sur la nécessité" d'"établir un mécanisme permanent de crise pour garantir la stabilité financière de la zone euro", indique le texte adopté.

Ce mécanisme doit remplacer le Fonds de soutien pour la zone euro mis en place au printemps, après la crise grecque. Le dispositif, doté de garanties des Etats de 440 milliards d'euros, est prévu pour durer seulement trois ans.

La Commission européenne mènera, "en étroite collaboration avec le président" de l'UE, Herman Van Rompuy, "un travail préparatoire sur les modalités générales d'un futur mécanisme", indique le texte.

Elle devra se pencher sur "le rôle du secteur privé" dans ce dispositif. Concrètement, les banques qui prêtent de l'argent aux Etats pourraient être amenées à participer à l'effort. Le "rôle du FMI" sera aussi examiné. Il pourrait intervenir sous forme de prêts.

Les pays qui feront appel à ce filet de sécurité devront remplir des critères "très stricts".

 

+ CHANGEMENT REDUIT DU TRAITE DE L'UE

Afin de mettre en place ce mécanisme de crise, les dirigeants "invitent le président" de l'UE Herman Van Rompuy à mener des consultations" avec les Etats "sur un changement limité du traité nécessaire à cet effet".

Les dirigeants de l'UE reviendront sur ce sujet en décembre, "dans l'objectif de prendre la décision finale" sur un changement de traité "limité", "afin que tout changement puisse être ratifié au plus tard d'ici mi-2013", date de l'expiration du Fonds actuel.

Le changement de traité pourrait être fait via une procédure "simplifiée" de révision, qui permet d'aller vite et d'avoir plus de chance d'éviter des référendums nationaux lors de la ratification.

 

+ SUSPENSION DE DROITS DE VOTE

Le sujet, auquel tient l'Allemagne, est de facto renvoyé à plus tard. M. Van Rompuy entend "examiner par la suite" la question d'une éventuelle suspension de droit de vote lors de réunions européennes pour les Etats de la zone euro trop laxistes en matière budgétaire. Une telle option ne vaudrait qu'"en cas d'une menace permanente à la stabilité de la zone euro dans son ensemble" posé par un Etat.

Compte tenu de l'opposition de nombre de pays européens à cette idée, il est peu probable que ces "sanctions politiques" voient le jour.

commentaires

La présence française en Afghanistan depuis les attentats de 2001

Publié le 28 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans International

 dispositif-militaire-francais-en-afghanistan.jpg3.750 soldats français sont actuellement basés en Afghanistan, ce qui justifie aux yeux du chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden ses menaces proférées mercredi contre la France et la détention d'otages français.

Depuis 2001, 50 soldats français ont perdu la vie dans ce pays, dont 10 dans une embuscade près d'Uzbeen, à 60 km de Kaboul, le 18 août 2008.

 

-          Le 7 octobre 2001, le président Jacques Chirac annonce la participation des forces françaises aux actions militaires américaines visant à renverser le régime des talibans en Afghanistan, après les attentats du 11 septembre 2001 à New York. En novembre, Paris chiffre à 2.000 soldats les effectifs français engagés.

-          Début 2002, 640 soldats français de la force internationale en Afghanistan (Isaf) sont déployés. La France participe pour la première fois le 5 mars aux bombardements de cibles du réseau Al-Qaïda.

-          En 2007, la France, à laquelle les talibans ont demandé de retirer ses troupes, compte un millier de soldats en Afghanistan. Le président Sarkozy assure à Washington que Paris restera engagé militairement en Afghanistan "aussi longtemps qu'il le faudra".

-          En août 2008, la France prend le commandement de la force de l'Otan dans la région de Kaboul, où 5.000 soldats internationaux, dont 1.800 Français, sont déployés.

-          Le 15 octobre 2009, le président Sarkozy prévient que la France "n'enverra pas un soldat de plus en Afghanistan", mais il juge que les conditions du retrait ne sont pas réunies.

-          En janvier 2010, pressé par les Etats-Unis d'envoyer des renforts, Sarkozy réaffirme qu'il n'entend pas déployer de nouveaux "soldats combattants", mais des instructeurs militaires et des formateurs.

Le 12 juillet, le général Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées, précise que les effectifs militaires français seront "bientôt" portés de 3.750 à 4.000 hommes.

-          La France "restera engagée en Afghanistan, avec ses alliés, aussi longtemps que nécessaire et aussi longtemps que le souhaitera le peuple afghan", déclare le président Sarkozy le 25 août.

commentaires

"Je ne laisserai pas un freluquet comme vous insulter la France", par Myriam Picard

Publié le 28 Octobre 2010 par Marianne - Myriam Picard dans Point de Repère

A une époque où il est de bon goût de "niquer la France", de siffler son hymne national, de primer une photo montrant un homme se torchant les fesses avec le drapeau bleu blanc rouge, le chanteur Raphaël a sorti, avec une promotion médiatique énorme, une chanson, "Patriote". Il a choisi, pour faire sa publicité, de monter sur une échelle, et de vouloir tourner en dérision Jeanne d’Arc, et à travers elle notre pays.

Cela a fait réagir Myriam Picard, jeune femme de 25 ans, qui a tenu à rosser ce "freluquet", avec un style, un panache et une élégance dont nous avons envie de vous faire profiter.

 

J’ai 25 ans, et je ne laisserai pas un freluquet comme vous, Raphaël, insulter la France, par Myriam Picard

 

Lettre ouverte à monsieur Raphaël Haroche

 

Vous vous êtes permis récemment de commettre une chanson, « Le patriote ».

Le message que vous y donnez est clair : vous méprisez la France, vous méprisez les Français. En voici quelques extraits éloquents :

«Si j’étais moins intelligent/Si j’avais pas ma carte de lâche/Je leurs foutrais mon pied dans les dents/Je leurs faciliterais pas la tâche/En première page des magazines/Ils sont partout dégueulant/Leur réformes et leur grippe porcine/Le bon peuple et son président. » « Il faut chanter la Marseillaise/Et avé’ la main sur le cœur/Moi je la siffle avec les Beurs/Prie pour qu’au foot on soit de la baise/L’ordre moral est bien partout/La démago de gauche à droite/J’aime mieux attendre qu’ils soient bien saouls/Avant de me battre.»

 

Pour mettre en valeur ces paroles hautement patriotiques, vous avez organisé une lamentable mise en scène, en enfourchant la statue de Jeanne d’Arc (place des Pyramides) et en chuchotant, à l’oreille de ce symbole de la France, combien vous méprisiez ce pays.

 

Si vous n’êtes pas content de la France, la porte est ouverte. Grande ouverte. Nous n’avons que faire de rebellocrates qui croient monter des barricades quand ils se contentent de gravir prudemment une échelle sous l’œil complice d’une caméra. Et sachez que si vous vous permettez encore une fois de peloter aussi bêtement une statue de Jeanne d’Arc, il y aura sans doute quelques bons Français pour vous rappeler un peu vigoureusement, avec des méthodes de l’époque, ce que fut cette bergère de quinze ans pour des milliers de Français désespérés.

 

Ce n’est pas parce que vous avez beaucoup d’argent, une petite gueule d’amour de Rimbaud en mal de talent, et l’admiration des bobos des rives gauche et droite, que vous pouvez vous permettre de donner des leçons aux Français. Ces Français que vous jugez « désolants », bramez-vous. Certes, quand ils tolèrent qu’un adolescent attardé de 35 ans leur donne des leçons de vie.

 

Votre chanson et son clip offensent les millions de personnes qui sont mortes pour la France ; vous marchez sur un sol trempé de larmes et de sang, un sol qui a pu garder son nom et son âme grâce à des hommes et des femmes qui se sont sacrifiés pour que vous ayez un jour la possibilité de vivre libre dans ce pays sur lequel vous crachez aujourd’hui.

 

La Française que je suis vous prie de vous cantonner à des débats à la hauteur de vos capacités. Battez-vous contre le réchauffement climatique, pour la béatification de Karl Lagerfeld, ou pour la culture du boulgour bio, mais ne vous mêlez pas de la France. Elle n’a que faire d’un «planqué derrière ses lunettes noires» (comme vous le dites si bien) qui vit très confortablement dans le XVIIème, n’a jamais eu peur de se faire tabasser dans le métro, et ne sait pas ce que c’est que de vivre à proximité d’un camp de Roms.

 

Car vous ne vivez pas dans la réalité, vous l’ignorez absolument. Papa-maman avocats, enfance à Boulogne, scolarité à Henri IV, épouse qui, pendant que vous caracoliez sur la statue de Jeanne d’Arc, assistait à la Fashion Week : on ne peut pas franchement dire que vous êtes des damnés de la terre.

 

«Les étrangers, ça va dans des camps / On va quand même pas sauver le monde.» dites-vous avec ironie.

Eh bien, si vous trouvez cela tellement révoltant, pourquoi n’en accueillez-vous pas quelques dizaines chez vous ? Avec vos moyens financiers, ce doit être possible. Et nous serions tous ravis de voir ce que donnerait cette confrontation de vos idéaux droitdel’hommistes avec la réalité.

Car la réalité, monsieur, c’est que les Français n’en peuvent plus. Et si le gouvernement a décidé de faire une opération de communication en expulsant quelques Roms, c’est précisément parce qu’il sent la révolte d’un peuple qui n’en peut plus de vivre, jour après jour, la communautarisation de son pays.

 

Voilà sans doute des mots que vous ne connaissez pas. Je vous invite donc à aller vous promener du côté des Mureaux ou de la Courneuve : ce seront des travaux pratiques très instructifs, je n’en doute pas.

Vous verrez alors ce que pensent réellement ces Beurs dont vous parlez, et avec lesquels vous rêvez de siffler la Marseillaise. Vous allez connaître le sens des mots « bolosser» et « face de Craie ». Et j’ose espérer que vous mesurerez alors le courage de ceux qui osent se dresser contre cette inadmissible violence antifrançaise et antiblanche qui gangrène notre pays.

 

Car les gens de courage ce ne sont pas Zazie, Judith Godrèche, Christophe Willem et vous-même : vous vous indignez très confortablement, derrière des micros ou sur des plateaux TV, vous vous battez contre des moulins à vent, et avez l’impression qu’en défendant l’antiracisme ou le maintien des Roms en France, vous êtes dans l’irrévérence, alors que ce gouvernement que vous critiquez donne depuis des années des millions d’euros à des associations qui pourfendent les mêmes méchants que ceux que vous désignez d’un doigt lisse bordé de cachemire.

 

Votre chanson sue le mépris.

Mépris pour le peuple, mépris pour ses inquiétudes, mépris pour ses souffrances. Mépris pour les symboles d’un pays qui ne doit pas être si atroce que cela, puisque tant de gens veulent y rentrer et y rester.

 

Quel sera le prochain acte de bravoure et de folie artistique du mutin de Panurge (merci Philippe Muray pour cette belle invention) que vous êtes, Monsieur ?

Déféquer devant le Panthéon ?

En vous posant en pseudo résistant, vous vous inscrivez au contraire parfaitement dans l’histoire des collabos et des traîtres qui ont sali notre pays.

 

Vous êtes de ceux qui, depuis plus de trente ans, forcent les Français à se battre la coulpe en permanence, à rougir de leurs valeurs et de leur histoire, à cracher sur tout ce qui est digne et respectable dans un des rares pays où on ne vous colle pas au gnouf pour des propos comme les vôtres.

 

J’ai 25 ans, Monsieur, je suis française, et fière, quoi qu’il arrive, de mon pays. Aucune nation, jamais, n’est parfaite. Mais j’ai la chance de faire partie d’une grande et belle histoire, j’ai derrière moi des siècles d’héroïsme et de grandeur.

J’essaie d’en être digne, tant bien que mal. Alors quand je vois un si petit freluquet s’estampiller bouffon d’une cour et d’un système qui lui rapportent tant d’argent et de médiatisation, je ne peux que me dresser, du haut de ma jeunesse, et vous rappeler à l’ordre.

 

Au nom de cet hymne que vous raillez, de cette Jeanne d’Arc dont vous vous servez, veuillez, Monsieur Haroche, avoir un peu d’humilité, d’intelligence, et de décence. Vous n’êtes pas Guy Môquet ni Emile Zola. Mais un petit Parisien conformiste dont le plus grand acte de bravoure de sa vie aura sans nul doute été de monter une échelle, place des Pyramides, sans un harnais de sécurité.

 

Myriam Picard

commentaires

Réforme des retraites: les principaux points du projet de loi

Publié le 28 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Action présidentielle et gouvernementale

 

Voici les principales mesures du projet de loi de réforme des retraites, définitivement voté mercredi par le Parlement:

 

AGE LEGAL

Le recul à 62 ans, à l'horizon 2018, de l'âge légal de départ à la retraite est la mesure phare. L'âge légal de départ augmentera progressivement de quatre mois par an, à compter du 1er juillet 2011. La première génération concernée par ce relèvement progressif est celle née après le 1er juillet 1951.

L'âge du taux plein (âge auquel est annulée la décote même si la durée de cotisation nécessaire n'est pas atteinte) sera relevé progressivement de 65 à 67 ans de 2016 à 2023.

 

DUREE DE COTISATION: La réforme maintient le principe en vigueur depuis 2003 d'un allongement progressif de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein en fonction des gains d'espérance de vie. Actuellement de 40,5 ans, cette durée de cotisation doit passer à 41 ans d'ici 2012 et la réforme prévoit qu'elle passera ensuite à 41 ans et un trimestre en 2013.

 

PENIBILITE: Les salariés qui, du fait d'une situation d'usure professionnelle constatée, ont un taux d'incapacité physique supérieur ou égal à 20% pourront continuer à partir à la retraite à 60 ans. Dans certains cas, un seuil de 10% sera retenu: l'assuré devra alors prouver son exposition à des facteurs de risques professionnels et recevoir l'aval d'une commission. Au total, devraient être concernées 30.000 personnes (sur les 700.000 partant en retraite chaque année).

Les salariés occupant des postes de travail pénibles pourront bénéficier  d'allègement de charge du travail ou de compensation de la charge dans le cadre d'accords collectifs de branche.

Le texte comprend une réforme de la médecine travail.

 

MESURES EN FAVEUR DES PARENTS ET HANDICAPES: Les parents d'enfants lourdement handicapés soignés à domicile pourront continuer à partir à 65 ans sans décote ainsi que les mères de trois enfants, nées entre 1951 et 1955, ayant arrêté de travailler pour les élever. Même chose pour les aidants familiaux et les travailleurs handicapés.

 

CARRIERES LONGUES: Le dispositif, créé en 2003, permettant un départ anticipé à la retraite avant l'âge légal sous réserve d'avoir une durée de cotisation de deux ans supérieure à celle requise pour le taux plein, est reconduit. Il est élargi à ceux qui ont commencé à travailler à 17 ans. L'âge minimal de départ autorisé passe de 56 à 58 ans pour ceux qui ont commencé à travailler à 14 ans mais la transition vers ces nouvelles règles a été atténuée pendant l'examen de la réforme.

 

FONCTION PUBLIQUE: Un alignement du taux de cotisation retraite des fonctionnaires sur celui du privé (passage de 7,85 à 10,55%), étalé sur 10 ans, est prévu. La réforme prévoit la fin en 2012 du dispositif qui permet aux fonctionnaires parents de trois enfants avec 15 ans d'activité de partir à la retraite à l'âge de leur choix.

 

NOUVELLES RECETTES: Le gouvernement compte apporter environ 4 milliards d'euros par an de recettes nouvelles au système de retraite. Il prévoit notamment un nouveau prélèvement sur la dernière tranche de l'impôt sur le revenu et les plus-values de cessions, une hausse des prélèvements sur les stock-options et les retraites-chapeaux.

 

EGALITE HOMMES/FEMMES: Les entreprises d'au moins 50 salariés pourront être sanctionnées financièrement (1% de la masse salariale) si elles n'ont pas signé d'accord ou plan destiné à résorber les écarts salariaux hommes-femmes.

 

EPARGNE RETRAITE: La moitié des sommes perçues par un salarié au titre de la participation aux résultats de l'entreprise est, sauf avis contraire dudit salarié, obligatoirement versée sur le Plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco). Possibilité pour un salarié d'alimenter de façon individuelle les fonds d'épargne retraite en entreprise.

 

RETRAITE PAR POINTS: Dès 2013 sera lancée une étude pour préparer une "réforme systémique", qui pourrait se traduire par le basculement vers un régime unifié de retraite par points ou en comptes notionnels.

commentaires

La loi sur l'interdiction du voile intégral en France

Publié le 28 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Action présidentielle et gouvernementale

 

Voile-integral.jpgLa loi interdisant le port du voile intégral (burqa, niqab) dans l'espace public en France, villipendée mercredi par le chef d'Al Qaïda, Oussama ben Laden, a été promulguée le 12 octobre, cinq jours après sa validation par le Conseil constitutionnel.

Toutefois, la plus haute instance juridique a jugé qu'elle ne pouvait s'appliquer dans les lieux de culte ouverts au public, au risque de violer la liberté religieuse.

Selon la loi, qui entrera en vigueur au printemps 2011, soit six mois après sa promulgation, "nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage".

L'espace public comprend l'ensemble de la voie publique et les "lieux ouverts au public" (commerces, transports, parcs, cafés...) ou "affectés à un service public" (mairies, écoles, hôpitaux...).

La loi prévoit une amende de 150 euros et/ou un "stage de citoyenneté" pour les femmes qui l'enfreindront. En outre, toute personne obligeant une femme à se voiler sera passible d'un an de prison et de 30.000 euros d'amende. La peine sera doublée (deux ans de prison, 60.000 euros d'amende), si la personne contrainte est mineure.

Les forces de l'ordre ne peuvent contraindre par la force une femme portant le niqab ou la burqa à retirer son voile. Elles dressent un procès-verbal de constatation d'infraction transmis au parquet.

Parmi les exceptions, figurent : la tenue destinée à dissimuler le visage  "prescrite" ou "autorisée" par des dispositions législatives, règlementaires, ou bien pour "raisons de santé", "motifs professionnels", "pratiques sportives" "fêtes", "manifestations artistiques" ou "traditionnelles".

Initié à la suite de la demande d'André Gerin, député PCF de Vénissieux (Rhône), d'une commission d'enquête parlementaire le 17 juin 2009, le projet de loi d'interdiction du voile intégral avait été adopté par le Parlement le 14 septembre 2010.

commentaires

Les principales menaces d'Al-Qaïda contre la France

Publié le 27 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

Les menaces contre la France, proférées mercredi par le chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden sont les dernières en date faites par l'organisation depuis 2002.

 

-          8 oct 2002 : Le numéro deux d'Al-Qaïda Ayman Al-Zawahiri, menace, dans une bande sonore, de frapper à nouveau les Etats-Unis et leurs alliés. "Nous avons adressé quelques messages notamment à l'Allemagne et un autre à la France (...) pour qu'ils cessent leur implication dans la croisade américaine".

-          12 nov 2002 : Ben Laden met en garde la France, après la Grande-Bretagne, pour son alliance avec "le gouvernement américain injuste". Dans un enregistrement, il salue les attentats en 2002 contre les Français à Karachi (Pakistan) et contre un pétrolier français au Yémen.

-          1er oct 2004 : Un message attribué à Zawahiri appelle à la "résistance contre la campagne croisée" et menace les intérêts de plusieurs pays, notamment les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

-          14 sept 2006 : Après le ralliement du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) à Al-Qaïda, le 11 septembre, Zawahiri menace dans un message vidéo de nouveaux attentats contre la France, de la part du GSPC qualifié "d'épine dans le pied des Français".

-          9 jan 2007 : Le GSPC appelle, dans un message internet, les Algériens à s'en prendre aux Français.

-          30 juin 2009 : "Nous nous vengerons de la France et de ses intérêts par tous les moyens" annonce, sur internet, le dirigeant d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abou Moussab Abdoul Wadoud, après que Nicolas Sarkozy eut déclaré devant le Congrès que la burqa (voile intégral) "n'était pas la bienvenue".

-          4 août 2009 : Zawahiri déclare que "la France va payer pour tous ses crimes" pour son hostilité au voile islamique intégral.

-          27 avr 2010 : Zawahiri dénonce le projet de loi interdisant le port du voile intégral dans l'espace public, en France. Il appelle les musulmanes à résister quel qu'en soit le prix.

-          16 août 2010 : Aqmi appelle à la vengeance contre la France, qualifiant dans un message mis en ligne, le président Sarkozy d"'ennemi de Dieu", à la suite d'un raid meurtrier mené contre une base d'Aqmi au Mali.

-          27 oct 2010 : Ben Laden affirme, dans un message audio justifiant l'enlèvement de Français au Sahel, que la France ne connaîtrait la sécurité que si elle se retirait d'Afghanistan et mettait un terme à "ses injustices" à l'égard des musulmans.

commentaires

Tract retraites - une réforme indispensable et juste

Publié le 26 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans TRACTS

tract-retraites.jpg

commentaires

Le jeu vidéo, l'une des principales industries du divertissement

Publié le 26 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

Le jeu vidéo figure parmi les principales industries du divertissement, avec un chiffre d'affaires attendu en 2010 surpassant celui de la musique mais restant juste derrière celui du cinéma.

En 2010, ce secteur devrait générer 58 milliards d'euros dans le monde, selon le cabinet PricewaterhouseCoopers (PWC). A titre de comparaison, les revenus tirés du monde musical seront de 26 milliards et ceux du septième art de 87 milliards d'euros, à condition d'englober toutes ses composantes.

"Si l'on regarde le cinéma dans le détail, ce sera par exemple 32 milliards pour le box-office, 32 milliards également pour les DVD, 18 milliards pour la location en magasin", a précisé à l'AFP Vincent Teulade, directeur de l'activité Consulting au sein de PWC France.

Du côté du jeu vidéo, les consoles vont générer 30 milliards en 2010, le "online" (jeu sur internet, NDLR) 14 milliards, les téléphones portables plus de 8 milliards et le jeu sur PC près de 4 milliards.

"On a eu une année noire en 2009, avec une croissance plus faible, à cause notamment du piratage et du marché de l'occasion mais nous sommes optimistes", a expliqué Vincent Teulade, soulignant qu'il s'agissait d'une économie d'offres dépendant du succès des gros titres.

Ces derniers ont, pour la plupart, rempli leurs objectifs cette année: les ventes mondiales du jeu de tir "Halo : Reach" sur Xbox 360 ont dépassé les 200 millions de dollars le jour de sa sortie, 2,6 millions d'exemplaires de la simulation de football "Fifa 11" d'Electronic Arts ont trouvé preneur en un week-end en Europe et aux Etats-Unis.

Concernant les productions à venir, "Assassin's Creed : Brotherhood" d'Ubisoft a battu le record de réservations mondiales de l'histoire du groupe et "Call of Duty : Black Ops" d'Activision a pulvérisé le nombre de pré-commandes de son prédécesseur sorti en 2009, où il avait été le jeu le plus vendu, selon le revendeur américain Gamestop.

Dans les années à venir, PWC anticipe une croissance soutenue du marché, de 10,6% par an soit bien davantage que le cinéma (plus 4,8%) ou la musique (plus 1,1%), portée par l'arrivée attendue de nouvelles machines en 2012-2013.

Le chiffre d'affaires mondial du jeu vidéo en 2014 devrait s'établir à 86,8 milliards, comblant une partie de son retard sur celui du cinéma (107,5 milliards), selon PWC.

commentaires

62 ans, 67 ans: les nouveaux âges de la retraite

Publié le 26 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio

 

La réforme des retraites, qui doit être adoptée mercredi par le Parlement, a reculé de deux ans les principales bornes d'âge du système de retraites, l'âge légal de départ passant progressivement à 62 ans, et celui de l'annulation de la décote à 67 ans.

 

LA BORNE DES 60 ANS REPOUSSEE A 62 ANS

C'est l'âge légal de départ, qu'on peut aussi qualifier d'âge d'ouverture des droits. Il va passer de 60 à 62 ans d'ici 2018, au rythme de quatre mois supplémentaires par an. Cette nouvelle borne vaut pour le privé comme pour les fonctionnaires (hors cas particuliers de départs anticipés).

La première génération touchée est celle des assurés nés après le 1er juillet 1951. Ceux nés à partir du 1er janvier 1956 seront les premiers à ne pouvoir partir qu'à 62 ans.

Atteindre cette borne d'âge ne garantit pas une retraite complète: le montant d'une pension dépend en effet de la durée de cotisation.

 

LA DUREE DE COTISATION ATTEINDRA 41 ANS ET UN TRIMESTRE EN 2013

Pour bénéficier d'une retraite de base à taux plein (taux de 50% qui s'applique au salaire moyen des 25 meilleures années, le résultat ne pouvant dépasser un plafond d'environ 1.400 euros), il faut disposer d'un certain nombre d'années cotisées ou assimilées.

Cette durée évolue en fonction de de l'espérance de vie. Elle est de 40,5 ans en 2010 et aura atteint 41 ans en 2012. La réforme prévoit qu'elle passera ensuite à 41 ans et un trimestre en 2013.

Un assuré ne disposant pas de toutes ses annuités voit sa pension réduite sous l'effet d'un double mécanisme:

- une réduction proportionnelle au nombre d'années manquantes: un assuré qui aurait une durée d'assurance de 38 années sur 41 requises, a ainsi une diminution de 3/41ème de sa pension.

- une pénalité supplémentaire qui accentue ce premier effet, appelée décote. Cette pénalité se traduit par un "coefficient de minoration" qui s'applique au taux plein. Assoupli progressivement depuis 2003, ce coefficient sera de 5% par année manquante en 2013.

 

L'AGE D'ANNULATION DE LA DECOTE PASSERA DE 65 A 67 ANS

L'âge d'annulation de la décote, appelé aussi âge du taux plein, est celui auquel un assuré ne peut plus se voir appliquer de décote. Il est actuellement fixé à 65 ans, et passera progressivement à 67 ans de 2016 à 2023.

Cela signifie qu'à 67 ans, un assuré n'ayant pas la durée d'assurance requise bénéficiera tout de même du taux plein. Mais cela ne l'empêchera pas de voir sa pension diminuée proportionnellement au nombre d'années manquantes.

La borne de 65 ans est maintenue pour les parents d'enfants lourdement handicapés et pour certaines mères de trois enfants nées entre 1951 et 1955.

commentaires

Budget 2011: principaux chiffres, principales mesures après l'examen à l'Assemblée

Publié le 26 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Action présidentielle et gouvernementale

Voici les principaux chiffres et les principales mesures du projet de loi de budget pour 2011, après l'adoption du volet recettes mardi à l'Assemblée nationale:

 

PRINCIPALES HYPOTHESES ECONOMIQUES

 

-          Croissance: le gouvernement table sur +2% en 2011, après +1,5% en 2010

-          Déficit public: le gouvernement s'est engagé à le ramener à 6% du produit intérieur brut (PIB), après un niveau record de 7,7% cette année

-          Déficit de l'Etat: 91,62 milliards d'euros (contre 152 en 2010)

-          Réduction du nombre de fonctionnaires: 31.638

-          Dette publique: 86,2% du PIB, après 82,9% cette année

-          Inflation: +1,5%, après 1,5% cette année

-          Emploi: 160.000 créations d'emplois marchands, soit le double de cette année, ce qui devrait conduire à une réduction du taux de chômage

 

PRINCIPALES MESURES

 

-          "Contribution supplémentaire de 1% sur les hauts revenus et les revenus du capital" pour le financement des retraites

-          Suppression du taux réduit de TVA sur les offres "triple-play" internet/téléphone/télévision

-          Diminution de moitié du taux de crédit d'impôt sur le revenu pour les équipements de production d'électricité utilisant l'énergie solaire (suppression en Outre-mer, avec une commission qui remettra ses conclusions au Parlement avant le 30 juin 2011)

-          "Taxe de risque systémique sur les banques"

-          Gel de la dotation aux collectivités locales à 41,3 mds d'euros (comme en 2010)

-          "Amélioration du recouvrement et maîtrise de la dépense d'aide juridictionnelle"

-          Financement des titres de séjour et des passeports biométriques

-          Accès à la propriété: création d'un prêt à taux zéro renforcé

-          Suppression de l'avantage fiscal aux "mariés de l'année"

-          Baisse de 0,75% à 0,5% de la taxe sur le chiffre d'affaires publicitaire des chaînes privées de télévision

-          Renvoi à un décret de la hausse des amendes de 11 euros (François Baroin table sur une hausse de 15 à 20 euros d'ici la fin de l'année)

-          TVA acquittée par les "gens du voyage" pour la location d'emplacements sur des aires d'accueil ramenée de 19,6% à 5,5%, pour l'aligner sur la TVA des campings

-          Niche fiscale ramenée de 75 à 50% de réduction d'ISF au titre de l'investissement dans les PME.

-          Limitation du montant des retraites-chapeau (30% du montant de la rémunération reçue la dernière année d'exercice) et des parachutes dorés (au double de la plus élevée des indemnités de départ prévue en cas de licenciement par les accords d'entreprise ou de branche)

-          Augmentation des plafonds du dispositif de réduction d'impôt sur le revenu dit "Madelin" (pour les personnes investissant dans des entreprises de moins de 50 salariés et de moins de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires)

-          Retouche a minima du Crédit impôt rercherche (CIR)

-          Feu vert à un relèvement de la "contribution au service public de l'électricité" (CSPE), qui devrait entraîner une hausse de 3% de la facture d'électricité

-          Baisse de la fiscalité d'Etat sur les paris hippiques de 5,7% à 4,6%

commentaires

Hausse des tarifs d'électricité: les industriels épargnés

Publié le 25 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

Edf-tarifs.jpgLa hausse de plus de 3% des tarifs de l'électricité envisagée par le gouvernement devrait épargner une grande partie des industriels, qui bénéficient d'un plafonnement de la contribution au service public de l'électricité (CSPE).

Le gouvernement a accepté vendredi un amendement au projet de loi de Finances qui doit permettre d'augmenter la CSPE dans la limite de 3 euros par mégawattheure par an dès janvier prochain.

Pour les ménages, cela correspondra à une augmentation de 3% environ de leur facture, qui servira notamment à financer le développement de l'énergie solaire.

Au contraire des particuliers, de nombreux industriels seront épargnés.

"Environ 20% de la consommation électrique française, notamment industrielle" est en effet "exonérée de CSPE", selon un rapport rédigé en octobre par les députés Michel Diefenbacher (UMP) et Jean Launay (PS).

Il s'agit notamment des entreprises qui produisent leur propre électricité dans la limite de 240 gigawattheure (GWh) par an.

En outre, le montant de la CSPE est plafonné à 500.000 euros par site industriel et par an, limitant ainsi son coût pour les industriels consommant de fortes quantités d'électricité.

Enfin, le montant de la CSPE ne peut dépasser 0,5% de la valeur ajoutée d'un redevable, ce plafond "ayant été institué en faveur des petites et moyennes entreprises" qui consomment beaucoup d'électricité, selon ce même rapport.

La CSPE sert à financer le rachat de l'électricité d'origine renouvelable (éolien, photovoltaïque, biomasse, etc.). Elle permet aussi de payer les surcoûts engendrés par la production d'électricité sur les îles ou de financer les tarifs sociaux d'EDF.

commentaires

Georges Frêche est mort

Publié le 24 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

Georges-Freche.jpg

Le président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, est décédé dimanche après-midi à Montpellier, a annoncé le journal Midi Libre sur son site internet. Son décès a été provoqué par un arrêt cardiaque, selon le sénateur Robert Navarro.

Ancien député-maire de Montpellier, il présidait la communauté d'agglomération de Montpellier depuis 1977 et le Conseil régional de Languedoc-Roussillon depuis 2004.

 

commentaires

Elections internes UMP Guingamp

Publié le 24 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans UMP Guingamp

Urne.jpgLes élections internes de notre Mouvement politique auront lieu le samedi 30 octobre de 10h30 à 13h00 au restaurant Le Grillon, à Grâces.

Ces élections permettront de désigner

-          un Délégué de la Circonscription, membre du Bureau Départemental, du Comité Départemental et du Conseil National

-          un(e) représentant(e) élu(e) de notre circonscription au Conseil National

-          les membres du Comité de la circonscription, membres du Comité Départemental

Pour pouvoir prendre part au scrutin, vous avez reçu une convocation. Si vous n’êtes pas à jour de votre cotisation, vous devez renouveler votre adhésion pour pouvoir prendre part au vote.

A l’issue du scrutin, les participants qui le souhaitent pourront rester déjeuner avec l’équipe nouvellement élue.

commentaires

Budget Sécu 2011 : les principaux amendements adoptés en commission

Publié le 24 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Action présidentielle et gouvernementale

 

Voici les principaux amendements au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011, adoptés en commission des Affaires sociales. Certains ont peu de chances d'être confirmés en séance publique :

 

-          Indemnités de départ (notamment "parachutes dorés") d'un cadre supérieures à 103.860 euros (aujourd'hui seuil 10 fois supérieur) assujetties à tous les prélèvements sociaux (CSG, CRDS...)

-          Hausse des prélèvements sur les stock-options applicable aussi aux actions gratuites

-          Surtaxe de 5% sur les revenus du patrimoine et les produits de placement (alignement sur la taxation des revenus du travail), ce qui pourrait rapporter 5,4 milliards d'euros en 2011

-          Taxes sur les cigarettiers: 5% sur leur chiffre d'affaires et 25% sur la progression annuelle de leur chiffre d'affaires

-          Refus de l'expérimentation des "maisons de naissance", permettant d'accoucher dans un cadre moins médicalisé

-          Plafonnement à 20% du versement des allocations aux familles quand un ou plusieurs de leurs enfants ont été confiés au service d'aide sociale à l'enfance (ASE) du département

-          Reversement de l'allocation rentrée scolaire aux services du conseil général en cas de placement de l'enfant auprès de l'ASE

commentaires

Route du Rhum 2010 - Le parcours

Publié le 24 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

route-du-rhum-la-banque-postale-petit.jpgLe parcours de la Route du Rhum, la course transatlantique à la voile en solitaire entre Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et Pointe-à-Pitre (3.543 milles) dont le départ sera donné le 31 octobre, est le plus simple qu'il soit.

La zone de départ se situe au large de Saint-Malo, devant la pointe du Grouin, la ligne étant orientée en fonction du vent, une décision qui sera prise au dernier moment et qui sera annoncée aux skippeurs lors d'un briefing départ.

La ligne de départ se situera de part et d'autre du bâtiment de la Marine Nationale, le Pluvier. A son bâbord (c'est à dire à gauche, et vers la France) partiront tous les multicoques, à son tribord (c'est à dire sur sa droite et vers l'Angleterre), tous les monocoques.

Une fois partie, la flotte devra laisser à tribord (main droite) la bouée du cap Fréhel de l'autre côté de la baie de Saint-Malo. Laisser cette marque à tribord oblige les bateaux à passer le long de la côte, et c'est pour cette raison que des milliers de spectateurs se massent sur ce promontoire.

Puis route libre à travers l'Atlantique pour retrouver l'alizé portugais puis l'alizé tropical, avec la route la plus courte (l'orthodromie) qui invariablement est délaissée, car il y a beaucoup trop de coups de vents et la mer mauvaise. Cela étant, lorsque cette option fonctionne totalement, c'est la victoire et le record assurés. Les concurrents chercheront le salut par des routes plus sud, en contournant l'anticyclone des Açores, qui comme son nom l'indique est centrée sur l'archipel portugais du même nom.

L'arrivée sur la Guadeloupe est classique, il faut la laisser à bâbord, ce qui implique de passer par l'ouest de la grande île, en laissant à tribord l'ilôt de la tête à l'Anglais (en face de l'anse du vieux port), puis la bouée de Basse-Terre, à laisser elle aussi à tribord, pour finir sur la ligne d'arrivée sur Pointe-à-Pitre.

commentaires

WikiLeaks: les principaux points des 400.000 fichiers

Publié le 24 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans International

 wikileaks.pngAnnoncé comme la "fuite la plus importante de documents militaires confidentiels de l'Histoire", WikiLeaks publie 391.832 "SIGACT" ("Significant Action in the War", rapports d'incidents) écrits par des soldats américains lors de la guerre en Irak de janvier 2004 à fin 2009.

En voici les principaux points, après une analyse par l'AFP et des médias partenaires de WikiLeaks, notamment The New York Times, The Guardian et Le Monde.

 

- PERTES CIVILES:

Les documents établissent la mort de 109.032 personnes en Irak, y compris 66.081 civils (dont 15.000 qui n'avaient "jusqu'à présent jamais été révélés"), 23.984 "enemis", 15.196 membres des forces irakiennes et 3.771 soldats alliés.

 

- TORTURE:

Dans ce que le fondateur du site, Julian Assange, a appelé "un bain de sang", les fichiers montrent que l'armée américaine avait connaissance de nombreux cas de mauvais traitements par les forces irakiennes mais qu'elle a fermé les yeux. Dans un fichier, un détenu affirme "avoir été battu avec un câble par la police irakienne deux nuits consécutives". Un autre dit avoir eu "les plantes des pieds frappées avec un objet".

Mais les abus ne sont pas le privilège des Irakiens. Le fondateur de WikiLeaks a évoqué "plus de 300 cas documentés de torture commise par les forces de la coalition, non seulement (dans la prison) d'Abou Ghraïb mais partout".

Des viols et des meurtres perpétrés par les forces irakiennes ont également été constatés par l'armée américaine mais aucune enquête n'a suivi.

 

- AUTRES CRIMES DE GUERRE:

Les forces américaines ont tué six à sept cents civils aux postes de contrôle établis à travers l'Irak, ou lors de tirs visant par erreur des civils. Un hélicoptère américain a tué en 2007 deux rebelles qui voulaient se rendre après qu'un avocat de l'armée estime qu'on ne pouvait pas se constituer prisonnier auprès d'un hélicoptère.

Certains fichiers impliquent dans de nouveaux cas de meurtres de civils des agents de la société privée américaine Blackwater, devenue "Xe Services", à la réputation déjà sévèrement entâchée par le rôle qu'elle a joué dans la mort de 14 civils, en 2007 en Irak.

 

- IRAN:

Les fichiers étayent les accusations américaines selon lesquelles l'Iran entraînait et armait des milices chiites en Irak pour tuer ou enlever des Américains. Selon un rapport, les Iraniens prévoyaient aussi d'attaquer la Zone verte à Bagdad, abritant les principaux bâtiments gouvernementaux irakiens et les ambassades occidentales, à l'aide de roquettes et de véhicules blindés chargés d'armes chimiques.

commentaires

Budget Sécu pour 2011 : les principales mesures d'économies

Publié le 24 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Action présidentielle et gouvernementale

 

Voici les principales mesures du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011:

 

ECONOMIES GLOBALES :

-          Déficit limité à 21,4 milliards d'euros en 2011, grâce à une économie de 7,2 mds.

 

BRANCHE MALADIE :

-          Taux d'évolution de l'objectif annuel de dépenses de l'assurance maladie (Ondam) fixé à +2,9%. Economie annuelle de 2,5 mds.

-          Baisse de prix de médicaments et de dispositifs médicaux et des tarifs des radiologues et des biologistes (860 millions)

-          "Efforts" dans la gestion du système de santé, notamment secteur médico-social (1,2 md)

-          Poursuite de la convergence des tarifs de certains actes entre les cliniques et les hôpitaux (150 millions)

-          Recul des taux de remboursements par la Sécu dans plusieurs domaines (330 millions):

·         les médicaments remboursés à 35% ne le seront plus qu'à 30%

·         baisse de 5 points de la prise en charge des dispositifs médicaux

·         à l'hôpital, actuellement, les patients paient 20% de leur poche sur les actes jusqu'à 91 euros. Le budget 2011 prévoit de relever le seuil de 91 à 120 euros.

-          Affections de longue durée (ALD, dont les soins sont remboursés à 100%):

·         instauration d'un forfait de remboursement pour les dispositifs d'autocontrôle du diabète pour certains patients (35 millions)

·         fin de la prise en charge systématique des dépenses de transports (20 millions)

·         un patient ayant une hypertension artérielle sans complication ne pourra plus entrer dans le dispositif ALD (20 millions).

-          Maîtrise médicalisée des dépenses (encadrement des prescriptions de kinésithérapie, incitation à la prescription de génériques) (550 millions).

-          Relèvement en deux ans du plafond de ressources pour bénéficier de l'Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS): actuellement situé 20% au-dessus du plafond qui permet de bénéficier de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) gratuite, il sera porté à 30%.

-          Pour les victimes de l'amiante, la durée de prescription pour bénéficier du Fonds d'indemnisation passe de 4 ans à 10 ans.

-          Augmentation du taux du forfait social de 4% à 6%. Il s'applique aux formes de revenus qui complètent le salaire (participation, intéressement) (350 millions).

-          L'assiette pour de la CSG et la CRDS est actuellement de 97% des revenus. Elle sera désormais de 100% pour la partie des revenus au-delà de 140.000 euros annuels. Cela doit rapporter 25 millions d'euros.

 

BRANCHE ACCIDENTS DU TRAVAIL :

-          Le gouvernement propose d'augmenter de 0,1 point le taux de cotisation patronale (450 millions).

 

BRANCHE RETRAITES :

Outre les points traités dans la réforme en cours de discussion au Parlement, trois mesures figurent dans le PLFSS :

-          stock-options: la contribution payée par le bénéficiaire sur le gain de levée d'opion est plus que triplée et portée à 8%. Celle de l'employeur de 10% à 14% (70 millions).

-          Retraites chapeaux: création d'une contribution salariale et élargissement de la contribution patronale (110 millions).

-          Calcul des allègements généraux de charges patronales modifié pour les entreprises, en l'annualisant (2 milliards).

 

BRANCHE FAMILLE :

-          Suppression du caractère rétroactif du versement des aides au logement (120 millions environ).

-          Versement l'alllocation de base de la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE) le mois suivant la naissance et non à compter du jour de la naissance, (64 millions).

 

DETTE SOCIALE :

-          Transfert de la dette sociale à la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades): 68 milliards accumulés entre 2009 et 2011, et 62 milliards au titre des déficits vieillesse de 2011 à 2018 prévu dans la réforme des retraites

commentaires

Les principales conclusions du G20 Finances de Gyeongju

Publié le 23 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans International

Les ministres des Finances et dirigeants de banques centrales des pays riches et émergents du G20 se sont réunis vendredi et samedi à Gyeongju (Corée du Sud). Voici leurs principales conclusions publiées dans leur communiqué final:

 

- ECONOMIE MONDIALE: "La reprise économique mondiale se poursuit, mais de façon fragile et inégale."

"Dans une économie et un système financier globalisés, des réponses non coordonnées conduiront à des résultats pires pour chaque pays. Notre coopération est essentielle".

"Nous sommes déterminés à jouer notre rôle pour parvenir à une croissance forte, durable et équilibrée de façon coordonnée et en collaborant. Nous le ferons par:

la poursuite des réformes structurelles pour soutenir et doper la demande mondiale, promouvoir la création d'emplois et accroître le potentiel de croissance."

"La poursuite d'une politique monétaire appropriée afin d'obtenir une stabilité des prix et contribuer ainsi à la reprise"

 

- CHANGES: Les pays du G20 vont" agir en faveur d'un système de taux de change davantage déterminés par les marchés qui reflète leurs fondamentaux économiques et s'abstenir de s'engager dans une dévaluation compétitive de leurs monnaies."

"Les économies développées seront vigilantes face aux fluctuations excessives et aux mouvements désordonnées des taux de changes. Ces actions aideront à réduire le risque de volatilité des flux de capitaux auquel font face certains pays émergents. "

"Ensemble, les pays du G20 vont prendre un ensemble de mesures visant à réduire les déséquilibres excessifs et à maintenir le déséquilibre de leurs comptes courants à des niveaux soutenables."

Ils "continueront à résister à toute forme de mesures de protectionnisme et à poursuivre les efforts pour encore réduire les barrières commerciales."

 

- REGLEMENTATION FINANCIERE:

"Nous sommes pleinement engagés pour mettre en oeuvre dans le temps imparti les nouvelles règles sur le capital et les liquidités élaborées par le comité de Bâle"

 

- FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL:

"Nous sommes parvenus à un accord sur un ensemble de propositions ambitieuses pour réformer la gouvernance et le système de quotes-parts au sein du FMI, ce qui contribuera à rendre plus efficace, crédible et légitime l'institution."

commentaires

Les phares dépassés par la navigation électronique mais pas condamnés

Publié le 23 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

phares11.jpgLes phares sont concurrencés par les constants progrès de la navigation électronique, mais ne seront pas éteints, car jugés irremplaçables pour la sécurité des marins.

Le balisage de la côte française, un des plus denses au monde avec 150 phares dont 20 en mer et 3.500 marques lumineuses, sera maintenu pour satisfaire les objectifs de sécurité de l'agence européenne de sécurité maritime (AESM), annonçait le Grenelle de la mer en juillet 2009.

La navigation à la lueur des phares paraît aujourd'hui d'un autre âge comparée aux radars, système de positionnement par géo-satellisation (GPS), cartes électroniques et bien d'autres systèmes modernes d'aide à la navigation.

Mais aussi performante soit-elle, l'électronique embarquée n'est jamais à l'abri d'une panne.

Rien ne remplacera alors les marques lumineuses du littoral toutes différentes les unes des autres et facilement identifiables grâce au livre des feux - obligatoire à bord de chaque bateau naviguant au large - qui les répertorie.

De nuit, ces repères permettent notamment aux plaisanciers souvent moins bien équipés que les professionnels de la mer, d'atterrir en évitant les dangers de la côte et de rentrer en sécurité au port en se laissant guider par les feux d'alignement mis au point au XIXe siècle.

commentaires

Réquisitions : en cas d'urgence et d'atteinte à la sécurité publique

Publié le 23 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

Les réquisitions de salariés grévistes, comme celles visant les employés de la raffinerie de Grandpuits en Seine-et-Marne, sont possibles en cas d'urgence, lorsque l'atteinte au bon ordre et à la sécurité publiques l'exige, selon le Code des collectivités territoriales.

"En cas d'urgence, lorsque l'atteinte constatée ou prévisible au bon ordre, à la salubrité, à la tranquillité et à la sécurité publiques l'exige, (le préfet) peut, par arrêté motivé (...) réquisitionner tout bien ou service, requérir toute personne nécessaire au fonctionnement de ce service ou à l'usage de ce bien", selon l'article L2215-1.

"L'arrêté motivé fixe la nature des prestations requises, la durée de la mesure de réquisition ainsi que les modalités de son application", ajoute le texte.

En cas de refus, le salarié s'expose à une peine de six mois d'emprisonnement et 10.000 euros d'amende.

Le préfet peut aussi utiliser le Code de la Défense, pour ce qui concerne les indemnisations en cas de réquisition.

Le préfet de Seine-et-Marne a pris dans la nuit de vendredi à samedi un deuxième arrêté de réquisition à Grandpuits, après que la justice administrative, saisie par des syndicats, a annulé le premier, estimant qu'il portait une "atteinte grave et manifestement illégale au droit de grève".

Selon le ministère de l'Intérieur, ce nouvel arrêté "a pris en compte la décision du tribunal administratif" et s'est "cantonné à une réquisition du personnel strictement nécessaire".

Dans son premier arrêté de réquisition, le préfet soulignait que "la continuation de la grève (était) de nature à entraîner des troubles graves à l'ordre public (pénuries, émeutes)".

La préfète des Yvelines a pris mercredi un arrêté réquisitionnant le personnel du dépôt pétrolier de Gargenville "considérant les graves perturbations" pour l'Ile-de-France.

commentaires

Les accidents de la main en chiffres

Publié le 22 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

On enregistre chaque année en France 1.400.000 accidents de la main, dont 620.000 graves, les deux-tiers étant des accidents de la vie courante et un tiers des accidents du travail, selon la Fédération européenne des services d'urgences mains (Fesum).

Ces accidents concernent pour 62% des hommes.

En 2008, 153.483 personnes ont dû être opérées et hospitalisées pour une blessure de la main ou du poignet, et 21% des traumatismes ont fait l'objet d'une hospitalisation de plus de 24 heures.

Les accidents de la main sont la première cause d'accidents avec arrêt de travail et la première d'accidents avec incapacité permanente.

La Fesum estime à 12.000 euros le coût moyen global (direct et indirect) d'un accident de la main. Pour une lésion ne touchant qu'un tissu (peau, tendon ou os), le coût moyen global est de 5.800 euros. Pour une section d'un seul tendon fléchisseur d'un doigt, il atteint 16.000 euros.

En ce qui concerne la vie courante, la majorité des accidents de la main survient lors d'activités domestiques (51%). Viennent ensuite les sports (21%), et, à égalité, bricolage et jardinage (14%) et loisirs et jeux.

Les plaies (38%) sont les lésions les plus fréquentes, suivies des commotions/contusions (24%), fractures (15%), entorses (12%), et autres types de lésions (11%) dont les amputations (1,4%).

commentaires

Retraites: des manifestants ont tenté en vain de murer le siège de l'UMP

Publié le 21 Octobre 2010 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans UMP

 

Quelque 300 personnes, arborant des drapeaux de Sud Rail, de la CGT, de FO et de l'UNSA, ont tenté en vain de murer le siège de l'UMP, rue La Boétie à Paris, les forces de police les en ayant empêchées, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les manifestants s'étaient donné rendez vous à la gare Saint-Lazare avant de se rendre en cortège vers le siège du principal parti de la majorité présidentielle. Ils ont été bloqués à une centaine de mètres de l'UMP par un cordon des forces de l'ordre.

 

Après une demi-heure de face à face sans incident, le cortège, encadré par une camionnette sono et une camionnette transportant les parpaings, a repris sa route avant de se disperser peu après.

Les manifestants, derrière une immense banderole de Sud Rail proclamant "Tous ensemble en grève reconductible", réclamaient le retrait du projet du projet de réforme gouvernementale des retraites, actuellement en discussion au Sénat.

"Symboliquement on voulait bloquer l'entrée de l'UMP. Aujourd'hui, on est face à un mur, le gouvernement, donc l'UMP. (...) On manifeste joyeusement, pour montrer qu'aujourd'hui, il y a du mécontentement, de la colère. Elle grandit et on n'est pas prêt d'arrêter", a déclaré Fabien Villedieu, un des organisateurs de cette manifestation.

commentaires
1 2 > >>