Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

En dépit de son coût, la disparition du chèque n'est pas pour demain

Publié le 30 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

 

Coûteux pour les banques, le chèque reste plébiscité par les Français et sa disparition n'est pas pour demain en dépit d'une lente érosion, ont reconnu mercredi les pouvoirs publics, qui souhaitent promouvoir l'émergence de moyens de paiements alternatifs.

La France en est le premier utilisateur en Europe: 3,3 milliards de chèques en 2009, soit 81% des chèques émis en zone euro, où son usage est devenu marginal dans nombre de pays. Seuls les Etats-Unis la devancent en ce domaine, selon un rapport commandé par la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

"Cette étude me conforte dans l'idée que la suppression du chèque n'est pas une option aujourd'hui", a déclaré Mme Lagarde, citée dans un communiqué.

L'usage du chèque est en diminution, mais son repli reste très lent (-4% par an entre 2002 et 2009), ajoute le rapport réalisé avec la collaboration du cabinet Edgar, Dunn & Company (EDC).

Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), structure associant représentants des banques, des assureurs, de leurs personnels et d'associations de consommateurs, a proposé plusieurs pistes susceptibles d'accélérer le remplacement du chèque, notamment l'amélioration du virement et le développement de nouveaux moyens de paiement.

Pour favoriser le remplacement progressif du chèque, le rapport suggère notamment d'améliorer le virement "pour avoir une ergonomie standardisée et une plus grande facilité d'utilisation".

Il propose également de "déployer de nouveaux moyens de paiement" et cite les exemples de BPAY en Australie et Faster Payments au Royaume-Uni, deux systèmes de paiement électronique ou par téléphone.

Pour Bercy, "la priorité est que les consommateurs aient accès, pour réaliser leurs paiements, à des moyens de paiement modernes et simples d'utilisation, offrant un service à la fois efficace, sûr et à moindre coût".

Or "l'utilisation extensive du chèque en France, alors qu'il a beaucoup reculé voire disparu chez nos voisins européens, montre que les moyens de paiement offerts en France ne remplissent pas pleinement ces objectifs".

En conséquence, Mme Lagarde vient de demander un rapport sur les moyens de diversifier les moyens de paiement. Il devra lui être remis en octobre.

Selon un sondage, réalisé par l'institut CSA auprès de 1.000 personnes pour les besoins du rapport, 91% des particuliers possèdent un chéquier, 18% préfèrent le chèque à tout autre moyen de paiement et 51% privilégient le chèque pour les montants supérieurs à 500 euros.

L'étude montre que, dans le cas des particuliers, le chèque reste le mode de paiement privilégié pour certains postes de dépenses, comme l'achat et l'entretien automobile (67% des sommes réglées en chèque), les loyers d'habitation (50%) ou la pharmacie et les articles médicaux (50%).

Pour les particuliers, les deux principaux avantages du chèque sont sa gratuité et plus encore le fait qu'il est le moyen de paiement qui "permet le mieux de contrôler ses dépenses".

Ces deux points sont repris par les associations de consommateurs interrogées pour l'étude.

L'attachement est nettement plus marqué parmi les professionnels (28% sont très attachés), ainsi que les artisans et les commerçants (31%).

EDC a estimé à 1,3 milliard d'euros le coût global des chèques pour les grands commerçants et entre 700 millions et 4 milliards celui supporté par les banques elles-mêmes.

commentaires

Cantonales - Copé : "le message a été reçu"

Publié le 28 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

 

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a déclaré ce matin, au lendemain des cantonales, que le "message a été reçu", un message d'"inquiétude et d'interrogation" de la part des Français.

Il est très important, au lendemain des cantonales, de faire comprendre que le message a été reçu, a dit Jean-François Copé. "Un message d'inquiétude et d'interrogation de beaucoup de nos concitoyens", a-t-il ajouté, "ce qui explique le vote FN et que beaucoup n'aient pas été voter".

Les Français sont inquiets, a-t-il insisté, citant les délocalisations et les questions migratoires.

Il faut consacrer ces 15 mois à se dire les choses, a-t-il ajouté, jugeant que le défi pour l'UMP sera que les Français puissent comparer les projets.

M. Copé a souhaité que l'UMP travaille très étroitement avec le gouvernement au cours de ces 15 mois, de telle manière que nos propositions donnent lieu, le cas échéant, à des reprises immédiates, par exemple dans le domaine de la laïcité.

L'extrême droite est systématiquement dans l'incantation mais surtout on sait tous que quand elle fait des propositions, ce sont des impasses. Personne ne pense sérieusement que le FN va régler les problèmes de la France, a-t-il ajouté.

A gauche, il n'y a pas beaucoup de solutions concrètes, que ce soit sur les retraites ou la sécurité, a-t-il dit. Ils ne sont pas au rendez-vous, comme le FN.

Interrogé sur les doutes qu'entretiendrait une partie de la majorité quant à une candidature Sarkozy en 2012, M. Copé a répondu: je n'ai aucun doute à ce sujet. Le vrai sujet aujourd'hui est d'avoir une majorité rassemblée sur un projet dans lequel chacun se sente bien.

Il a souhaité de tout cœur que Jean-Louis Borloo reste à l'UMP, parce que les radicaux font partie de l'UMP. Ils étaient là au moment des temps heureux, je souhaite qu'ils le soient aussi quand les temps sont plus difficiles.

commentaires

Cantonales - résultats partiels à 23h46

Publié le 27 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

Listes Voix Pourcentage Elus
Extrême gauche 0 0,00% 5,11% 0 94
Communiste 376 662 4,90% 90
Parti de Gauche 16 095 0,21% 4
Socialiste 2 748 783 35,74% 44,95% 641 810
Radical de Gauche 119 717 1,56% 34
Divers gauche 170 010 4,81% 110
Europe Ecologie/Les Verts 202 262 2,63% 23
Ecologiste 16 074 0,21% 2
Régionaliste 10 706 0,14% 2,23% 2 41
Autres 86 915 1,13% 25
MODEM 74 224 0,96% 14
Majorité présidentielle 197 075 2,56% 36,20% 41 512
Majorité Nouveau Centre 274 569 3,75% 38
Union pour un Mouvement Populaire 1 562 783 20,32% 252
Divers droite 736 314 9,57% 181
Front National 894 932 11,63% 11,69% 2 3
Extrême Droite 4 932 0,06% 1
7 492 053 100,18% 1366
commentaires

Conseil Général des Côtes-d'Armor - La droite progresse de 3 sièges

Publié le 27 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP Guingamp

 

PCF

EELV

PS

DVG

DIV

Soutenu par droite

AC

DVD

UMP

Conseil sortant

4

 

35

2

1

 

5

5

Nouveau conseil

3 (-1)

1 (+1)

31 (-4)

3 (-1)

1

1 (+1)

7 (+2)

5

 

38 (-3)

14 (+3)

commentaires

Copé: "La majorité un petit peu déçue" mais le PS "très loin" des espérances

Publié le 27 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

 

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a affirmé dimanche que la majorité était "un petit peu déçue" mais que le PS était "très loin" des résultats qu'il escomptait aux élections cantonales.

"Dans la majorité, on peut être un petit peu déçu, on aurait souhaité des meilleurs résultats, mais là où le PS, réputé premier parti d'opposition depuis dix ans, prétendait à dix présidences de conseils généraux supplémentaires, on en sera très loin ce soir", a déclaré M. Copé sur France 2.

"A droite, on doit tirer tous les enseignements de ces résultats et on va évidemment le faire, notamment par rapport à la poussée du Front national", a ajouté Jean-François Copé.

commentaires

Résultats canton Bourbriac - La gauche élue mais effondrée

Publié le 27 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP Guingamp

Donnée perdante  dès le 1er tour, Valérie Garcia, non contente de pouvoir se maintenir au 2nd tour, au grand désespoir de la gauche multiple, renforce ses positions dans le canton de Bourbriac !

Mr Le Lepvrier a donc été élu, mais a perdu énormément d'électeurs dont on pouvait s'attendre au report à ce qu'ils se repportent sur son nom.

Dans le même temps, Valérie Garcia progresse en pourcentage (30,7 % des voix au 1er tour, plus de 37 % au 2nd)  alors qu'elle ne disposait d'aucun réservoir de voix, mais elle progresse aussi en nombre de voix, passant de 589 à 722, là où son adversaire s'effondre, malgré le soutien de la majorité des élus locaux et du sénateur qui avait mis tout son poids dans la balance pour soutenir son poulain. Rappelons que Mr Bothrel avait été élu dès le 1er tour lors de la précédente élection cantonale avec 1560 voix, là où son successeur en perd 300 malgré l'ensemble des reports !

  Valérie 1 Valérie 2 Prog
Voix
Prog
%
Le Lepvrier 1 Div
gauche 1
Total Gauche
1er tour
Le Lepvrier 2 prog
Voix
Prog
%
Saint-Adrien 42 50 8 19% 64 58 122 102 -20 -16%
Senven Léhart 55 60 5 9% 46 15 61 65 4 7%
Magoar 14 18 4 29% 29 12 41 40 -1 -2%
Kérien 55 63 8 15% 53 18 71 72 1 1%
Plesidy 85 109 24 28% 111 56 167 151 -16 -10%
Bourbriac 281 343 62 22% 512 191 703 648 -55 -8%
Pont-Melvez 57 79 22 39% 104 68 172 151 -21 -12%
                     
  589 722 133 23% 919 418 1337 1229 -108 -8%
commentaires

Cantonales à Bourbriac : Interview croisée de Valérie Garcia dans le Télégramme

Publié le 24 Mars 2011 par Le Télégramme dans UMP Guingamp

11-03-24---Le-Telegramme---Valerie-Garcia.jpg Pour lire l'article, cliquer dessus

commentaires

Cantonales : Valérie Garcia, en route pour le 2ème tour !

Publié le 22 Mars 2011 par Ouest-France dans UMP Guingamp

11-03-22---Ouest-France---Valerie-garcia.jpg

commentaires

cantonales - Jean-Pierre Le Goux grand vainqueur des élections

Publié le 22 Mars 2011 par Ouest-France dans UMP Guingamp

11-03-22---Ouest-France---Jean-Pierre-Le-Goux.jpg

commentaires

Profession de foi de Valérie Garcia

Publié le 21 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP Guingamp

Affiche-2.jpg

Profession-de-foi-verso.jpg

commentaires

Affiches des algues vertes : procès vendredi des écologistes de France Nature Environnement

Publié le 21 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP Guingamp

 

La justice parisienne examinera vendredi l'assignation déposée à l'encontre de France Nature Environnement (FNE) pour "atteinte à son image" après le lancement d'une campagne d'affichage présentant notamment une plage recouverte d'algues vertes, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

L'audience se tiendra à 11H30 devant le juge des référés du tribunal de grande instance.

On reproche à la fédération écologique de présenter "la première région agricole de France comme source de pollution et de mise en danger d'autrui".

La campagne lancée par FNE à Paris en marge du Salon de l'agriculture présentait notamment un enfant jouant sur une plage couverte d'algues vertes en soulignant que la décomposition de ces algues, dont la prolifération est liée aux rejets azotés agricoles, "dégage un gaz mortel".

La campagne de FNE, qui comprenait six affiches, dénonçait également les OGM et les pesticides et ne visait pas spécifiquement la Bretagne.

Rappelons en outre que ces affiches étaient des photomontages travestissant la réalité.

Si la région est touchée par le phénomène des algues vertes, le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire avait jugé en février que la campagne d'affichage constituait un "scandale" et une "provocation à quelques jours du Salon de l'agriculture".

commentaires

La coalition s'attaque aux lignes de ravitaillement des forces de Kadhafi

Publié le 21 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

 

Les bombardements de la coalition internationale contre le régime du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont touché le cœur de Tripoli dans la nuit de dimanche à lundi, et tentaient lundi de couper les lignes de ravitaillement de ses forces.

Après le succès annoncé d'une première vague de frappes samedi et dimanche contre les défenses antiaériennes et des blindés près des lignes des insurgés, la prochaine étape consistera à attaquer ces lignes de ravitaillement pour limiter la capacité d'action des forces gouvernementales.

"Ses forces sont plutôt éparpillées entre Tripoli et Benghazi (à 1.000 km à l'est) et nous allons essayer de couper le soutien logistique", avait expliqué dimanche le plus haut gradé américain, l'amiral Michael Mullen, après avoir assuré que la zone d'exclusion aérienne était instaurée.

La coalition, avec à sa tête la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, est entrée en action samedi en bombardant par air et par mer des objectifs militaires, en vertu de la résolution 1973 de l'ONU adoptée jeudi soir.

Dans la nuit, des missiles ont détruit un bâtiment administratif à l'intérieur du complexe résidentiel de Kadhafi dans le sud de Tripoli, où les habitants ont entendu de fortes explosions. Selon la coalition, il abritait un centre "de commandement et de contrôle" des forces gouvernementales.

Plusieurs hauts responsables ont assuré que la coalition ne cherchait pas à viser directement le colonel Kadhafi. Mais le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a laissé entendre lundi que cela pourrait arriver.

Dans l'Est, les forces gouvernementales, qui avaient attaqué Benghazi samedi matin, ont reculé jusqu'à Ajdabiya, à 160 km au sud, selon des journalistes de l'AFP, qui ont vu des dizaines de chars détruits par des frappes aériennes le long de la route entre les deux villes.

Des centaines de rebelles se rassemblaient dans la matinée à quelques kilomètres d'Ajdabiya, où toutes les communications ainsi que l'alimentation en eau étaient coupées. Une épaisse fumée noire s'élevait au-dessus d'un bâtiment de la ville.

"Nous demandons plus de frappes aériennes. Nous voulons qu'ils bombardent ses aéroports et ses chars", a déclaré Salman Maghrabi, un combattant rebelle.

Après avoir annoncé vendredi un cessez-le-feu qui n'a pas été respecté, le gouvernement libyen a renouvelé dimanche soir son engagement, en réponse à un appel de l'Union africaine à "la cessation immédiate des hostilités". Washington a dénoncé "un mensonge".

L'intervention militaire, réclamée par l'opposition libyenne, a débuté par une frappe aérienne française samedi à 16H45 GMT. L'Italie, la Belgique et l'Espagne ont annoncé dimanche leur participation aux opérations, tout comme le Qatar et les Emirats.

Le très influent prédicateur qatari cheikh Youssef al-Qardaoui a affirmé que l'intervention internationale était "nécessaire" pour arrêter l'effusion de sang. Mais l'Italie a fait part lundi matin de son refus de toute "guerre" contre la Libye et réclamant des assurances sur la conformité des premières frappes avec la résolution de l'ONU.

L'intensité des bombardements a en effet provoqué de vives réactions. Le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui avait soutenu l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne, a estimé que les bombardements s'écartaient de leur but.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a répondu lundi que la communauté internationale devait parler d'une seule voix sur la Libye.

L'Allemagne s'est cependant dite confortée dans ses fortes réserves à l'égard de l'opération militaire, et la Russie a jugé "inadmissible" d'utiliser le mandat de l'ONU "pour mener à bien des objectifs qui vont au-delà de ses dispositions".

Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, a estimé lundi que la "machine de guerre" américaine était lancée et qu'elle ne s'arrêterait pas, comme en Afghanistan et en Irak.

Le Pentagone a affirmé dimanche soir qu'il n'y avait "pas d'indication" de victimes civiles dans les zones touchées par la coalition. Le régime libyen a annoncé que 48 personnes avaient péri samedi soir, même si des journalistes invités à assister à des funérailles de victimes n'ont vu aucun corps.

Le Royaume-Uni a annoncé lundi matin avoir renoncé dans la nuit à une opération prévue dans la nuit, ses avions ayant repéré des civils dans le périmètre visé.

Le colonel Kadhafi, au pouvoir depuis près de 42 ans et contesté depuis le 15 février par une révolte qui s'est transformée en guerre civile, a prévenu que les Occidentaux devaient s'attendre à une "longue guerre".

Un radio amateur néerlandais a révélé dimanche la présence en Libye d'un avion américain destiné aux opérations de propagande, qui diffusait un message dissuadant les navires libyens de prendre la mer, alors que les navires de la coalition internationale ont mis en place un blocus naval.

La résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU exige l'arrêt complet des attaques contre les civils, impose une zone d'exclusion aérienne en Libye et permet des frappes pour contraindre le colonel Kadhafi à cesser la répression qui a fait des centaines de morts et poussé 300.000 personnes à fuir le pays.

commentaires

Prix de l'eau : les Français appelés à participer à "une opération transparence"

Publié le 21 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

 

60 millions de consommateurs et la fondation France Libertés appellent les Français à participer à une enquête collaborative pour établir "un cartographie complète du prix du service de l'eau", avant l'arrivée à échéance d'ici 2015 des contrats des trois-quarts des communes.

"Trouver des informations sur le prix du service de l'eau et comprendre sa facture relève du parcours du combattant", regrettent lundi dans un communiqué le mensuel consumériste et la fondation présidée par Danielle Mitterrand, évoquant des disparités de prix allant de 1 à 7 selon les communes.

La loi prévoit pourtant que "chaque citoyen puisse accéder aux informations sur l'eau qui coule de son robinet".

L'enquête, lancée à l'occasion de la journée mondiale de l'eau mardi, vise à savoir "combien coûte l'eau, commune par commune, quels services se cachent derrière ce prix, qui gère l'eau...". Une synthèse des résultats sera présentée en mars 2012 à Marseille.

Sur le site www.prixdeleau.com, développé par le média social OWNI, les participants pourront compléter les informations dont dispose l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), actuellement communiqués seulement par 1.800 collectivités sur 36.000.

Facture à la main, il s'agira d'indiquer le montant de son abonnement hors taxes, de l'assainissement et de la consommation, le total de sa facture, ainsi que la consommation d'eau en mètres cubes, le nom du gestionnaire et les dates de facturation. Une photo ou un scanner seront requis pour valider ces données.

Grâce à ce site, les citoyens et les élus pourront comparer alors que "le manque de transparence du prix et de la qualité du service est criant, il est nécessaire de faire changer les choses", estime Danielle Mitterrand, qualifiant l'eau de "bien commun de l'humanité".

"L'eau du robinet n'est pas une banale marchandise", souligne de son côté Marie-Jeanne Husset, directrice de 60 millions de consommateurs. Son prix "traduit la plus ou moins bonne performance du service rendu à l'usager et l'opacité règne toujours", regrette-t-elle.

Entre 1994 et 2009, le tarif moyen du mètre cube a augmenté de 50% à 3 euros, indiquent les initiateurs de l'enquête, citant des chiffres de l'Insee, une hausse qui selon Mme Husset reflète "surtout le coût de plus en plus élevé des traitements".

Le mensuel et la fondation réclament un investissement sur le long terme pour rénover les canalisations, dont l'état est "catastrophique", avec un litre sur quatre perdu en chemin, font-ils valoir, citant des chiffres du ministère de l'Ecologie.

D'autant que "les collectivités territoriales connaissent très mal leurs réseaux, que les canalisations sont souvent vieilles de plus de 40 ans et que l'on ignore même jusqu'à leur emplacement, leur état ou bien la date de pose".

Autre source d'inquiétude, l'opacité de l'entretien et l'amortissement des compteurs d'eau, qui peuvent être source de surfacturation.

Par ailleurs, ils souhaitent alerter les Français sur les conséquences environnementales de l'exploitation du gaz de schiste, suspectée de contaminer l'eau du robinet.

Le mensuel et la fondation prônent également un nouveau modèle économique pour le service public de l'eau: incitation à une baisse de la consommation, "tarification adéquate aux plus démunis", prix différent selon que le l'usager est un particulier, un agriculteur ou un industriel.

La distribution et l'assainissement de l'eau sont une responsabilité des communes, qu'elles peuvent gérer elles-mêmes au sein de régies. Mais plus souvent cette tâche est déléguée à des sociétés privées: c'est le cas de 60% des communes, représentant 75% des usagers.

commentaires

Résultats 1er tour cantonales

Publié le 20 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Listes Voix Pourcentage Elus dès le 1er tour
Extrême gauche 53 264 0,59%   0  
Communiste 724 030 7,96%   20  
Parti de Gauche 92 337 1,02% 9,57% 1 21
Socialiste 2 275 821 25,04%   148  
Radical de Gauche 135 959 1,50%   17  
Divers gauche 456 659 5,02%   52  
Europe Ecologie/Les Verts 753 013 8,28%   0  
Ecologiste 34 003 0,37% 40,21% 0 217
Régionaliste 44 006 0,48%   0  
Autres 120 049 1,32%   4  
MODEM 111 849 1,23% 3,03% 2 6
Majorité présidentielle 495 762 5,45%   37  
Union pour un Mouvement Populaire 1 151 261 17,07%   92  
Divers droite 848 630 9,34% 31,86% 76 205
Front National 1 379 971 15,18%   0  
Extrême Droite 13 673 0,15% 15,33% 0 0
8 690 287 100,00% 428
commentaires

Côtes-d'Armor : résultat du 1er tour des élections cantonales 2011

Publié le 20 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP Guingamp

 

9 élus ou réélus au premier tour : PCF 1, PS 6, DIV 1, DVD 1

 

26 cantons en jeu

Bourbriac                                     Ball

Châtelaudren                               Ball

Corlay                                         Ball

Dinan-ouest                                 Ball

Etables-sur-Mer                           Ball

Evran                                          Ball

Jugon-les-Lacs                            Claudy Lebreton                      PS       Réélu

La Chèze                                     Ball

Langueux                                    Ball

La-Roche-Derrien                       Janine Le Bechec                    PS       Réélue

Loudéac                                      Gérard Huet                            DIV      Réélu

Maël-Carhaix                              Joël Le Croisier                       PS       Réélu

Matignon                                      Marie-Reine Tillon                   PS       Réélue

Moncontour                                 Jean-Jacques Bizien                PS       Réélu

Paimpol                                        Ball

Perros-Guirec                              Ball

Plélan-Le-Petit                             Ball

Plérin                                           Ball

Plestin-les-Grèves                       Ball

Plouagat                                      Jean-Pierre Le Goux               DVD    Réélu

Ploubalay                                    Ball

Plouha                                         Ball

Pontrieux                                     Vincent Le Meaux                    PS       Réélu

Rostrenen                                    Ball

Saint-Brieuc-Ouest                       Ball

commentaires

Copé (UMP): ni alliance avec le FN, ni "front républicain" en cas d'absence de l'UMP au second tour

Publié le 20 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

 

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré dimanche qu'il laissait les électeurs du parti majoritaire "libres de leur choix" en cas de duel "gauche/extrême droite" au second tour des élections cantonales, refusant le vote FN et le "front républicain".

"Là où nos candidats ne seraient pas présents au second tour, nous laisserons nos électeurs libres de leur choix, chacun comprenant que nous ne voterons pas pour le Front national", a déclaré M. Copé dans une première réaction.

"Par ailleurs, nous ne ferons pas et nous ne préconiserons pas de front républicain" avec la gauche, a ajouté le chef du parti majoritaire.

"Dans les cantons où notre candidat ne pourrait pas se maintenir, les choses sont claires: il n'y aura pas d'alliance avec l'extrême droite", a dit M. Copé.

"Si l'un de nos candidats venait à conclure une alliance avec le Front national, nous serions amenés à en tirer les conséquences", a-t-il prévenu.

Il a écarté le "front républicain, "qui n'est pas une réponse". "Il nourrit un certain nombre de connivences entre des adversaires politiques. Il n'y a non plus rien de commun entre l'UMP et le Parti socialiste".

En cas de triangulaire, M. Copé a encouragé les candidats UMP "à se maintenir même en troisième position, car la très faible participation en ce premier tour montre que nous avons des réserves de voix".

commentaires

Libye: fin de la réunion interministérielle autour de Sarkozy et Fillon

Publié le 20 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

 

La réunion interministérielle sur la Libye autour de Nicolas Sarkozy et François Fillon a pris fin dimanche vers 19H45.

Le Président de la République a réuni durant environ une heure le Premier ministre, les ministres des Affaires étrangères Alain Juppé et de la Défense Gérard Longuet et le chef d'état-major des armées Edouard Guillaud, pour faire "un point sur la situation en Libye", selon l'Elysée.

D'après la présidence, il n'y aura "aucune déclaration à l'issue" de cette réunion.

MM. Fillon et Longuet s'étaient peu auparavant rendus au Centre de planification et de conduite des opérations du ministère de la Défense.

Selon un communiqué de Matignon, le chef du gouvernement s'est félicité "des succès déjà enregistrés" en Libye avec l'intervention militaire de la coalition internationale débutée samedi.

Alors que le président Sarkozy a insisté sur l'importance pour la coalition de compter des pays arabes dans ses rangs, le chef de la Ligue arabe Amr Moussa a critiqué dimanche les bombardements sur la Libye, estimant qu'ils s'écartent "du but qui est d'imposer une zone d'exclusion aérienne".

La France "applique pleinement et uniquement la résolution 1973" votée par le Conseil de sécurité des Nations unies et "nous sommes clairement dans le champ de la résolution", a rétorqué le ministère de la Défense.

Selon le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées, la France a engagé dimanche "plus d'une quinzaine d'appareils" dans des opérations susceptibles de conduire à des "frappes au sol" en Libye.

L'opération "L'aube de l'odyssée", comme le Pentagone l'a baptisée, a débuté samedi à l'issue d'un sommet "de soutien au peuple libyen" à Paris auquel ont pris part l'UE, l'ONU, les Etats-Unis et la Ligue arabe.

Le colonel Kadhafi a prédit une "longue guerre" victorieuse. L'un de ses fils, Seïf al-Islam, a affirmé que l'Occident s'était laissé abuser par "un gros malentendu" sur la situation politique de son pays.

Dans le même temps, à 19h50 ce soir, le régime libyen annonce un nouveau cessez-le-feu (selon le porte-parole de l'armée)

commentaires

Libye: "dans quelques heures", les Français "participeront" aux frappes

Publié le 18 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

 

Les frappes militaires contre la Libye après la résolution de l'Onu interviendront "rapidement", "dans quelques heures" et les Français y "participeront", a déclaré vendredi matin sur RTL le porte-parole du gouvernement François Baroin.

"Les frappes auront lieu rapidement", a déclaré M. Baroin. "Dans quelques heures", a-t-il ensuite dit, sans vouloir préciser exactement "quand, comment, sur quelles cibles, sous quelles formes".

Cette intervention militaire "n'est pas une occupation du territoire libyen" mais "un dispositif de nature militaire pour protéger le peuple libyen et lui permettre d'aller jusqu'au bout de son souffle de liberté et donc de la chute du régime Kadhafi", a-t-il indiqué.

"Les Français qui étaient aux avant-postes de cette demande (d'intervention) seront naturellement cohérents avec l'intervention militaire, donc ils participeront", a ajouté  le ministre.

"Ce qui s'est passé cette nuit (avec la résolution de l'Onu) est une étape très importante dans cette gestion de la guerre en Libye, du massacre par Kadhafi de son peuple et il faut reconnaître le rôle puissant joué par le président de la République Nicolas Sarkozy et par la France", a-t-il souligné.

 

La présidence française a indiqué dans un bref communiqué que MM. Sarkozy et Obama "se sont entretenus cette nuit de la mise en œuvre de la résolution 1973 adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies".

Le président américain Barack Obama, le président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron se sont appelés pour coordonner une stratégie sur la Libye après la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU autorisant un recours à la force contre les forces de Mouammar Kadhafi.

Les dirigeants se sont mis d'accord sur le fait que la Libye doit se conformer immédiatement aux termes de la résolution et sur le fait que la violence contre la population civile doit cesser et sur une étroite coordination sur les prochaines étapes ainsi que sur le fait de continuer à travailler avec les Arabes et les autres partenaires internationaux pour s'assurer de l'application des résolutions du Conseil de sécurité sur la Libye.

commentaires

Libye: les principaux points de la résolution de l'ONU

Publié le 18 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

 

ONU-Juppe.jpgVoici les principaux points de la résolution soumise au vote jeudi par le Conseil de sécurité de l'ONU sur la Libye:

 

Le Conseil de sécurité,

-          Exprimant une grave inquiétude sur la situation qui se détériore, l'escalade de la violence et le nombre de victimes civiles,

-          Rappelant la responsabilité des autorités libyennes de protéger la population libyenne,

-          Considérant que les attaques systématiques qui ont lieu en Libye contre la population civile peuvent être assimilées à des crimes contre l'humanité,

-          Exprimant sa détermination à assurer la protection des civils et des zones peuplées par des civils et l'acheminement rapide et sans encombres d'une assistance humanitaire,

-          Rappelant la condamnation par la Ligue arabe, l'Union africaine et le secrétaire général de l'Organisation de la Conférence islamique des violations graves des droits de l'homme et du droit humanitaire international qui ont été commis en Libye,

-          Déplorant l'utilisation systématique de mercenaires par les autorités libyennes,

-          Agissant en vertu du chapitre 7 de la charte des Nations unies (qui autorise l'usage de la force, ndlr),

-          Demande l'établissement immédiat d'un cessez-le-feu et l'arrêt complet des violences et de toutes les attaques contre des civils,

-          Demande que les autorités libyennes se conforment à leurs obligations en vertu du droit international, y compris le droit humanitaire international,

 

PROTECTION DES CIVILS

-          Autorise les Etats membres (..) à prendre toutes les mesures nécessaires (..) pour protéger les civils et les zones peuplées par des civils sous la menace d'attaques par (les forces du colonel Mouammar Kadhafi ndlr), y compris Benghazi, tout en excluant une force étrangères d'occupation sous quelque forme que ce soit dans n'importe quelle partie du territoire libyen,

 

ZONE D'EXCLUSION AERIENNE

-          Décide d'établir une interdiction de tous les vols dans l'espace aérien de la Libye de manière à protéger les civils,

-          Décide que cette interdiction (..) ne concerne pas les vols dont l'unique objectif est humanitaire,

-          Autorise les Etats membres (..) a prendre toutes les mesures nécessaires pour faire respecter l'interdiction des vols,

 

RESPECT DE L'EMBARGO SUR LES ARMES

-          Décide, (..) pour assurer la stricte application de l'embargo sur les armes (contenu dans la résolution précédente du 26 février sur la Libye, ndlr), d'inspecter sur leur territoire, y compris les ports et les aéroports ou en haute mer, les bateaux et les avions se rendant ou provenant de Libye,

-          Déplore l'utilisation systématique de mercenaires en Libye et demande à tous les Etats membres de se conformer strictement à leur obligations (..) pour empêcher la fourniture de mercenaires armés à la Libye,

 

GEL DES AVOIRS

-          Décide que le gel des avoirs (..) concernera tous les fonds, les avoirs financiers et les ressources économiques (..) qui sont propriété ou contrôlés directement ou indirectement par les autorités libyennes,

-          Affirme sa détermination à s'assurer que les fonds gelés (..) seront dès que possible rendus accessibles pour le bénéfice du peuple libyen,

 

PANEL D'EXPERTS

Demande au secrétaire général (de l'ONU Ban Ki-moon) de créer pour une période initiale d'un an (..) un groupe allant jusqu'à huit experts (Panel d'experts) (..) qui auront pour tâche:

 

  • de regrouper, d'examiner et d'analyser les informations des Etats, des entités de l'ONU et des organisations régionales et d'autres parties intéressées concernant la mise en œuvre des mesures décidées par la résolution, en particulier les incidents de non-respect,
  • de fournir au Conseil un rapport intérimaire sur son travail pas plus de 90 jours après la nomination du Panel et un rapport final au Conseil pas plus de 30 jours avant la fin de son mandat avec ses découvertes et ses recommandations,
  • Réaffirme son intention de surveiller constamment les actions des autorités libyennes et souligne sa disposition à réviser à tout moment les mesures imposées par cette résolution et la résolution 1970 (adoptée précédemment ndlr), y compris en renforçant, suspendant ou mettant fin aux mesures le cas échéant, en fonction du respect par les autorités libyennes de cette résolution et de la résolution 1970.
commentaires

Catastrophe au Japon: faits et chiffres

Publié le 17 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

 

Voici les principales données du bilan du séisme et du tsunami, ainsi que de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima du 11 mars.

 

BILAN HUMAIN (officiel, provisoire): 5.457 décès confirmés, 9.508 personnes portées disparues et 2.409 blessés (Police nationale). Le nombre redouté de morts est estimé à nettement plus de 10.000 par divers responsables.

 

EVACUES: Environ 550.000 personnes ont été évacuées parce qu'elles ont perdu leur logement à cause du tsunami ou parce qu'elles habitaient dans un rayon de 20 km autour de la centrale de Fukushima. Environ 2.700 centres d'accueil temporaires ont été ouverts.

 

PERSONNES SANS EAU NI ELECTRICITE: Environ 1,6 million de bâtiments sont privés d'eau potable et 600.000 foyers d'électricité (ministère de la Santé).

 

BATIMENTS ENDOMMAGES: 80.422 bâtiments ont été plus ou moins fortement endommagés, dont 4.798 totalement détruits (Agence de la gestion des catastrophes).

 

SECOURS MOBILISES: Quelque 80.000 soldats, policiers et personnels de secours ont été mobilisés par l'Etat. Le gouvernement a fait appel mercredi à des réservistes.

 

AIDE ETRANGERE: 112 pays et régions ont proposé leur aide, ainsi que 23 organisations internationales (ministère des Affaires étrangères). Le montant de l'aide financière n'a pas été dévoilé.

 

ECONOMIE:

-          Le séisme devrait avoir un impact "considérable" sur l'économie japonaise (porte-parole du gouvernement). L'impact a été estimé à 100 milliards de dollars, soit environ 2% du PIB, par la banque singapourienne DBS.

-          La Banque du Japon (BoJ) a injecté 34.000 milliards de yens (309 milliards d'euros) depuis lundi dans l'économie.

-          La Bourse de Tokyo a chuté de plus de 16% lundi et mardi avant de rebondir de 5,68% mercredi. Elle a baissé de 1,44% jeudi.

-          De nombreuses entreprises ont suspendu partiellement leurs activités. Toyota a annoncé le redémarrage jeudi de sa production de pièces détachées mais ses usines d'assemblage du groupe restent stoppées pour une durée indéterminée.

-          Le coût du séisme pour les assurances pourrait atteindre 34,6 milliards de dollars (estimation AIR Worldwide).

commentaires

Egypte: les amendements constitutionnels soumis à référendum

Publié le 17 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

 

Le référendum organisé en Egypte le 19 mars porte sur la modification d'une dizaine d'articles de la Constitution. Voici les principales dispositions proposées:

 

-          art. 75: tout candidat à l'élection présidentielle doit être Egyptien, âgé de 40 ans au moins et ne pas avoir de double nationalité. Ses deux parents et son conjoint doivent être Egyptiens. Cet article renforce les conditions liées à la nationalité égyptienne du candidat et de sa famille.

-          art. 76: tout candidat à la présidentielle doit avoir le soutien de 30 membres élus du Parlement ou celui de 30.000 électeurs inscrits dans 15 gouvernorats différents, ou encore être membre d'un parti ayant au moins un siège au Parlement. Ces conditions assouplissent fortement celles contenues dans la Constitution actuelle.

-          art. 77: La présidence est limitée à deux mandats de quatre ans, contre un nombre illimité de mandats de six ans dans la Constitution actuelle.

-          art. 88: assure le contrôle de la justice sur le processus électoral et la validation des élections.

-          art. 139: le président doit nommer un ou plusieurs vice-présidents dans les 60 jours après son élection. La Constitution actuelle permet de nommer un vice-président, mais M. Moubarak ne l'avait fait que dans ses derniers jours au pouvoir.

-          art. 148: l'état d'urgence ne peut être déclaré par le président que pour six mois, et son renouvellement est soumis à référendum. M. Moubarak a renouvelé l'état d'urgence, encore en vigueur, tout au long de ses trente ans au pouvoir.

-          art. 179: article supprimé. Il permet notamment au président d'ordonner que des civils accusés de terrorisme soient traduits devant des juridictions d'exception.

-          art. 189: ajoute une disposition précisant les conditions pour la rédaction d'une nouvelle Constitution. Cela peut se faire sur demande du président ou de la moitié des membres des deux chambres du Parlement. Une assemblée constituante est alors formée pour rédiger un projet soumis à référendum.

commentaires

L'UMP fixe la ligne pour les cantonales: "ni alliance avec le FN ni front républicain"

Publié le 17 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans UMP

 

A quatre jours du premier tour des cantonales, le bureau politique de l'UMP a arrêté "unanimement" une position pour les cantonales: "pas d'alliance avec le FN, et pas de front républicain", en cas de duels PS/FN au second tour, ont indiqué à l'AFP plusieurs sources UMP.

"Il y a eu accord unanime du bureau politique sur la ligne suivante: pas d'alliance avec le FN et pas de front républicain", a annoncé un élu proche du secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, à l'issue du bureau politique.

Lors du point-presse qui a suivi cette réunion hebdomadaire, M. Copé a réaffirmé la position officielle du parti pour le premier tour: "pas d'alliance avec le FN". Mais motus sur la question des consignes de vote pour le second tour. "Rendez-vous dimanche prochain (20 mars)", a répondu M. Copé. Inutile d'anticiper, avant de connaître les résultats du premier tour, selon le député-maire de Meaux qui annoncera officiellement la position à adopter en cas de duels PS/FN dimanche soir.

Mais l'exécutif a d'ores et déjà tranché. "La ligne nationale de l'UMP c'est qu'on ne fait aucun accord avec le FN au premier tour, sous peine d'exclusion immédiate du parti, mais on n'appelle pas non plus à voter pour le Parti socialiste au second tour en cas d'élimination de nos candidats", a précisé un cadre UMP.

Nicolas Sarkozy avait quant à lui averti, jeudi dernier, l'état-major de son parti qu'il recevait à l'Elysée pour déjeuner que "tous ceux qui feraient alliance avec le FN seraient exclus de l'UMP".

"Il faut d'abord tout faire pour éliminer le FN. On ne va pas commencer à appeler à voter pour la gauche!", avait-il dit, en regrettant les "initiatives personnelles" de ceux qui s'étaient prononcés à 10 jours du premier tour pour un vote en faveur du PS afin de faire barrage au FN au second tour.

commentaires

Motion de solidarité avec le peuple japonais

Publié le 16 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans UMP

Motion de solidarité avec le peuple japonais

adoptée par le Bureau politique de l’UMP – 16 mars 2011

Alors que le Japon traverse des moments particulièrement douloureux, l’ensemble du bureau politique de l’UMP tient à exprimer sa sincère et profonde compassion envers les victimes du séisme et du tsunami qui ont frappé le pays le 12 mars. Le bureau politique salue également la dignité, la résolution et le courage dont fait preuve le peuple japonais face à une épreuve aussi tragique.

Au nom de tous les élus, responsables et membres de l’UMP, nous assurons chaque citoyen japonais de notre solidarité. Nous adressons une pensée particulière à nos compatriotes résidant au Japon qui, par leur engagement et leur sang-froid, ont su réagir dignement dans ces circonstances critiques.

A l’heure où le bilan de ces événements catastrophiques s’alourdit et où une menace nouvelle pèse sur la sécurité des populations, l’UMP apporte un appui total au Président de la République, qui a pris la pleine mesure de l’amitié liant nos deux pays en décidant de l’envoi au Japon de 100 spécialistes de la sécurité civile et d’un soutien matériel destiné à venir en aide aux victimes du séisme et du tsunami.

Désirant témoigner de notre sincère émotion, nous assurons le peuple japonais de notre entier soutien et lui exprimons toute notre confiance dans sa capacité à surmonter cette terrible épreuve.

commentaires

Les incidents nucléaires en France

Publié le 16 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

nucleaire.jpgDepuis la fin des années 60, la France a connu quelques incidents dans ses centrales nucléaires, le plus important ayant été celui de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) en 1980.

Les incidents nucléaires sont répertoriés au niveau mondial selon l'échelle INES (International Nuclear Event Scale). Cette échelle de 1 à 7  a été développée en 1990 par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AENl) à la suite de l'accident de Tchernobyl (niveau 7).

 

--- NIVEAU 4 ---

- 13 mars 1980: Un accident dans la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loir et Cher entraîne la fusion de deux éléments combustibles du réacteur A2 filière UNGG (uranium naturel, graphite-gaz) d'une puissance de 515 MWe.

A la suite d'une corrosion, la plaque métallique de maintien des capteurs de pression du réacteur obstrue une douzaine de canaux du bloc de graphite, ce qui empêche le bon refroidissement du coeur et provoque la fusion de deux éléments combustibles. Gravement endommagé, le réacteur restera indisponible pendant plus de deux ans.

Cette centrale avait déjà connu un accident du même niveau 4 le 17 octobre 1969. Il avait occasionné la fusion de cinq éléments combustibles dans le réacteur A1 qui devait rester un an à l'arrêt.

 

--- NIVEAU 2 ---

- 21 juin 1993: Une fuite de liquides radioactifs se produit à Cadarache (Bouches-du-Rhône). Des incidents du même type s'y reproduisent en juillet et en décembre.

- 31 mars 1994: Une explosion lors du nettoyage d'une cuve de stockage de déchets de sodium, jouxtant le réacteur expérimental Rapsodie de Cadarache fait un mort et quatre blessés.

- 13 mai 1998: Une fuite de 300.000 litres d'eau radioactive intervient dans le circuit de refroidissement d'un réacteur de la centrale de Civaux (Vienne).

- 11 mars 1999: Un agent de la centrale du Tricastin (Drôme) est gravement irradié en pénétrant dans une "zone rouge". Il reçoit une dose de 340 milliSiverts (mSv), soit plus de 16 fois que la dose maximale européenne en vigueur.

- 27/28 décembre 1999: Au cours de tempête qui dévaste la France, les sous-sols de la centrale du Blayais (Gironde) sont inondés par la montée des eaux de la Gironde qui franchissent les digues de protection. Trois des quatre réacteurs sont arrêtés. Depuis, la centrale du Blayais a connu plusieurs défaillances de son système de sûreté.

 

Des incidents de moindre gravité ont touché la centrale Superphénix de Creys-Malville (Isère), qui a notamment dû être arrêtée le 26 mai 1987 après une fuite de sodium.

commentaires

L'émouvant retour de Patrick Roy sur les bancs de l'Assemblée

Publié le 16 Mars 2011 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonscriptio dans Point de Repère

 

Patrick-Roy.jpg"Je vous aime toutes et tous. La vie est belle!": Patrick Roy, député PS du Nord, qui se bat contre un cancer, a prononcé des paroles inédites dans l'hémicycle pour son retour mardi à l'Assemblée nationale.

Au cours d'une séance hors norme, dominée par un consensus national face à la crise nucléaire au Japon, l'homme à la veste rouge a posé une question en total décalage, sur l'urgence d'un programme consacré à la musique métal --sa passion-- sur les chaînes du service public.

Affaibli, venu en fauteuil roulant jusqu'aux portes de l'hémicycle, Patrick Roy a prolongé sa question au ministre de la Culture Frédéric Mitterrand en rendant hommage, la voix brisée, aux messages de soutien que ses collègues députés lui ont envoyés depuis que les médecins lui ont diagnostiqué un cancer du pancréas à l'automne, maladie qui l'a tenu écarté de l'Assemblée pendant près de six mois.

"Face à la mort redoutée, il y a la vie espérée. Ce souffle, vous me l'avez tous donné. Jamais je ne l'oublierai!", a lancé le député. Au perchoir, le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, qui lui avait rendu visite à l'hôpital, était lui aussi au bord des larmes.

"Ce souffle, il faut aussi le donner aux millions de victimes qui, comme moi, luttent pour la vie. La vie est tellement belle. Ces victimes, aimons-les, entourons-les. Le cœur accomplit des miracles", a poursuivi M. Roy, en se rasseyant sous une standing-ovation de tout l'hémicycle.

commentaires
1 2 > >>