Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Bruno Le Maire : réduire le code du travail de 3.700 à 150 pages

Publié le 29 Avril 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Le député UMP Bruno Le Maire juge qu'il faut faire passer le code du travail qui "créé du chômage", de 3.700 à 150 pages.

Dans une interview aux Echos parus mardi, l'ancien ministre assure que "le code du travail est la première crainte des PME et des investisseurs étrangers. Il devrait protéger les salariés, il crée du chômage.".

"Le code du travail doit passer de 3.700 pages à 150 pour définir les droits fondamentaux des salariés", a poursuivi le dirigeant d'opposition.

"Tout le reste, sans exception, doit être négocié dans les entreprises entre les directions et des représentants des salariés d'élus".

"La loi de 2007 qui impose de saisir les partenaires sociaux avant toute réforme du code du travail est un obstacle à lever", selon l'élu de l'Eure.

commentaires

70% des entrepreneurs français ont "peur" d'embaucher (sondage)

Publié le 28 Avril 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

Soixante-dix pour cent des entrepreneurs français disent avoir "peur" quand ils envisagent une embauche en France, selon un sondage Opinionway pour la principale organisation patronale française, le Medef, rendu public mardi.

Selon ce sondage réalisé auprès de 1.001 chefs d'entreprises petites et grandes et dans tous secteurs, la moitié (50%) cite le coût du travail comme principale "peur, inquiétude ou difficulté" à la décision d'embaucher, dont 22% en premier.

A noter que cet argument est cité de façon inversement proportionnelle à la taille de l'entreprise: plus elle est petite, plus le chef d'entreprise cite le coût du travail en premier.

Viennent ensuite le manque de visibilité économique (45% au total, 20% le mentionne en premier), les difficultés liées à la rupture du contrat (45%, 16% en premier). Les chefs d'entreprises disent souffrir de la difficulté à trouver des personnes qualifiées (39%), notamment dans l'industrie (26% citent cet argument en premier) et de la rigidité des contrats (37%).

L'instabilité réglementaire, sociale et fiscale est mentionnée par un tiers (32%) des personnes interrogées.

Sondage réalisé par téléphone du 10 au 22 avril, auprès d'un échantillon de 1.001 chefs d'entreprises dont la représentativité a été assurée par "le redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation".

commentaires

Nicolas Sarkozy candidat UMP préféré de la droite et du centre à la présidentielle pour les primaires (sondage)

Publié le 19 Avril 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Nicolas Sarkozy candidat UMP préféré de la droite et du centre à la présidentielle pour les primaires (sondage)

Nicolas Sarkozy est la personnalité souhaitée comme candidate de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017, selon les sympathisants de la droite et du centre, selon un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche.

A la question "quelle personnalité, parmi les suivantes, souhaiteriez-vous voir désignée comme candidate à l'élection présidentielle de 2017, à l'issue de la primaire organisée par l'UMP les 20 et 27 novembre 2016 pour désigner son candidat à l'élection présidentielle", 42% des sondés choisissent Nicolas Sarkozy, devant Alain Juppé (33%), Bruno Le Maire (12%) et François Fillon (5%).

Nathalie Kosciusko-Morizet arrive ensuite (4%), devant Xavier Bertrand (3%)à et Hervé Morin (1%).

Les sympathisants de l'UMP se prononcent à 58% pour Nicolas Sarkozy, 22% pour Alain Juppé et 9% pour Bruno Le Maire. Ceux de l'UDI (58%) comme ceux du Modem (56%) plébiscitent Alain Juppé, devant Bruno Le Maire (respectivement 19% et 15%).

Par tranche d'âge, ce sont les plus jeunes des sympathisants de la droite et du centre (18-24 ans) qui se déclarent le plus favorables à une candidature de Nicolas Sarkozy (59%).

Le sexe n'est pas un élément déterminant dans le choix puisque la préférence pour le président de l'UMP est équilibrée entre les hommes (43%) et les femmes (40%).

L'enquête a été menée auprès d'un échantillon de 704 sympathisants de droite ou du centre, extrait d'un échantillon de 2.005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

commentaires

Présidentielles 2017 : la primaire de l'UMP

Publié le 3 Avril 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy a avancé d'une semaine le bureau politique spécial destiné à valider l'organisation de la primaire, a indiqué jeudi à l'AFP le député Thierry Solère, chargé du groupe de travail sur le sujet.

Initialement, ce bureau politique était prévu la semaine suivante, le 14 avril. "Nicolas Sarkozy va convoquer la semaine prochaine" le bureau politique pour la primaire, a déclaré M. Solère. Il sera suivi d'une conférence de presse, a-t-on appris de même source.

D'après le quotidien Le Monde, qui fait état jeudi de la charte d'organisation de la primaire, la barre pour les parrainages a été mise à "au moins 25 parlementaires" et "250 élus répartis sur au moins 30 départements" et "au moins 2.500 adhérents" à jour de cotisation.

Le scrutin doit se dérouler les 20 et 27 novembre 2016 et sera ouvert aux sympathisants de la droite et du centre inscrits sur les listes électorales. Chaque candidat s'engagera à soutenir le candidat désigné in fine, selon Le Monde.

La participation a été fixé "à deux euros par tour de scrutin" et il y a aura "8.000 bureaux de vote". Le vote par procuration ne sera pas possible.

Les votants devront adhérer à la charte de la primaire et signer un texte indiquant "je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m'engage pour l'alternance afin de réussir le redressement de la France", toujours selon le document que Le Monde a consulté.

Pour les partis autres que l'UMP, comme l'UDI par exemple, "la charte prévoit que le seuil de parrainages d'un candidat extérieur à l'UMP serait fixé par son parti", écrit le quotidien.

Les comptes de campagne des candidats devront être déposés à la Haute Autorité, qui les rendra publics. Un plafond de dépenses devrait être fixé.

C'est la Haute Autorité, présidée par Anne Levade, qui sera chargé de superviser les opérations et réceptionnera les déclarations de candidatures jusqu'au 9 septembre 2016, selon Le Monde.

Selon l'UMP, les documents de travail du groupe sur l'organisation de la primaire ne sont pas encore définitifs.

Mercredi matin, Alain Juppé a redit sa préférence pour une primaire véritablement ouverte.

"S'il s'agit d'une primaire ouverte à tous les sympathisants de la droite et du centre, j'aurai ma chance. En revanche, si le scrutin est +bidouillé+ pour rééditer le scénario de l'élection du président de l'UMP, cette élection ne sera pas de nature à créer une véritable dynamique. Si la deuxième option prévaut, je me présenterai donc, je l'ai déjà annoncé, au premier tour de l'élection présidentielle en 2017", a déclaré l'ancien Premier ministre et maire de Bordeaux dans un entretien accordé à La Tribune.

commentaires