Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Chômage partiel: projet pour allonger la durée de 4 à 6 semaines

Publié le 10 Décembre 2008 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription in Action présidentielle et gouvernementale

Un projet de décret gouvernemental prévoit de porter de quatre à six semaines la durée pendant laquelle les salariés bénéficient de l'allocation de chômage partiel, selon un document présenté mardi matin au Conseil national de l'emploi dont l'AFP a eu connaissance. Nicolas Sarkozy s'était prononcé le 25 novembre à Valenciennes (Nord) pour "porter de quatre à six semaines la durée consécutive d'activité partielle" et pour faire passer le nombre d'heures autorisées au chômage partiel "de 600 à 800 voire à 1.000 dans les secteurs les plus en difficulté". L'allocation de chômage partiel est actuellement égale à 50% de la rémunération brute, avec un montant minimum de 4,42 euros par heure chômée. "Le présent projet de décret prévoit d'allonger de deux semaines la durée de la suspension d'activité au cours de laquelle les salariés continuent à bénéficier de l'allocation spécifique de chômage partiel. Cette durée passerait ainsi de quatre à six semaines", précise le rapport au Premier ministre joint au projet de décret du ministère de l'Economie et de l'Emploi. Au-delà de ces six semaines, les salariés seraient considérés comme étant à la recherche d'emploi et percevraient l'allocation de recherche d'emploi, ajoute ce rapport. "Compte tenu de la crise économique, le recours au chômage partiel connaît une forte augmentation, tendance qui sera vraisemblablement confirmée en début d'année, aucune perspective de reprise de l'activité économique n'étant prévue dans les prochains mois. (...) L'assouplissement des conditions de recours au chômage partiel est un des éléments de (la) politique de soutien à l'emploi", selon le rapport. Le 25 novembre, le chef de l'Etat avait aussi jugé "urgent de relever le montant minimum de l'indemnisation" du chômage partiel "pour la porter au niveau du Smic" et demandé aux partenaires sociaux "d'augmenter le taux de prise en charge des rémunérations perdues qui n'est aujourd'hui que de 50%". Tous les syndicats sont d'accord pour négocier sur l'indemnisation du chômage partiel. "Nous attendons que le Medef convoque les organisations pour entamer une négociation. C'est urgent", a déclaré Gaby Bonnand (CFDT) mardi après-midi.