Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Sarkozy s'emploie à rassurer les psychiatres sur la réforme de leur secteur

Publié le 8 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription in Action présidentielle et gouvernementale

 

Nicolas Sarkozy a su rassurer jeudi soir les professionnels de la psychiatrie qui avaient dénoncé une vision qu'ils jugeaient "trop sécuritaire" de son projet de réforme du secteur, annoncé au lendemain de la mort en novembre d'un homme poignardé par un malade échappé d'un hôpital.

Lors d'un entretien à l'Elysée, le chef de l'Etat a indiqué aux professionnels que son message "devait être retravaillé et qu'il mettrait une certaine priorité sur la psychiatrie et que ce ne serait pas que sécuritaire", a rapporté à la presse le Dr Norbert Skurnik, secrétaire général de l'intersyndicale de défense de la psychiatrie publique.

"On avait été un peu heurté par le discours d'Antony qui nous semblait s'orienter exagérément sur les dispositions sécuritaires", a précisé le Dr Pierre Faraggi, président du syndicat des psychiatres des hôpitaux. Cette rencontre "a été l'occasion d'un dialogue ouvert, où chacun a pu dire quelle était son approche (...) c'était une ouverture et maintenant nous jugerons sur les actes", a poursuivi le Dr Faraggi.

Lors d'un déplacement dans un établissement psychiatrique d'Antony (Hauts-de-Seine), Nicolas Sarkozy avait annoncé une série de mesures de "sécurisation" des établissements et une réforme de l'internement d'office incluant l'instauration d'une obligation de soins "effective".

Ces déclarations ont suscité la réprobation des professionnels, qui ont accusé le chef de l'Etat de reprendre des mesures qu'il avait, en tant que ministre de l'Intérieur, tenté fin 2006 de faire adopter dans son projet de loi sur la prévention de la délinquance.

L'échange de jeudi soir "a permis de constater que les conditions étaient aujourd'hui réunies pour faire naître dans notre pays une nouvelle ambition pour la santé mentale et pour ses professionnels". Nicolas Sarkozy s'est par ailleurs engagé à visiter un autre établissement psychiatrique "dans les prochaines semaines".

"Le président a voulu montrer son intérêt et son attachement à ce que sa politique pour la psychiatrie soit bien comprise dans sa globalité", a indiqué jeudi soir la ministre de la Santé Roselyne Bachelot à l'issue de la rencontre.