Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Plusieurs banquiers européens priés de renoncer à leurs bonus

Publié le 20 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription in International

Des dirigeants de banque ont dû, dans plusieurs pays européens, renoncer à leurs bonus et primes de départ sous la pression des gouvernements, en particulier ceux qui sont aux commandes d'établissements ayant reçu des fonds publics.

 

  • Grande-Bretagne: le Premier ministre Gordon Brown a annoncé mi-octobre que les dirigeants des banques recapitalisées (RBS, HBOS et Lloyds TSB) ne recevraient aucun bonus en numéraire au titre de 2008 et que leur rémunération serait à l'avenir fondée uniquement sur leur performance et sur la création de valeur à long terme.
  • Suisse: le gouvernement n'a émis aucune recommandation officielle sur les bonus mais le plan de sauvetage d'UBS s'est accompagné de pressions qui ont conduit le numéro un bancaire helvétique à ne verser aucune rémunération variable au président de son conseil d'administation et aux membres de son directoire au titre de 2008. Le deuxième établissement bancaire suisse, Crédit Suisse, qui n'a pas bénéficié d'aide de l'Etat, a décidé pour sa part de verser un bonus partiellement adossé à des actifs non liquides à certains de ses dirigeants.
  • La Belgique a pris la décision de limiter les indemnités de départ des dirigeants d'entreprise à un an de salaire et d'obliger les patrons des sociétés les plus importantes à rendre public leur revenu. Le patron du bancassureur franco-belge Dexia, Axel Miller, avait renoncé à des indemnités de départ s'élevant à 3,7 millions d'euros, sous la pression des gouvernements des deux pays, avant d'être évincé du groupe.
  • Pays-Bas: les conseils d'administration des bancassureurs ING et SNS Reaal et celui de l'assureur Aegon ont renoncé à leurs bonus au titre de 2008, en contrepartie d'une aide du gouvernement. Les indemnités de départ ont été limitées à un an de salaire.Les dirigeants du bancassureur Fortis, nationalisé début octobre, ainsi que ceux d'ABN Amro, partiellement détenu par Fortis, ont été invités par le ministre des Finances Wouter Bos à renoncer à leurs bonus.
  • Italie: Unicredit a annoncé que ses dirigeants n'allaient toucher aucun bonus au titre de 2008, car la première banque italienne n'a pas atteint les objectifs fixés pour prétendre à la rémunération variable.
  • Allemagne: Le président de la Deutsche Bank, Josef Ackermann, avait annoncé mi-octobre qu'il renonçait à son bonus annuel, de l'ordre de quelques millions d'euros, "par solidarité", au profit de ses salariés.