Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Contre-plan relance : les propositions du PS

Publié le 21 Janvier 2009 par Philippe LE ROUX - Délégué de la Circonsription in Point de Repère

Principales propositions du plan du PS, "agir vraiment contre la crise", rendu public mercredi:

. 23,3 milliards d'euros pour "relancer immédiatement le pouvoir d'achat et la consommation":

- aide immédiate de 500 euros aux bas salaires et bénéficiaires de minima sociaux (coût: 6,2 milliards)

- hausse immédiate du SMIC de 3% (1 milliard)

- baisse de la TVA de 19,6 à 18,6% (6,5 milliards)

- hausse de 10% des allocations logements et généralisation du chèque transport (2 milliards)

- allongement de 6 mois de la durée d'indemnisation du chômage (2 milliards)

- création de 100.000 emplois aidés (300 millions)

- création de 100.000 contrats verts et contrats d'association (1,1 milliard)

 

. 26,8 miliards pour "financer des investissements utiles":

- pacte de relance Etat-collectivités territoriales (enveloppe 4,8 milliards)

- grand programme logement de 4 milliards, dont 300.000 logements sociaux (2,7 milliards), réhabilitation de logements anciens (1 milliard),  réhabilitation et construction d'hébergement d'urgence (300 millions)

- plan de sauvegarde de l'hôpital public (1,4 milliard)

- création de fonds régionaux d'intervention stratégique pour financer projets PME (6 milliards)

- bonification de 50% du crédit impôt recherche pour les PME innovantes en économie verte (1 milliard)

 

. Pour aider les entreprises "en difficulté et protéger les salariés contre les licenciements":

- renforcer les possibilités d'intervention des fonds de garantie de prêts bancaires (Oséo)

- moratoire sur les dettes sociales et fiscales pour 3 mois, éventuellement reconductible

- création à "titre exceptionnel" d'un chômage partiel de 800 à 1600 heures

- accords collectifs de branches notamment dans l'automobile, avec dispositifs temporaires de retraite anticipée

 

. Pour les entreprises qui "vont bien":

- "dissuader de procéder à des licenciements boursiers" par un "surcoût financier".

 

. Pour les entreprises qui "vont mal" et dont il faut accompagner la restructuration et le reclassement des salariés:

- extension à deux ans de la durée des Contrats de formation professionnelle et généralisation à tous les bassins d'emploi

 

. Pour de "nouvelles règles financières"

- conditionner l'aide publique aux banques par l'interdiction de versement des dividendes des bonus, et à la présence de l'Etat dans les conseils d'administration des banques