Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Républicains Guingamp

Site de Philippe LE ROUX, ancien Delegue de la quatrieme circonscription des Cotes-d'Armor et Conseiller chargé des grands projets auprès de la Direction de l'UMP

Un prix lourd pour la France

Publié le 28 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Le reniement - c'est maintenant !

B8Xy59DIQAAowAI.jpg

commentaires

Sarkozy veut "une nouvelle politique pour les Outre-mer"

Publié le 28 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, a affirmé qu'il voulait "une nouvelle politique pour les Outre-mer, qui tiennent compte de la diversité de ces territoires", mardi après avoir reçu les membres du comité Outre-mer qu'il vient de créer.

"Je veux que les territoires d'Outre-mer, qui ont beaucoup souffert, qui ont beaucoup d'atouts, où j'ai beaucoup d'amis, soient entendus et écoutés", a affirmé M. Sarkozy à la presse.

Selon M. Sarkozy, chacun des territoires d'Outre-mer a "des possibilités exceptionnelles pour peu qu'on leur fasse confiance et qu'on leur donne des moyens endogènes".

"J'ai donc réuni un comité avec tous nos élus, tous nos représentants, de façon à décider une nouvelle politique pour les Outre-mer, qui tiennent compte de la diversité de ces territoires, de la diversité des histoires propres à chacun et de la diversité des personnalités".

Le président de l'UMP a également indiqué qu'il se rendrait "dans chacun de ces territoires".

 

"D'ici à la fin de l'année, nous ferons une convention spécifique sur le programme pour ces territoires avec notamment une dimension organisationnelle particulière pour les Ultras-marins d'Ile-de-France", a-t-il également indiqué.

commentaires

2014, nouvelle année record pour le chômage en France

Publié le 27 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Le reniement - c'est maintenant !

Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a atteint en décembre le triste record de 3,496 millions en métropole, soit 8 100 personnes de plus en un mois et 189 100 de plus sur l'année écoulée.

stat.jpgCôté face, comme les services de François Rebsamen, on peut retenir des chiffres du chômage n’a que « faiblement augmenté en décembre » après s'être envolé en septembre (+0,6%) et en octobre (+0,8%). Au cours du dernier mois de l'année, le nombre de chômeurs inscrits chez Pôle Emploi en catégorie A a ainsi augmenté de 0,2 %, soit 8 100 personnes supplémentaires et l'une des plus faibles progressions de l'année. 

L'heure du bilan pour le gouvernement

Côté pile, c'est l'heure du bilan pour le chômage en 2014. Or se dernier bat officiellement le triste record enregistré en 2013, pour s'établir à 3,49 millions de demandeurs d'emploi en France métropolitaine, en hausse de 5,7%. En prenant en compte les catégories B et C qui englobent les demandeurs d'emploi en activité réduite (5,21 millions) et en étendant ces chiffres à l'Outre-mer, l'agence gouvernementale comptabilise un total de 5,52 millions de demandeurs d'emploi.

 

Dans un communiqué diffusé parallèlement à la publication de ces mauvais chiffres, le ministre du Travail, François Rebsamen, assure que "l'effort du gouvernement" pour enrayer la hausse continue du chômage en France "ne faiblira pas". Pour autant, l'Unedic a fait savoir il y a quelques jours qu'elle attendait un peu plus de 100 000 chômeurs supplémentaires cette année. 

commentaires

L'UMP et la CDU vont créer des "groupes de travail communs" sur l'économie et l'intégration

Publié le 26 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Nicolas Sarkozy a annoncé lundi la création par l'UMP et la CDU, "dans les prochains jours", de "groupes de travail communs" sur les questions économiques et d'intégration, à l'issue d'une rencontre avec Angela Merkel au siège du parti de la chancelière, à Berlin.

"Nous avons décidé que dans les prochains jours, la CDU et l'UMP allaient créer deux groupes de travail communs, l'un sur la politique économique pour voir comment nous pouvons faire converger les projets économiques" des deux partis, et "l'autre sur toutes les questions d'intégration", a affirmé le président de l'UMP à la presse.

Sur cette question de l'intégration, "la chancelière nous a indiqué que l'Allemagne connaissait les mêmes problèmes que la France", a-t-il ajouté.

"La chancelière nous fera parvenir trois noms pour chaque groupe et je lui donnerai également trois noms. La volonté, c'est de rapprocher les positions de la CDU et de l'UMP, très clairement au service d'un axe franco-allemand que nous considérons très important pour la France, pour l'Allemagne et aussi pour l'Europe", a également indiqué M. Sarkozy.

L'ex-chef de l'Etat français a par ailleurs indiqué que face à la victoire du parti de la gauche radicale Syriza en Grèce, il avait trouvé la chancelière "extrêmement responsable, extrêmement calme, attentive à l'évolution de la situation".

La chancelière est "quelqu'un de très pragmatique, de très respectueux du fonctionnement démocratique, dans son pays et chez les autres", a-t-il fait observer, ajoutant que Mme Merkel avait "un idéal européen très ancré et je suis sûr qu'elle saura utiliser cet esprit de responsabilité auquel j'appelais tout à l'heure".

Avant son entretien avec Angela Merkel, Nicolas Sarkozy avait affirmé à la presse que "tout (devait) être fait pour éviter" la sortie de la Grèce de la zone euro qui constituerait "un drame".

 

Les anciens ministres, le germanophone Bruno Le Maire et le délégué général de l'UMP aux Relations internationales, Pierre Lellouche accompagnaient M. Sarkozy à Berlin.

commentaires

Solidarité avec la France et ses valeurs partout dans le monde

Publié le 11 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

De Londres à Berlin en passant par Washington et Montréal, des rassemblements étaient prévus pendant tout le week-end en solidarité avec la France endeuillée.

Environ 18.000 personnes se sont rassemblées devant l'ambassade de France à Berlin

A Londres, un rassemblement baptisé « Nous sommes Charlie » se tenait à Trafalgar Square, et le Tower Bridge affichait les couleurs du drapeau français entre 16H00 et 17H30

Plus de 10.000 personnes se sont rassemblés derrière le slogan «Ensemble contre la haine» pour une marche dans le centre de Bruxelles selon une source policière. Beaucoup de manifestants brandissaient des panonceaux «Je suis Charlie», d'autres des pancartes «Ensemble contre la haine» en français et néerlandais.

La manifestation, organisée par les médias burundais, a rassemblée 200 à 300 personnes devant l'ambassade de France dans la capitale. Les participants tenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire «Je suis Charlie», «Nous sommes Charlie». Cette manifestation, «c'est un refus de la violence», a déclaré Alexandre Niyungeko, président de l'Union burundaise des journalistes (UBJ), au nom des médias qui ont organisé le rassemblement. «Ceux qui ont attaqué les collègues français nous ont attaqué aussi, ont attaqué le monde». «Bien sûr c'est la France qui a été attaquée, mais votre mobilisation montre que ce n'est pas la France, que c'est la liberté d'expression qui a été attaquée, c'est la liberté tout court, le droit à la vie», a de son côté déclaré l'ambassadeur de France au Burundi, Gerrit van Rossum.

A Madrid, des centaines de personnes se sont rassemblées déployant un grand drapeau français et des pancartes « Je suis Charlie ». La manifestation avait été convoquée samedi sur les réseaux sociaux. Les participants se sont donné rendez-vous Puerta del Sol et ont observé plusieurs minutes de silence, brandissant des pancartes et des stylos avant de chanter La Marseillaise. A Barcelone, un rassemblement avait également lieu devant l'Institut français.

Partout ailleurs, des manifestations ont eu lieu, comme à Vienne, Lisbonne, Lausanne, Stockholm, ou devant le parlement grec à Athènes.

Hors Europe, l'ambassade de France aux Etats-Unis avait prévu une marche silencieuse à Washington dimanche à 14H00 et un rassemblement similaire est attendu à New York, à Washington Square, mais aussi au Caire ou encore Katmandou

 

A Québec, Montréal, Ottawa ou à Vancouver au Canada, pays lui-même touché en octobre par deux attaques menées par des jeunes radicalisés aux idées islamistes, des marches silencieuses étaient organisées à l'initiative de groupes citoyens.

commentaires

Marche républicaine en France : un rassemblement « sans précédent »

Publié le 11 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

Des millions de manifestants.

marches_republicaines_au_moins_37150_hd-copie-1.jpgA 19 heures, selon les derniers décomptes, plus de 2,7 millions de personnes défilaient dans les villes de province.

A Paris, même si aucun décompte officiel n'a été communiqué, ils étaient plus d'un million à marcher en hommage aux victimes des attaques terroristes qui ont fait dix-sept morts entre mercredi et vendredi en région parisienne.

Des centaines de rassemblements en province, dans les grandes villes comme dans les petites communes

Des défilés ont été organisés dans des centaines de villes, répondant à l'appel de l'Association des maires de France. La presse régionale signale des «manifestations historiques», y compris dans des villes moyennes ou des villages.

 

Trois cent mille personnes ont défilé à Lyon, 110 000 à Grenoble, 70 000 à Clermont-Ferrand, 140 000 à Bordeaux, 115 000 à Rennes (Il s'agit du plus important rassemblement organisé dans la capitale bretonne depuis un demi-siècle) ou encore 100 000 à Montpellier.

Les rassemblements ont également été importants dans des villes de taille plus modeste. Ainsi, 11 000 personnes se sont retrouvées dans les rues de Cognac (Charentes), on en comptait 5 000 à Crozon (Finistère) et 5 000 à Bar-le-duc (Meuse), 70 000 personnes à Saint-Etienne, 60 000 personnes à Marseille, entre 15 000 et 20 000 personnes à Albi, à Carcassonne comme à Narbonne ou Rodez, selon les chiffres de la police ; 40 000 personnes à Perpignan, un chiffre exceptionnel pour une ville de 110 000 habitants ; un ratio semblable à Tarbes, 40 000 habitants, où la police a compté 14 000 personnes.

Plusieurs syndicats avaient appelé à une marche blanche dimanche matin, mais le message a peu porté alors que l'île connaît de fortes pluies. Elle a rassemblé près de 200 personnes sur le front de mer, place de la République à Mamoudzou. Dans le 101e département, où la population est à 90 % musulmane, le message voulait être fort et unanime.

 

Quelque 4 000 personnes, selon la police, se sont rassemblées à Nouméa. La foule a convergé au Mémorial américain, baie de la Moselle, puis a marché en silence jusqu'au kiosque à musique de la place des Cocotiers, au centre de la capitale calédonienne.

commentaires

«Marche républicaine» : les dirigeants étrangers battent le pavé

Publié le 11 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

Comment-Sarkozy-s-est-invite-sur-la-photo_article_landscape.jpgC'est une liste qui donne le vertige, une liste à rendre fous les services du protocole et de sécurité français. Mais une liste qui dit l'ampleur de la mobilisation de la communauté internationale autour de la France. Celle des monarques, présidents, chefs de gouvernement, ministres et autres personnalités de haut rang venues du monde entier pour s'associer à l'hommage que le pays va rendre aujourd'hui à ses victimes des attentats.

Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker.

La chancelière allemande Angela Merkel.

Le Premier ministre britannique David Cameron

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

Le Premier ministre italien Matteo Renzi.

Le roi Abdallah de Jordanie et son épouse Rania,

le frère de l'émir du Qatar,

un ministre saoudien,

le chef de la diplomatie des Emirats arabes unis,

son homologue libanais,

le président palestinien Abbas

le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

Premier ministre turc Ahmet Davutoglu

Le Premier ministre belge Charles Michel.

Le Premier ministre géorgien Irakli Garibashvili.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte

La Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt.

Le Premier ministre grec Antonis Samaras

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat

partageront le même carré du cortège ultra-sécurisé

Seront là aussi huit chefs d'Etat africains, dont le Malien Keïta, le président gabonais Ali Bongo Ondimba, le Nigérien Issoufou, Le président béninois Thomas Boni Yayi, le président sénégalais Macky Sall. et président malien Ibrahim Boubacar Keitan sans oublier le ministre russe des Affaires étrangères, Lavrov (dont les relations avec Hollande sont pourtant tendues à cause du dossier du Mistral), le président ukrainien, Petro Porochenko, avec qui la Russie est en guerre...

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban

En tout, plus de quarante-cinq dirigeants vont cheminer, côte à côte, pendant plusieurs centaines de mètres, faisant fi de leurs querelles, pour partager la douleur de la patrie des droits de l'homme.

 

Avant de défiler au sein de la «marche républicaine», la cinquantaine de dirigeants et responsables étrangers ont été reçus par le Président de la République à l'Elysée, tout comme l'ensemble du gouvernement français.

 

La plupart des ministres de l'Intérieur des 28 Etats de l'Union européenne ont, quant à eux, participé dans la matinée à une réunion place Beauvau.

 

Cet assassinat est un choc mondial. Les terroristes ont attaqué ce qui fait l'identité de la France sur la scène internationale. C'est la Liberté d’expression et les droits de l'homme.

Au-delà, la volonté de dire non au terrorisme semble expliquer la présence de ces dirigeants, et pas uniquement leur attachement viscéral à la liberté d'expression.

Parmi ces délégations étrangères, certaines sont issues de pays qui sont parfois loin de respecter la liberté de la presse, à l'instar de l'Arabie saoudite qui a infligé vendredi cinquante coups de fouet à un blogueur de 30 ans condamné pour «insulte envers l'islam». Mais tous seront là pour s'élever contre des terroristes qui tuent sauvagement des journalistes et des juifs. C'est intolérable pour eux. Et ils savent, aussi, que c'est une menace chez eux.

 

Un rassemblement hors normes qui va muer, le temps d'une marche républicaine inédite, Paris en capitale mondiale de la lutte contre le terrorisme.

commentaires

Chirac à Hollande : "la République est juste et doit être implacable"

Publié le 9 Janvier 2015 par Le Figaro - Philippe Goulliaud dans Point de Repère

Lors d'un entretien téléphonique au lendemain de l'attaque contre Charlie Hebdo, l'ancien président de la République a fait part à François Hollande de «sa très profonde émotion»

Jacques Chirac ne participera pas, dimanche, à la marche parisienne en hommage aux victimes du terrorisme. Son état de santé ne lui permet pas d'être présent, souligne son entourage. Son gendre, Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de l'Elysée, qui était en déplacement aux États-Unis, a choisi de rentrer à Paris dimanche matin pour défiler et représenter la famille Chirac.

Mais, depuis l'attaque contre Charlie Hebdo, l'ancien président de la République s'est tenu informé en direct de l'évolution de la situation. «Il ne décroche pas de la télévision», indique un intime.

«Crime barbare»

Jeudi soir, François Hollande a téléphoné à Jacques Chirac, comme à Valéry Giscard d'Estaing. Lors de cet échange téléphonique, Chirac a fait part au président de la République de «sa très profonde émotion» et a transmis aux familles et aux proches des victimes «ses plus sincères condoléances», s'associant «au deuil de la Nation».

 

Il a ajouté que la réponse à «ce crime barbare» était dans «le rassemblement, l'autorité et la fermeté la plus absolue». «La République est juste mais elle doit être également implacable face aux assassins qui souillent ses valeurs et cherchent à dresser les Français les uns contre les autres», a affirmé Jacques Chirac qui, tout au long de sa carrière, a été confronté au problème du terrorisme et n'a cessé de lutter pour le dialogue des cultures.

commentaires

Le preneur d’otage de Vincennes est mort. Les otages ont été libérés

Publié le 9 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

Une prise d'otage a eu lieu vendredi après-midi dans un hypermarché casher de la porte de Vincennes. Au moins cinq personnes étaient retenues par Amedy Coulibaly, mort dans l'assaut de la police.

C'est sans doute la fin de trois jours de terreur sur la France. Alors que les frères Saïd et Chérif Kouachi, principaux suspects dans l'attentat qui a fait 12 morts à Charlie Hebdo mercredi, ont été tués à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), Amedy Coulibaly, suspect principal dans la fusillade de Montrouge jeudi, a été tué dans une épicerie Casher de la porte de Vincennes où il détenait plusieurs otages mercredi midi.

Un lien est clairement établi entre les frères Kouachi et Amedy Coulibaly.

La prise d'otage dans l'hypermarché casher avait débuté à 13 heures après que des coups ont feu ont été entendus. Le quartier a été rapidement bouclé et les forces de l'ordre sont restées en place durant plus de quatre heures.

 

A partir de 17h00, un premier assaut a été lancé à Dammartin-en-Goële contre les frères Kouachi. Moins de dix minutes plus tard, un second assaut a été lancé dans l'hypermarché. Plusieurs otages sont sortis en courant de l'épicerie. Selon une source policière, quatre policiers auraient été blessés.

commentaires

Attentat de Charlie Hebdo : les terroristes tués dans l'assaut du GIGN

Publié le 9 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

Retranchés depuis la mi-journée à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) dans une entreprise où ils retenaient une personne, les frères Kouachi, jihadistes français, auteurs mercredi la tuerie à Charlie Hebdo, ont été tués en fin d'après-midi dans l'assaut donné par le GIGN.  L'otage est indemne.

Fin de cavale. Les frères Kouachi, retranchés depuis la mi-journée dans une entreprise de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), ont été tués dans l'assaut lancé à 17 heures par le GIGN.

L'otage que détenaient les deux jihadistes français, soupçonnés d'avoir perpétré mercredi la tuerie à Charlie Hebdo, est indemne. 

C'est au volant d'une voiture volée que Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans avaient été localisés en début de matinée et pris en chasse par les gendarmes, avant d'investir les locaux de l'entreprise. Des hélicoptères ont survolé le site tout l'après-midi, encerclé par les hommes du GIGN, qui mènent l'opération appuyés par des équipes du Raid. Les écoles avaient été évacuées et les commerces fermés.

 

Par ailleurs, les policiers d'élite ont mis fin à une autre prise d'otage quasiment simultanément  dans une épicerie casher située porte de Vincennes à Paris. En milieu d'après-midi, Amedy Coulibaly, un islamiste de 32 ans qui connaissait l'un des frères Kouachi, avait attaqué l'épicerie à la kalashnikov avant de s'y retrancher. Coulibaly, également suspecté d'avoir tué jeudi matin une policière dans une rue de Montrouge, a été tué dans l'assaut.

commentaires

Manifestations de soutien partout en France et dans le monde

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

4426621_rennes.jpgRennes

4426621_place-des-terreaux-lyon.jpgLyon

4426621_bordeaux.jpgBordeaux

4426889_toulouse.jpgToulouse

4426781_clermont-ferrand.jpgClermont-Ferrand

4426733_000-par8067704.jpgPlace de la Mairie à Rennes

4427139_000-par8068003.jpgPlace de la République à Paris

4427139_000-dv1935761.jpgPorte de Brandebourg à Berlin

4427139_000-par8067998.jpgAmsterdam

4426847_londres.jpgLondres

4426899_marseille.jpgMarseille

4428229_000-par8068058-new.jpgPristina, au Kosovo

4427777_b6ytb7jciaam8pv.jpgMontreal

4428229_bre-new.jpgRio de Janeiro

4428229_000-mvd6657224-new.jpgAmbassade de France en Argentine

4428229_000-mvd6657278-new.jpgLima, Pérou

commentaires

Charlie Hebdo: les ambassadeurs arabes à Paris dénoncent un acte "barbare"

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

Les ambassadeurs arabes à Paris ont vivement dénoncé comme un "acte terroriste barbare" l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo et assuré jeudi que leurs pays étaient engagés dans la lutte contre le terrorisme.

Dans un communiqué, les ambassadeurs arabes "condamnent fermement ce crime abominable" qui a fait douze morts et dénoncent "la violence contre la presse".

"Les pays membres de la Ligue arabe sont engagés, aux côtés des autres acteurs de la communauté internationale, dans la lutte contre le terrorisme, l'intolérance et l'extrémisme", souligne encore le texte.

Les pays arabes et Al-Azhar, principale autorité de l'islam sunnite, avaient condamné mercredi l'attentat contre le journal satirique dont sont accusés des jihadistes.

 

Plusieurs intellectuels arabes de renom établis en France, dont Adonis et Taher Ben Jalloun, ont également condamné dans un communiqué conjoint l'attaque contre Charlie Hebdo.

commentaires

Déclaration solennelle de l’UMP

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Notre Nation est meurtrie et endeuillée par l'ignoble et sanglant attentat terroriste perpétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo.

Il s’agit d’une guerre déclarée non seulement à la République et à la démocratie mais à la civilisation. Nous avons le devoir de nous défendre avec la plus grande détermination.

Nous appelons tous les Français à présenter un front uni face au terrorisme djihadiste.

Il faut que tous ceux qui sont attachés aux valeurs de notre civilisation, quels que soient leurs choix partisans, s'unissent face à la barbarie.

Aucun compromis n’est tolérable sur notre mode de vie, sur nos traditions, sur la liberté d’expression, sur la liberté de la presse, sur la liberté de caricaturer. Aucune justification du terrorisme djihadiste et de son idéologie barbare ne saurait être tolérée.

Face à l’évolution de la menace, notre Nation doit augmenter son niveau de vigilance et faire évoluer le dispositif de protection des Français, vers davantage d’efficacité et de fermeté.

L’UMP soutiendra toutes les initiatives du gouvernement qui iront dans cette direction. Dans ces heures tragiques, l’impératif d'unité nationale s’impose.

 

Dans cet esprit, l’UMP appelle tous ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs à manifester dimanche prochain dans un climat de recueillement et de dignité. Ce rassemblement exprimera la demande de fermeté de tous les Républicains. La France donnera ainsi d’elle-même l’image d’une Nation déterminée et sereine.

commentaires

Charlie Hebdo: l'UE cherche des défenses européennes contre les jihadistes

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a annoncé jeudi à Riga son intention de proposer aux Etats membres un nouveau programme de lutte contre le terrorisme au lendemain de l'attentat meurtrier contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris.

"Nous allons présenter un nouveau programme de lutte contre le terrorisme dans les semaines à venir", a-t-il annoncé au cours d'une conférence de presse.

"Il est encore trop tôt pour annoncer les détails, mais nous allons explorer un certain nombre de pistes", a-t-il précisé.

La Commission veut renforcer la collecte et l'échange d'informations au sein de l'UE, mais elle se heurte aux réticences des États et des élus européens.

Le renforcement des défenses européennes, en particulier face aux problèmes posés par les jeunes Européens enrôlés pour combattre en Syrie et en Irak sera à l'ordre du jour d'une réunion le 19 janvier à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères de l'UE.

La représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini va préparer cette réunion avec le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove.

Le sujet sera également discuté par les ministres de l'Intérieur de l'UE lors d'une réunion informelle le 29 janvier à Riga, en Lettonie.

 

La Commission veut notamment arracher un accord du Parlement européen pour la création d'un registre européen des données des passagers, un projet voulu par les États membres mais bloqué depuis 2011.

commentaires

Charlie Hebdo: Baroin (AMF) propose des rassemblements dans les communes dimanche

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP Guingamp

Le président de l'Association des maires de France (AMF), François Baroin (UMP), a proposé jeudi l'organisation de rassemblements dans les communes de France pour ceux ne pouvant se rendre à la manifestation nationale en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo organisée à Paris.

"Je propose aux communes de France, à l'heure du défilé dans la capitale française que celles et ceux qui ne peuvent pas se rendre à Paris organisent devant chaque Hôtel de ville un rassemblement dans l'esprit de partage de ce deuil national", a déclaré M. Baroin, à l'issue d'un entretien à l'Élysée avec François Hollande.

Il a également indiqué avoir "évoqué avec le chef de l'État l'organisation des dispositifs de sécurité sur l'ensemble du territoire français pour le renforcement de la surveillance des lieux publics".

 

A ce titre, "j'ai assuré le président de la République de la disposition de l'Association des maires de France, auprès du ministère de l'Intérieur, pour au cours des jours qui viennent, adapter les dispositifs en fonction de l'évolution de la situation de la menace d'attentats", a-t-il dit.

commentaires

Charlie Hebdo sortira mercredi à un million d'exemplaires

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

"Le journal Charlie Hebdo sortira mercredi prochain et sera tiré à un million d'exemplaires", a déclaré à l'AFP son avocat, Me Richard Malka, contre 60.000 habituellement.

Ce sera un numéro de 8 pages, a-t-il dit, au lieu de 16 pages normalement.

L'équipe de "survivants" de Charlie Hebdo, une douzaine de personnes, se retrouvera vendredi matin à Libération pour commencer à travailler, a précisé l'avocat.

"Il faut sortir le prochain numéro, c'est le meilleur moyen de rendre hommage aux morts et de signifier qu'ils ne nous ont pas tués", a commenté l'avocat. "Ce sera un numéro de survivants, exclusivement réalisé par les survivants de Charlie", a-t-il ajouté.

Outre l'accueil par Libération, le journal a notamment reçu des aides des groupes Canal+ et Le Monde, a précisé l'avocat à l'issue d'une réunion qui a rassemblé au total une trentaine de personnes.

Douze personnes ont été tuées dans l'attentat de mercredi dont cinq dessinateurs de l'hebdomadaire.

Depuis l'attentat, le journal a reçu de multiples propositions de soutien, sous forme d'aide financière, d'abonnements ou d'appui matériel.

Les responsables de Charlie Hebdo devaient rencontrer dans l'après-midi les médias qui ont proposé de l'aider, pour mettre en oeuvre ses projets.

Le numéro du mercredi 7 janvier, jour de l'attentat, est pour l'instant épuisé dans les kiosques et était proposé  à un prix très élevé sur internet, notamment sur le site d'enchères ebay.

Avant l'attentat, Charlie Hebdo était au bord de la faillite et craignait de disparaître. Le journal ne se vendait qu'à 30.000 exemplaires, la moitié de son tirage, alors qu'il avait besoin d'atteindre les 35.000 pour être à l'équilibre, avait expliqué  à l'AFP, Charb, directeur de la publication, tué mercredi.

Il avait lancé un appel aux dons en novembre, mais n'avait recueilli que quelques dizaines de milliers d'euros en fin d'année, alors qu'il visait un million.

 

Le journal, vendu le mercredi au prix de 3 euros, avait recueilli 60.000 euros de dons après la destruction de son siège dans un premier attentat en 2011, à la suite de la publication de son numéro "Charia Hebdo".

commentaires

Des dessinateurs du monde entier rendent hommage à Charlie Hebdo En savoir plus sur http://videos.lexpress.fr/actualite/monde/video-des-dessinateurs-du-monde-entier-rendent-hommage-a-charlie-hebdo_

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

hommage.png

cliquer sur l'image pour démarrer la vidéo

commentaires

« Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, deuil national décrété

Publié le 8 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans Point de Repère

La rédaction du journal satirique Charlie Hebdo a été la cible d'un attentat, mercredi 7 janvier en fin de matinée à Paris, qui a fait douze morts. Un avis de recherche a été lancé en début de nuit contre trois suspects.

Le plus jeune homme recherché, âgé de 18 ans, s'est rendu dans la nuit au commissariat de Charleville-Mézières, dans les Ardennes.

Une source policière a affirmé qu'« aucune charge » n'avait été retenue pour l'heure contre lui, et que «dans son cas, il ne s'agit que de simples vérifications.» Le jeune homme, qui est de la même famille que les deux principaux suspects, a tout de même été placé en garde à vue.

 

La police a concentré ses recherches sur Chérif Kouachi et Saïd Kouachi, deux frères âgés de 32 et 34 ans, identifiés grâce à une carte d'identité laissée dans l'une des voitures ayant servi à leur fuite. Le premier, Chérif Kouachi, avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak, la filière dite des «Buttes Chaumont». «Toute personne détenant des informations» sur les suspects est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17, précise la préfecture de Paris.

 

Appel à témoins lancé par la préfecture de Paris.

Selon les sources policières contactées par Le Monde, des perquisitions avaient été menées mercredi en début de soirée à Charleville-Mézières. Une opération de police a également eu lieu à Reims vers 23 heures. Sept membres de l'entourage des auteurs présumés de l'attaque ont été mis en garde à vue mercredi soir, a indiqué le parquet jeudi 8 janvier au matin.

 

12 morts, 11 blessés, dont 4 grièvement

L'attaque a décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Parmi les morts figurent de nombreux journalistes, dont les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré, Elsa Cayat, Mustapha Ourad ainsi que Bernard Maris, chroniqueur pour Charlie Hebdo et France Inter.

 

Un agent d'entretien de l'immeuble, Frédéric Boisseau, 42 ans, collaborateur de Sodexo, et un invité de la rédaction, Michel Renaud, ont également péri dans l'attaque. Selon le procureur, deux policiers clôturent ce macabre bilan. L'un, le brigadier Franck Brinsolaro, du Service de la protection (SDLP, ex-SPHP) était chargé de la sécurité de Charb, selon des sources syndicales policières. L'autre, Ahmed Merabet, a été tué à l'extérieur, alors que les assaillants prenaient la fuite.

 

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier en France depuis celui de l'Organisation armée secrète (OAS) contre un train Strasbourg-Paris, qui avait fait 28 morts en 1961, durant la guerre d'Algérie.

Le procureur de Paris, François Molins, a également annoncé que onze personnes avaient été blessées, dont quatre grièvement, parmi lesquelles le journaliste Philippe Lançon et deux policiers. Selon les informations du Monde, Philippe Lançon, critique littéraire à Libération et chroniqueur régulier de Charlie, a été grièvement blessé au bas du visage par une balle. Il a été opéré à la Pitié-Salpêtrière, et ses jours ne sont pas en danger.

 

Deux individus qui « se revendiquaient d'Al-Qaida »

Le procureur Molins a livré dans la soirée un premier récit des événements. Au moins deux hommes cagoulés et vêtus de noir se sont introduits vers 11 h 30 dans les locaux de Charlie Hebdo après s'être d'abord trompés d'adresse, croyant trouver la rédaction au numéro 6 de la rue Nicolas-Appert.

Armés de kalachnikovs, ils ont tiré sur une personne qui se trouvait à l'accueil, avant de monter à l'étage pour atteindre la rédaction de Charlie Hebdo. Les journalistes étaient alors en pleine conférence de rédaction hebdomadaire. Les assaillants ont commencé à tirer sur les dessinateurs et journalistes, comme l'a relaté Coco, dessinatrice au journal, qui a précisé que les hommes « parlaient parfaitement le français » et « se revendiquaient d'Al-Qaida. »

 

«Les attaquants étaient renseignés et savaient qu'il y avait, le mercredi à 10 heures, la réunion de rédaction hebdomadaire. Sinon, le reste de la semaine, il n'y pas grand monde dans les locaux», explique une journaliste de Charlie Hebdo jointe par Le Monde, qui n'était pas sur place pendant l'attaque.

Les assaillants sont ensuite sortis de l'immeuble. Une vidéo prise par un journaliste de l'agence Premières Lignes montre que les hommes ont crié «Allah Akbar» («Dieu est grand»), en continuant à tirer. Selon des témoins cités par des policiers, les agresseurs ont également crié : «Nous avons vengé le Prophète.»

Les hommes sont montés à bord de leur véhicule, puis, dans leur fuite, ils ont visé une voiture de police. Sur cette photo que s'est procurée notre envoyée spéciale sur place, on peut voir les tireurs face à une voiture de police. Les hommes ont fait feu, les policiers ont répliqué puis reculé.

La voiture des tireurs face à celle des policiers dans la rue de "Charlie Hebdo", le 7 janvier.

Deux autres policiers, qui étaient à vélo dans cette zone, ont tenté ensuite d'intervenir boulevard Richard-Lenoir. Ahmed Merabe, un policier du commissariat du 11e arrondissement, âgé de 42 ans, est touché par un tir. Les deux assaillants l'ont ensuite froidement abattu, selon le procureur de la République de Paris.

 

Fuite vers le nord de Paris

Les tueurs reprennent alors leur fuite, passant place du Colonel-Fabien, en direction de la porte de Pantin. Ils percutent un véhicule Volkswagen, blessant sa conductrice. Ils abandonnent alors leur voiture rue de Meaux, près du parc des Buttes-Chaumont, dans le 19e arrondissement.

Ils braquent alors le conducteur d'une Clio, s'emparent de la voiture et prennent la fuite à bord de la Clio. On perd leur trace porte de Pantin. Depuis, la police a réussi à identifier les trois hommes et a lancé un avis de recherche. Le troisième s'est rendu dans un commissariat de Charleville-Mézières.

Une source policière a expliqué au Monde que « de très gros moyens sont mis en œuvre. On s'installe pour tenir dans la durée. Sont mobilisés les services de la DCPJ [direction centrale de la police judiciaire], de la PJPP [police judiciaire de la préfecture de police] et de la DGSI [direction générale de la sécurité intérieure]. Au total, près de 3 000 policiers sont actuellement mobilisés ».

Une enquête a été ouverte pour assassinat, tentative d'assassinat, vol à main armée en bande organisée, et association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes, a annoncé le procureur Molins. Elle a été confiée à trois services de police : la DCPJ, la section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris (le 36 quai des Orfèvres) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

 

Des hommes visiblement entraînés

Des observateurs militaires remarquent que le comportement des tueurs est celui de soldats aguerris et témoigne d'un entraînement solide. Selon un policier, ancien membre d'un service de protection rapprochée, interrogé par l'Agence France-Presse, « on le voit clairement à la façon dont ils tiennent leurs armes, dont ils progressent calmement, froidement : ils ont forcément reçu une formation de type militaire. Ce ne sont pas des illuminés qui ont agi sur un coup de tête ».

 

Plan Vigipirate et cellule de crise

Après l'attaque, le plan Vigipirate a été relevé en Ile-de-France à « alerte attentats », le niveau le plus élevé a annoncé Matignon. Les sorties scolaires à Paris ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre et les effectifs de soldats en patrouille passent de 450 à 650 hommes.

Le premier ministre, Manuel Valls, a « activé la cellule interministérielle de crise et a confié la conduite opérationnelle au ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve ». Un dispositif policier a également été déployé à proximité des autres rédactions parisiennes.

François Hollande a décrété une «journée de deuil national».

 

 Toute la journée, les réactions se sont multipliées pour dénoncer le drame. Particulièrement ému, l'ancien directeur de Charlie Hebdo, Philippe Val, a réagi sur l'antenne de France Inter, jugeant que «notre pays ne sera plus le même».

 

Menaces courantes et protection policière

Selon le rédacteur en chef, Gérard Biard, actuellement à Londres et joint par Le Monde, « les menaces étaient ressenties de façon moins forte ces derniers temps à Charlie Hebdo. L'attaque est d'autant plus choquante. »

 

Une journaliste de Charlie Hebdo, qui n'était pas sur place mais en contact avec des collègues sur place, explique que «ces derniers mois, on ne sentait pas une inquiétude immense malgré les menaces».

«Bien sûr, nos locaux étaient sous protection policière, Charb était sous protection policière, mais il se déplaçait parfois sans ses policiers, ce qui est un signe qu'il n'était pas inquiet à chaque instant. (...) Luz et Riss avaient eux aussi eu une protection policière, mais elle avait été levée il y a un an environ.»

 

Organisation de rassemblements de solidarité

 

Après l'attaque, des appels à des rassemblements de solidarité avec la rédaction de Charlie Hebdo se sont multipliés partout en France. Au total, plus de 100 000 personnes ont participé dans tout le pays à ces rassemblements.

commentaires

Charlie Hebdo : la déclaration poignante de John Kerry en français

Publié le 7 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

Kerry.jpgLe secrétaire d'Etat américain John Kerry a exprimé mercredi, en français, la solidarité des Etats-Unis à l'égard de la France, après l'attaque contre Charlie Hebdo.

Parmi les déclarations venues de l'étranger depuis l'annonce de l'attentat contre Charlie Hebdo, celle du secrétaire d'Etat américain restera. Très solennel et le visage grave, John Kerry a eu des mots forts qu'il a prononcés à la fois en anglais et en français.

"Je veux m'adresser directement aux Parisiens et à tous les Français pour leur dire que tous les Américains se tiennent à leurs côtés", a-t-il affirmé. Francophone et francophile, le dirigeant américain a tenu à rendre hommage à la France, "pays de la liberté l'expression". Il a expliqué que les "terroristes ne parviendraient pas à tuer cette liberté d'expression".

 "Nous sommes également solidaires de votre engagement dans la bataille, la lutte, contre l'extrémisme et de votre détermination à protéger la valeur qui fait si peur aux extrémistes et qui a toujours uni nos deux pays: la liberté", a poursuivi John Kerry. "Aucun pays ne sait mieux que la France que la liberté a un prix parce que c'est en France que de nombreux idéaux démocratiques ont vu le jour", a encore lancé le ministre, rendant encore hommage aux "libertés d'expression et de la presse".

 

D'autres personnalités politiques étrangères ont exprimé aujourd'hui leur solidarité avec la France. Parmi elles, le président américain, Barack Obama, la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre britannique, David Cameron, le Premier ministre canadien, Stephen Harper, ou encore le ministre des Afaires étrangères de Turquie, Mevlut  Cavusoglu.

 

En visite à Londres mercredi, la chancelière allemande a tenu une conférence de presse commune avec le Premier ministre britannique au cours de laquelle les deux personnalités politiques ont renouvelé leur condoléances à la France et la condamnation de l'attaque.

commentaires

Pays et institutions arabes condamnent l'attaque contre Charlie Hebdo

Publié le 7 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans International

La Ligue arabe et nombre de ses pays membres ainsi qu'Al-Azhar, principale autorité de l'islam sunnite, ont tous condamné mercredi avec force l'attentat "terroriste" contre le journal satirique français Charlie Hebdo.

Al-Azhar a déploré une attaque "criminelle", soulignant que "l'islam dénonce toute violence", tandis que la Ligue arabe, également basée au Caire, a condamné "avec force cette attaque terroriste" qui a fait 12 morts.

De son côté, l'Arabie saoudite a condamné cet acte "lâche, qui est rejeté par l'islam comme il est rejeté par les autres religions", et exprimé ses condoléances.

Pour le Qatar, régulièrement accusé de soutenir des factions islamistes extrémistes dans des pays comme la Syrie et la Libye, "de tels actes visant des civils non armés contredisent tous les principes et toutes les valeurs morales et humaines".

Les Emirats arabes unis, Bahreïn et la Jordanie ont également condamné l'attentat tandis que l'Egypte a affirmé être "aux côtés de la France face au terrorisme qui nécessite un effort international conjoint pour y mettre fin".

En Tunisie, le président du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, s'est dit "horrifié et indigné par l'acte lâche et criminel ayant visé les journalistes et le personnel de Charlie Hebdo". "Nous condamnons avec la plus grande fermeté ces actes terroristes, leurs auteurs, leurs instigateurs et tous ceux qui les soutiennent", a-t-il ajouté dans un communiqué en français.

Au Maroc, le roi Mohammed VI affirme avoir appris avec "une profonde émotion la triste nouvelle du lâche attentat terroriste" et condamné "fermement cet acte haineux".

 

L'Union internationale des oulémas musulmans, basée à Doha, a qualifié l'attaque de "pêché, quelqu'en soient les coupables et ceux qui les soutiennent". Cet organisme dirigé par l'influent prédicateur islamiste Youssef al-Qaradaoui, considéré comme l'éminence grise des Frères musulmans, appelle "les autorités et le peuple français à s'unir contre l'extrémisme".

commentaires

Sarkozy: "Notre démocratie est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse"

Publié le 7 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription dans UMP

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, a exprimé sa "profonde émotion" après l'attentat commis dans les locaux de Charlie Hebdo mercredi, un "acte abject qui heurte la conscience humaine", et a estimé que la France devait "défendre sans faiblesse" sa "démocratie (qui) est attaquée".

"Je tiens à exprimer ma profonde abjection face à cet acte barbare qui heurte la conscience humaine. Les journalistes et la rédaction de Charlie Hebdo ont été pris pour cible, c'est une atteinte directe, sauvage, à l'un de nos principes républicains les plus chers, la liberté d'expression", a déclaré M. Sarkozy depuis le siège de l'UMP.

"Notre démocratie est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse. La fermeté absolue et la seule réponse possible." "La France est frappée au coeur, la République doit se rassembler, j'appelle tous les Français à refuser la tentation de l'amalgame et à présenter un front uni face au terrorisme, à la barbarie et aux assassins", a également déclaré l'ancien chef de l'État.

"Les coupables de ces actes barbares doivent être poursuivis et châtiés avec la plus extrême sévérité", a poursuivi M. Sarkozy, qui a évoqué un "impératif d'unité nationale" auquel "nul ne peut et ne doit se soustraire" au sein de la classe politique française.

 

"Le gouvernement doit prendre des mesures fortes contre le terrorisme; nous devons élever notre niveau de vigilance, et notre formation politique soutiendra sans réserve toutes les initiatives du gouvernement qui iront dans ce sens", a-t-il dit.

commentaires

#jesuischarlie

Publié le 7 Janvier 2015 par Philippe LE ROUX - Délégué de Circonscription

Je-suis-charlie.jpg

commentaires